Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bisphénol A : la ministre de l'Ecologie appelle à un étiquetage systématique des produits

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Eviter l'exposition par voie orale des populations les plus sensibles (femmes enceintes et jeunes enfants) et accélérer la substitution du bisphénol A (BPA) dans la fabrication des plastiques tout en démontrant l'innocuité des alternatives. Telles sont les conclusions des rapports de l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) rendus publics mardi 27 septembre. Des effets avérés chez l'animal et suspectés chez l'homme (fertilité féminine, pathologies cardio-vasculaires, diabète) du BPA ont été relevés par l'agence même à de faibles niveaux d'exposition.

A l'instar de l'Anses, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-morizet s'est prononcé en faveur d'un étiquetage systématique des produits contenant du BPA qui sont en contact avec les populations. "Ce que je propose, c'est d'abord un étiquetage systématique de tous les produits contenant du bisphénol A quand il y a un contact du produit avec les populations", a-t-elle déclaré hier à l'AFP. Cet étiquetage devrait être mis en place "très rapidement", a-t-elle ajouté, sans autres précisions de calendrier. L'Anses avait formulé cette recommandation d'étiquetage en juin 2010. Les rapports de l'agence "confirment une inquiétude qu'on avait'' sur les effets du BPA, ce qui est "préoccupant", a-t-elle ajouté.

La ministre de l'Ecologie propose par ailleurs "l'interdiction de l'usage du bisphénol A dès qu'il y a des produits de substitution" et qu'on s'est assuré de leur innocuité. "Il y a des produits de substitution aux polycarbonates, soit une bonne partie des produits destinés aux enfants", a-t-elle déclaré à l'AFP.

De son côté, l'association de consommateurs CLCV a demandé hier une évaluation approfondie des matériaux de substitution . L'organisation "soutient les efforts engagés par l'Anses dans ce sens et souhaite qu'une expertise indépendante compare de façon approfondie les alternatives existantes".

Une proposition de loi PS pour interdire les contenants alimentaires

Après l'interdiction des biberons en 2010, la réglementation sur le bisphénol A pourrait de nouveau se durcir en France. La commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a voté ce mercredi 28 septembre, une proposition de loi portée par le député socialiste Gérad Bapt (Haute Garonne), visant à interdire la fabrication, l'importation, l'exportation et la mise sur le marché de tout conditionnement alimentaire contenant du BPA. Selon Gérard Bapt, "la proposition vise à ce qu'il n'y ait plus de contamination par voie alimentaire au bisphénol pour les femmes enceintes, les jeunes enfants et la population en général". Le délai d'entrée en vigueur de l'interdiction a été fixé au 1er janvier 2014 pour permettre "aux industriels de finir de mettre au point des substituts au bisphénol A, et aux scientifiques de démontrer leur innocuité". Ce texte sera soumis aux députés dans l'hémicycle le 6 octobre.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager