En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Selon la FAO les bioénergies constitueraient une chance pour les populations rurales pauvres

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Selon un rapport conjoint de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Département du développement international du Royaume-Uni, les bioénergies peuvent jouer un rôle significatif dans le développement rural des pays pauvres, lorsqu'elles sont produites sur une petite échelle par des communautés locales.

Cette conclusion est issue de l'analyse d'une quinzaine de projets réalisés dans 12 pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine. Le rapport, intitulé Small Scale Bioenergy Initiatives: Brief Description and Preliminary Lessons on Livelihood Impacts from Case Studies in Latin America, Asia and Africa, met en effet en évidence les nombreux avantages qui peuvent découler de la production d'énergie à partir de la biomasse en milieu rural : accroissement du rendement des ressources naturelles lorsqu'on crée de l'énergie à partir de déchets qui autrement seraient incinérés ou pourriraient, création de sous-produits utiles tels que des engrais grâce à la production de biogaz, possibilité de produire simultanément de la nourriture et du carburant en intercalant les cultures…

Dans tous les cas examinés, y compris ceux qui vendaient des produits bioénergétiques à un plus vaste marché, la communauté locale a bénéficié d'un meilleur accès à l'énergie, tant pour les utilisations domestiques que commerciales, indique Olivier Dubois, expert en bioénergies au département des ressources naturelles de la FAO. L'étude montre également qu'en période de crise énergétique, l'utilisation de la bioénergie a souvent protégé d'une certaine façon les populations rurales pauvres des aléas du marché des combustibles fossiles.

Selon la FAO, dans toutes les opérations étudiées dans le rapport, la production de bioénergie n'a pas mis en péril la sécurité alimentaire, soit parce qu'elle est produite à partir de cultures ne servant pas à l'alimentation, soit parce qu'elle est produite sur de très petites parcelles ou terres marginales. Les préoccupations sur l'impact que les biocarburants utilisés pour le transport auront sur l'environnement, sur les ressources en eau et sur la sécurité alimentaire ont éclipsé les nombreux bénéfices que les populations pauvres peuvent en tirer, explique la FAO.

Réactions1 réaction à cet article

 
Les bioénergies une chance pour les populations

En effet, les bioénergies pourraient être positives pour les populations pauvres si les implantations des plantes comme je jatropha curcas se réalisent sur les périphéries des cultures pour constituer une haie vive un brisevent notamment autour des périmètres irrigués. Les tourteux peuvent être valorisés comme engrais.
Les grandes plantations d'un seul tenant sont toujours préjudiciables pour l'environnement. Cependant, des modèles de culture de palmiers à huile en plantations familiales en intégrant l'agriculture l'arboriculture permettraient de recréer des écosystèmes viables dans des pays comme le Bénin ou Madagascar.
Quels chercheurs et quels instituts de recherche pourraient proposer de tels modéles ? Aujourd'hui la planète est en danger et nous continuons la création de grandes plantations en monoculture. Faisons preuve d'imagination.

Jean Yves Clavreul
jean-yves.clavreul@wanadoo.fr

martine | 18 avril 2009 à 15h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager