Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Bioraffinerie de La Mède : l'autorité environnementale critique la nouvelle étude d'impact de Total

Energie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Bioraffinerie de La Mède : l'autorité environnementale critique la nouvelle étude d'impact de Total

C'est un avis très critique que l'autorité environnementale a rendu, le 23 septembre, sur la nouvelle étude d'étude d'impact que Total a fourni pour la bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône).

Le 1er avril 2021, le tribunal administratif de Marseille avait partiellement annulé l'autorisation de reconversion de la raffinerie en usine de production de biocarburants à partir, notamment, d'huiles de palme importées. Il avait jugé insuffisante l'étude d'impact dans la mesure où elle aurait dû prendre en compte les effets directs, mais aussi indirects, du projet sur le climat. Le tribunal a donné neuf mois au préfet pour la faire compléter par l'exploitant, saisir l'autorité environnementale, organiser une enquête publique et prendre un arrêté modificatif. Dans ce cadre, Total a remis son étude d'impact actualisée, en juillet dernier, au préfet.

Celle-ci indique que la plateforme cessera d'être approvisionnée en huile de palme à compter de janvier 2023. Ce qui correspond aux déclarations faites, le 5 juillet dernier, par le P-DG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, dans une interview au quotidien La Provence. « Cependant, elle ne précise pas la nature, la provenance géographique, ni la quantité des huiles retenues en remplacement », pointe la mission de l'autorité environnementale Provence Alpes-Côte d'Azur (MRAe Paca). Le dossier n'explique ni les raisons pour lesquelles les émissions de gaz à effet de serre sont les mêmes, quelles que soient les huiles végétales certifiées considérées, ni la part des émissions liées à la production et au transport de chaque huile végétale, critique l'avis. « Les méthodologies liées aux certifications des huiles végétales, leurs conditions de mise en œuvre sur le terrain et leurs modalités de contrôle ne sont pas exposées pour les scénarios d'approvisionnement sur lesquels TotalEnergies Raffinage France s'est engagé », cingle la MRAe.

« Prochaine étape : un nouvelle enquête publique sera organisée pour recueillir l'avis de la population. Elle pourra aboutir à un refus d'autoriser l'exploitation du site si les informations fournies par Total restent insuffisantes ou mensongères », réagit France Nature Environnement (FNE) sur Twitter. Cet avis critique est rendu alors qu'une étude publiée, le 19 octobre 2021 dans la revue Global Environmental Change, révèle que l'énergéticien a, depuis le début des années 1970, mené une stratégie pour minorer l'impact climatique de ses activités.

Réactions4 réactions à cet article

 

Décidément, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas !

Pégase | 23 octobre 2021 à 19h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette histoire d'huile de palme est une véritable obsession chez les écologistes, bien souvent dans les villages c'est palmiers à huile ou la terre à nu, quand on a tout coupé pour cuisiner, il n'y a que ça qui pousse, et le peu que ça rapporte permet d'acheter à manger, changer la bouteille de butane etc.
Il faudrait avant d'importer regarder si ces palmiers impactent un couvert végétal correct dans l'état exportateur.
Peut être que Total connaissant nos propres errements et psychoses, devrait installer ses raffineries sur place et n'exporter que l'éthanol tant pis pour les emplois induits.

pemmore | 25 octobre 2021 à 10h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Du bio-carburant, si le combustible n'est pas produit localement, s'il nécessite la dévastation d'espaces naturels, ça n'a pas de sens. Total fait semblant de ne pas comprendre...

dmg | 25 octobre 2021 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Total aurait du comprendre une opposition ferme contre l'usage d'huile de palme, et comme la région paca n'est surtout pas adaptée à la culture du colza et betterave à sucre ils auraient du s'installer en Normandie pas trop loin de ports pour l'approvisionnement en cas de besoin tout sauf l'huile de palme.

pemmore | 26 octobre 2021 à 18h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

CRAMBO, broyeur lent universel pour le bois et les déchets verts HANTSCH