En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Huile de palme : agriculteurs, parlementaires, ONG… vent debout contre la bioraffinerie de Total

La polémique enfle, ces derniers jours, chez les politiques, les ONG et les agriculteurs qui contestent l'autorisation gouvernementale donnée à Total d'importer de l'huile de palme pour alimenter sa bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône).

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Huile de palme : agriculteurs, parlementaires, ONG… vent debout contre la bioraffinerie de Total

Ce lundi 11 juin, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA) sont venus durcir leur opposition à Total de vouloir importer de l'huile de palme pour alimenter sa bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône). Les agriculteurs ont bloqué l'accès à ce site, y compris quatre autres raffineries de Total. Cette bioraffinerie, qui démarrera cet été, recevra, jusqu'à 300.000 tonnes d'huile de palme brute par an pour produire des biocarburants, selon le feu vert donné par le gouvernement le 16 mai dernier. Les agriculteurs dénoncent cet approvisionnement "à bas coût", accusé de causer la déforestation en Asie du Sud-Est et de concurrencer les producteurs français de colza pour produire du biodiesel. La production nationale de tourteaux de colza, coproduits de la production de biodiesel servant à l'alimentation animale, en serait immédiatement impactée, entraînant l'importation de soja. "Cette décision prive les agriculteurs français d'un débouché durable, ayant permis durant plusieurs décennies de bâtir une filière des huiles et protéines végétales performante", indiquaient-ils. Les agriculteurs fustigent les "incohérences" du gouvernement et l'appellent à interdire tout produit importé ne correspondant pas aux standards de production français.

"Renoncement" de Nicolas Hulot

 
Directive EnR : la France appelée aussi à se positionner sur les biocarburants Cette semaine, le Parlement européen, les ministres de l'UE et la Commission européenne se réunissent à Strasbourg pour les dernières négociations de trilogue, afin de trouver un accord sur la nouvelle directive sur les énergies renouvelables, notamment sur l'épineuse question des biocarburants. La France s'opposerait à l'interdiction de ceux de première génération, dont l'huile de palme. Michel Dantin, député européen (LR, PPE, Fr) attend du gouvernement "qu'il clarifie sa position sur l'huile de palme et qu'il protège enfin notre agriculture".
 
Le feu vert donné à Total interroge aussi les parlementaires sur la posture du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. Et ce, alors que grandit la prise de conscience des conséquences liées aux importations massives de produits forestiers ou agricoles sur le climat, la biodiversité et les droits sociaux dans les pays producteurs. Nicolas Hulot avait justifié l'autorisation préfectorale de ce projet, lancé en 2015, au motif qu'il permettrait de conserver 250 emplois. Le ministre a aussi posé plusieurs garde-fous sur l'usage de l'huile de palme qui doit répondre aux critères de durabilité fixés par la Commission européenne. L'arrêté fixe également à Total d'utiliser au moins 25% de matières premières issues du recyclage des huiles (huiles alimentaires usagées, graisses animales, distillats d'acide gras).

Ces arguments ne convainquent toujours pas la classe politique. "Nous vivons ce feu vert accordé à Total comme un renoncement vis-à-vis de nos impératifs écologiques, et une contradiction avec un modèle agricole duquel est exigé proximité, qualité et durabilité", ont critiqué, le 7 juin, une soixantaine de sénateurs Les Républicains, dans une lettre ouverte à Nicolas Hulot. "L'huile de palme est avec le soja la principale source de déforestation dans le monde, ont-ils ajouté en remettant en cause la certification "durable" délivrée par des organismes tiers. L'huile de palme extraite échappe en réalité bien souvent à la rigueur des normes applicables en Europe". Les sénateurs ont appelé le ministre à "se ressaisir". Ils soutiennent les producteurs de la filière qui sont "en capacité de produire dès maintenant 200.000 tonnes d'huile de colza pour approvisionner la Mède…".

La bioraffinerie est autorisée par arrêté préfectoral à utiliser jusqu'à 450.000 tonnes d'huiles végétales brutes (palme, colza, soja …) par an dans le cadre de son approvisionnement. Or, l'auto-limitation à 300.000 tonnes d'huile de palme brute annoncée par Total est absente de l'autorisation officielle. Ce que dénonce Mathilde Panot, députée de la France Insoumise (Val-de-Marne) : "Aucun accord contraignant juridiquement n'a été conclu avec Total relativement à l'importation d'huile de palme : le texte de l'arrêté préfectoral qui donne l'autorisation d'exploitation de la bioraffinerie est totalement muet sur le sujet", a-t-elle pointé le 5 juin, dans sa question écrite adressée à Nicolas Hulot. L'ONG les Amis de la Terre fustige également l'autorisation qui permettrait à Total "d'en importer le double et sans aucune garantie sérieuse pour en limiter l'impact environnemental". Les Amis de la Terre ont annoncé qu'ils déposeraient un recours contre l'arrêté préfectoral devant le tribunal administratif de Marseille.

Total répond à ses détracteurs

Critiqué, le PDG de Total, Patrick Pouyanné, a rappelé son engagement d'alimenter sa bioraffinerie avec 50.000 tonnes de colza français issues du groupe agricole Avril.

Le 21 mai dernier, douze députés La République en Marche (LREM), avaient aussi interpellé M. Pouyanné l'exhortant à "renoncer à l'huile de palme" et à modifier son projet de production de biodiesel. Ce courrier posait la question de l'importation des 300.000 tonnes d'huile de palme, soit "environ un tiers de l'ensemble de l'huile de palme consommée chaque année en France".

Le 8 juin, le PDG de Total a répondu au député François-Michel Lambert qui a publié les courriers. Patrick Pouyanné rappelle que la France consomme 3 millions de tonnes par an de biodiesel. Et elle en produit 1,5 million de tonnes sur la base des cultures agricoles (colza principalement). "Le déficit est de 1,5 million de tonnes qui est couvert d'une part par l'importation de biodiesel dont une partie produite sur la base d'huile de palme (300.000 tonnes), d'autre part par l'importation d'huiles végétales (dont environ 260.000 tonnes d'huile de palme) qui sont transformées en biodiesel dans diverses unités industrielles", poursuit M. Pouyanné, dans sa lettre. Le projet de la Mède "vise donc à se substituer à une partie des 950.000 tonnes de biodiesel qui sont actuellement importés, permettant ainsi de capter la valeur ajoutée de ces importations en la localisant en France", a-t-il justifié.

Ce 11 juin sur RTL, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a affirmé que le gouvernement "ne reviendra pas" sur l'autorisation donnée à Total d'importer de l'huile de palme. "Je souhaite que demain, Total et les entreprises agricoles qui produisent des biocarburants, puissent se mettre d'accord sur une base de prix, sur un contrat qui permettra d'offrir des débouchés à la filière colza française", a ajouté le ministre.

Réactions4 réactions à cet article

 

Certes l'huile de palme engendre une catastrophe écologique mais les huiles (non pas bio mais agro ) obtenues en France ont aussi un bilan écologique déplorable :engrais et autres entrants chimiques sont largement utilisés en agriculture industrielle chère à la FNSEA .

sirius | 12 juin 2018 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce matin, sur France Inter, les journalistes ont enfin commencé à évoquer les liens entre la FNSEA et la société Avril (mais aussi Sofiprotéol), fondée et dirigée jusqu'à sa mort l'an dernier par Xavier BEULIN, par ailleurs avant-dernier président de la FNSEA (le monde est bien fait). Avril est spécialisée dans la transformation des oléagineux, dont le colza fait partie, en agrocarburant, avec un mauvais bilan carbone mais un très bon rendement financier pour les cadres de la filière. Ca alors, quelle coïncidence ???
Quand les agriculteurs français ouvront-ils les yeux sur les grandes manoeuvres jamais désintéressées du syndicat agricole majoritaire ?

Pégase | 12 juin 2018 à 09h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'est-ce qui est susceptible de rapporter plus à l'avenir les gains des agricultueurs avec le colza ou les gains des bio-agriculteurs avec des productions qu'à défaut on fait venir de l'étranger ?

Sagecol | 12 juin 2018 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase a découvert un secret qu'on lui dissimulait: la FNSEA est liée à Avril.
J'ai d'autres secrets, tenez vous bien assis: TF1 appartient à Bouygues et Nicolas Hulot est juste un trophée élyséen.
Ne le répétez pas...
C'est vrai qu'on nous cache tout, on nous dit rien. Heureusement qu'il y a des lumières pour nous éclairer...

Albatros | 19 juin 2018 à 19h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…