En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La peau, nouvelle voie d'exposition au Bisphénol A

Selon les récents travaux de l'unité Xénobiotiques de l'INRA de Toulouse, le Bisphénol A serait capable de pénétrer par la peau. Cette nouvelle voie d'exposition ouvre de nouvelles perspectives dans l'évaluation du risque lié à ce produit.

Risques  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
La peau, nouvelle voie d'exposition au Bisphénol A
Coupe de peau vue au microscope
© INSERM / Pr Dubertret
   

Des travaux de l'Institut National de la Recherche Agronomique (Inra) de Toulouse publiés dans la revue Chemosphere révèlent que la peau pourrait constituer une nouvelle voie d'exposition pour le Bisphénol A (BPA). En travaillant sur de la peau de porc qui présente de fortes similitudes physiologiques et morphologiques avec la peau humaine, les chercheurs ont analysé la diffusion du produit chimique mis en contact. Ils ont ainsi observé qu’environ les deux tiers du BPA déposés à la surface de la peau traversaient la barrière cutanée, quelle que soit la dose déposée (50 à 800 nmoles). Dans un deuxième temps, une comparaison a été réalisée avec des explants de peau humaine, démontrant des résultats similaires.

"Cette nouvelle étude vient confirmer d'autres travaux présentés ces derniers mois", commente André Cicolella, porte-parole du Réseau Environnement Santé (RES). Ces nouvelles informations pourraient expliquer les niveaux de Bisphenol A retrouvés chez certaines personnes. En effet, lorsque l’exposition théorique de la population est calculée par extrapolation des quantités de BPA présentes dans les aliments, les scientifiques constatent que les mesures de résidus de BPA dans les tissus humains ne concordent pas. Plusieurs spécialistes du domaine suspectent pour cette raison l’existence d’autres sources d’exposition, en particulier cutanée.

Cette nouvelle voie d'exposition pourrait concerner des milieux professionnels particuliers autres que le secteur de la fabrication du Bisphénol. En effet, le BPA est présent sous forme libre dans une grande partie des « papiers thermiques », utilisés pour les petits terminaux d’impression (reçus de cartes de crédit, tickets de caisses enregistreuses, etc.). Dans beaucoup de ces papiers, le BPA est utilisé comme révélateur de la coloration à l’impression des tickets et par conséquent est présent en assez grande quantité. En août 2010, une équipe américaine avait d'ailleurs rapporté que des niveaux résiduels de BPA étaient plus importants dans l’organisme d’hôte(sse)s de caisse. André Cicolella rappelle toutefois que la voie d'exposition prédominante reste l'alimentation avec un flux estimé par l'agence européenne de la santé à "1,2 microgramme par kilo et par jour (µg/kg/j) pour les nourrissons et 0,4 µg/kg/j pour les adultes en moyennes".

Les données s'affinent mais les incertitudes demeurent

Cette nouvelle étude de l'Inra vient ainsi compléter les nombreux travaux publiés récemment sur les effets du Bisphenol A sur les animaux et l'homme. Pour l'instant, ce composé chimique est classé en tant que substance reprotoxique de catégorie 3, c'est-à-dire jugée ''préoccupante pour la fertilité de l'espèce humaine'' en raison ''d'effets toxiques possibles''. Selon André Cicolella, près de 85% des études publiées confirment ce risque.

Ces études poussent certains pays à interdire la présence de Bisphénol A dans certains produits. La France a ainsi interdit la commercialisation des biberons contenant du BPA depuis juin 2010.

Aucune interdiction n'a été actée au niveau européen. La réglementation concernant l'exposition s'en tient à la Dose Journalière Admissible (DJT), fixée par les agences sanitaires, à 50 µg/kg/j de BPA. Dans un nouvel avis, publié le 30 septembre, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a d'ailleurs maintenu la DJT, concluant à l'absence de nouvelles preuves de toxicité du composé chimique.

Réactions1 réaction à cet article

 

Perméabilité diable !.,..ce bisphénol contenu dans certains plastiques risque t-il de migrer ( microbiologiquement s'entend) ?
et si oui ..que penser des poubelles sales les grises qui seront , un peu triées certes, mélangées avec des déchets verts , épandues sur nos cultures !
le bisphénol contenu dans les "matériaux" compostés sera alors logiquement ingéré par nous en bout de chaîne alimentaire ...!
En Vendée ce sont 4 usines de trimécanobiologique qui vont voir le jour et polluer ainsi nos sols cultivables et nous empoisonner insidieusement ..
et nous ne savons pas encore ce qu'il en est de tous les autres produits jetés , toxiques ..mais que nous recycleront dans nos estomacs
recrudescence de cancers avez vous lu ?
bizarre non ?

foehn | 02 novembre 2010 à 17h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager