Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Biopesticides : bientôt de nouvelles règles européennes pour faciliter leur accès au marché

Agroécologie  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com

Bactéries, champignons, virus et autres protozoaires : d'ici à la fin de l'année, l'utilisation de ces micro-organismes par les agriculteurs, pour lutter contre les ravageurs et les maladies des plantes, devrait être largement facilitée au sein de l'Union européenne. Afin de permettre aux exploitants de remplacer les produits phytopharmaceutiques chimiques par ces biopesticides, le Conseil européen vient, en effet, d'adopter quatre nouvelles règles juridiques, le 10 février dernier.

Jusqu'à présent, les exigences relatives aux micro-organismes reposaient sur des principes très similaires à ceux appliqués aux substances actives chimiques. Les nouvelles mesures prévues pour vérifier leur innocuité sur la santé humaine et animale prennent en compte les dernières connaissances scientifiques. Elles assouplissent ainsi les contraintes pesant sur ces produits pour se concentrer sur les données les plus pertinentes, basées notamment sur leurs propriétés biologiques.

La simplification de cette évaluation, qui implique aussi moins de tests et moins d'expériences sur les animaux, devrait permettre aux micro-organismes d'être approuvés plus rapidement, accélérant l'autorisation et la commercialisation des produits phytopharmaceutiques concernés.

En ouvrant l'accès au marché à ces techniques alternatives, les nouveaux règlements devraient également bénéficier à l'agriculture biologique. Inscrits dans le cadre de la stratégie « De la ferme à la fourchette », ces derniers seront examinés par le Parlement et le Conseil européen, pour une entrée en vigueur espérée en novembre prochain.

Plus de 60 micro-organismes, dont plusieurs virus, sont déjà approuvés dans l'UE en vue d'une utilisation dans les produits phytopharmaceutiques.

Réactions8 réactions à cet article

 

Bonjour, nombre de substances, soit disant peu préoccupante pour l'environnement, ont été homologuées en France; sans que leur dossier éco toxicologique soit réellement étudié, de même que leur efficacité et leur coût pour l'utilisateur. Avez vu remarqué l'impact de vinaigre (acide acétique homologué en agriculture) sur des vers de terre ? Ils n'apprécient pas vraiment ! L'efficacité de l'acide pélargonique sur les mauvaises herbes, avec les doses employées à l'ha ? Les politiques ne voient pas plus loin que leur prochaine élection !

Marc07 | 14 février 2022 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce n'est pas tant l'action du vinaigre en lui même qui pose problème, mais son origine : la betterave intensive, gavée aux intrants chimiques dont les tristement célèbres néonicotinoïdes.
Les betteraviers de la Somme et de l'Aisne, où est largement cultivée la betterave sucrière dont on fait le vinaigre blanc, pardonneront-ils à Marc07 ce manque flagrant de collégialité entre confrères chimistes intensifs ?

Pégase | 14 février 2022 à 17h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, Marc07, votre remarque est intéressante, mais vous auriez dû développer un peu plus votre comparaison. Car pour moi, même si le vinaigre va sans doute tuer des vers de terre au moment de son utilisation, il restera dans le sol ou dans les végétaux nettement moins longtemps que les produits phytopharmaceutiques chimiques actuellement utilisés. C'est toujours ça de gagné !
Et je ne suis pas sûr que les prochaines élections ont à voir quelque chose dans cette avancée de la Commission européenne.

Atecsol | 14 février 2022 à 22h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

4l d'Acide acétique à 8° + 500 grs de sel et 50ml de savon noir : on obtient un désherbant bio.. çà ne sent pas génial, mais je l'applique au printemps et en été, de préférence en soirée en cas de temps sec et chaud, sur mes mauvaises herbes, çà fait un relativement bon effet durant un ou deux mois.
Acide pélargonique : démoussant en vente autorisée actuellement, si je me rappelle bien. C'est quand même un H412, nocif pour les éléments aquatiques avec effet à long terme...
Vous me direz : videz 5 kgs de sucre dans un petit cours d'eau en plein été, je ne suis pas sûr que les organismes autour vont apprécier aussi de se faire piquer leur oxygène.
Rien n'est inoffensif, pas même l'eau, si on réfléchit bien, c'est une question de dosage.

