Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Bisphénol A : l'Efsa recommande d'abaisser drastiquement la dose limite d'ingestion

Risques  |    |  F. Gouty

Vingt mille fois moins : c'est l'abaissement de la dose limite journalière tolérable (DJT) d'ingestion de bisphénol A (BPA), suggéré aujourd'hui par les scientifiques de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Une précédente évaluation, réalisée en 2015, lui avait attribué une DJT « temporaire » de 4 microgrammes par kilo de poids corporel et par jour (µg/kg/j). Les experts de l'Efsa regrettaient alors le manque de données suffisantes pour statuer clairement sur les risques sanitaires réels soulevés par le BPA. Mandatée par la Commission européenne, une réévaluation (1) publiée le 19 avril montre que cette limite reste supérieure aux mesures de BPA dans la population générale.

Se basant sur plus de 800 études publiées depuis janvier 2013 au sujet de l'éventuelle toxicité du BPA, le nouvel avis scientifique (2) de l'Efsa estime la dose de BPA ingérée quotidiennement à 0,875 µg/kg/j chez les jeunes enfants à 1,45 µg/kg/j chez les adolescents et à environ 0,4 µg/kg/j chez les adultes. À titre d'exemple, l'association UFC-Que-Choisir atteste avoir relevé, de son côté, la présence de bisphénols (dont le BPA) dans 6 gourdes ou tasses pour bébé sur 14 et 7 anneaux de dentition sur 12, mais également dans chacune des 12 boîtes de conserve et canettes de soda testées.

En outre, les dernières données scientifiques en la matière révèlent que cette substance chimique déjà considérée comme un perturbateur endocrinien affecte directement le système immunitaire. « Dans ces études, nous avons observé une augmentation du pourcentage d'un certain type de globules blancs – appelés "T helpers" – dans la rate, explique le docteur Claude Lambré, président du groupe scientifique de l'Efsa sur les matériaux en contact avec les aliments, les enzymes et les auxiliaires technologiques. Ils jouent un rôle clé dans nos mécanismes immunitaires cellulaires et une telle augmentation pourrait conduire au développement d'une inflammation pulmonaire allergique et de troubles auto-immuns. » Une dose de 8,2 nanogrammes par kilo et par jour (ng/kg/j) suffirait à causer ce phénomène, justifiant la conclusion des experts de l'Efsa de recommander une nouvelle DJT à 0,2 ng/kg/j. À noter qu'en amont de sa rédaction, l'avis scientifique de l'Efsa penchait même initialement vers l'abaissement de la DJT d'un facteur 100 000.

Il reste à la Commission européenne et aux représentants des États membres à fixer ou non cette limite. « L'accumulation des preuves de leur nocivité milite pour une interdiction globale des bisphénols ou a minima pour l'interdiction des 34 bisphénols dangereux identifiés par l'Agence européenne des produits chimiques (Echa). Pourtant, à ce jour, seul le BPA est interdit, sur pas moins de 148 composés recensés, souligne l'UFC-Que-Choisir. (Nous exigeons) que les autorités sanitaires françaises et européennes interdisent toute utilisation des bisphénols dans les emballages alimentaires et les produits destinés aux enfants. »

1. Accéder à l'étude de l'Efsa
https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.2903/j.efsa.2023.6857
2. Accéder à l'avis de l'Efsa
https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.2903/j.efsa.2015.3978

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

TrichlorScan : mesurer les trichloramines dans l'air sans réactif toxique CIFEC
Portique de détection de la radioactivité dans les déchets - GammaScan®eV4 BERTHOLD FRANCE SAS