Il y a juste un terme qui parait curieux : biopesticide.... jusque là, on a toujours opposé bio et pesticide.

nimb | 15 février 2022 à 09h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le seul désherbant bio, c'est la binette! Car il est bien évident que balancer de l'acide , même "faible" ,ou du sel, ou je ne sais quelle autre substance que l'on ne trouve pas naturellement à l'endroit que l'on veut traiter, va entraîner des conséquences imprévisibles à long terme. Rien n'est inoffensif, la nature est un équilibre subtil. Les bactéries, les champignons ou les virus, qu'en penser si on les introduit en masse là où ils n'ont jamais prospéré naturellement ? Je pense que nous allons vers d'autres problèmes , peut être plus insolubles encore que ceux liés aux pesticides chimiques. Prudence, c'est une chose de traiter à l'échelle "paysanne " c'en est une autre de le faire à l'échelle industrielle.

gaïa94 | 20 février 2022 à 00h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Allons bon.....si même le vinaigre naturel n'est pas souhaité, que vais-je bien pouvoir utiliser pour désherber? Ma binette? mais ne vais-je pas risquer de couper la tête des vers de terre qui seront de sortie à ce moment. Diable, çà va risque de tourner au lombricocide, si çà continue.... massacre physique ou chimique, diable, que faire? Rester devant mon ordinateur, c'est sans doute plus sûr!
Je trouve que ce forum débat souvent et surtout sur de la théorie, çà manque un peu de pratique, je trouve.. non?

nimb | 21 février 2022 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher nimb, j'ai un jardin en région parisienne de 1000 m2 et j'en ai un autre à la campagne de 5000 m2, mais cela ne me serait pas venu à l'idée d'utiliser du vinaigre pour désherber car le vinaigre, c'est de l'acide acétique, C2H5OH , un acide organique dit faible (par rapport à l'acide chlorhydrique ) mais un acide quand même et d'autant plus fort qu'il est concentré; or, les résultats d'une vaporisation à l'acide ne se faisant sûrement pas longtemps sentir sur les mauvaises herbes, surtout s'il pleut peu après, je me doute que les jardiniers en herbe éviteront de le diluer pour obtenir un résultat, donc ils vont acidifier les sols. Perso j'ai toujours utilisé une binette et de l'huile de coude et ça marche! oui il arrive parfois de couper un vers de terre en deux mais il repousse, sinon les oiseaux le mangent, tandis qu'acidifié...et sur les grandes surfaces il existe maintenant des systèmes mécaniques.

gaïa94 | 21 février 2022 à 18h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mouais... je vais parler pour mon terrain, 450m², en gros je ne désherbe avec ma mixture acétique qu'un bon 50m², sous mon cerisier, généralement en Juin, après une période qui dure généralement un mois où il pleut suffisamment pour m'empêcher de biner, voire même de jardiner.. résultat, même l'huile de coude ne suffit pas entièrement. J'attends qu'il fasse sec et si possible chaud, c'est là qu'entrent en jeu 5l de mixture que je vaporise sur les marioles qui résistent à ma binette car ils se sont incrustés un peu plus profondément, les rascals. Au bout d'une semaine (sans flotte bien sûr), c'est bien désséché et je reprends ainsi la main avec ma binette.
Et j'ai du mal à croire que mes 5l vaporisés sur 50m² (généralement une fois dans l'année maximum) vont me permettre d'avoir des hortensias bleus, vu qu'ici, la terre est méchamment calcaire.

Par contre, j'ai une question quant à l'acide pélargonique dont je parlais plus haut, et que j'utilise pour les mousses qu poussent sur les ardoises de mon toit. Si quelqu'un connait une solution encore moins agressive que cet acide, et tout aussi efficace, voire encore plus, je suis preneur. Merci par avance.

nimb | 22 février 2022 à 20h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France