En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“Le bois pourrait contribuer à 70% aux marchés de la biomasse en France”

Le bureau d'étude Xerfi-Precepta a publié une analyse "Les marchés de la biomasse à l'horizon 2015 : Perspectives de croissance, analyse du jeu concurrentiel et des enjeux stratégiques". Précision avec Philippe Gattet, directeur d'études Xerfi-Precepta.

Interview  |  Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
   
“Le bois pourrait contribuer à 70% aux marchés de la biomasse en France”
Philippe Gattet
Directeur d'études Xerfi-Precepta
   

Actu-environnement.com : Quelle évolution de la part de la consommation de l'énergie issue de la biomasse dans le bouquet énergétique français ?

Philippe Gattet : La consommation finale d'énergie issue de la biomasse – hors bois des ménages - a progressé de plus de 4% par an entre 2005 et 2011. Dans le même temps, nous observions un léger recul de la consommation énergétique totale de la France sur la période.

Parmi les différents types de valorisation de la biomasse, le bois énergie représente une filière à part en raison de l'importance de sa production. Dans l'atteinte des objectifs 2020, en matière d'énergie renouvelable, ce dernier pourrait contribuer à 70% aux marchés de la biomasse en France. Il est suivi par la production d'énergie par les incinérateurs et ensuite mais de très loin par la valorisation du biogaz.

AE : Quelles sont les difficultés rencontrées par cette filière ?

PG : La forêt française s'avère relativement riche et importante en bois. Malgré cela, les entreprises ont des difficultés à accéder à cette ressource notamment concernant le bois énergie ou construction. Plus largement, la filière présente également un problème de structuration en amont : avec 3, 5 millions de propriétés environ, il y a une très forte atomicité des propriétaires en France. En outre, ces derniers ne gèrent pas forcément leur forêt, ce qui complique l'accès à la ressource.

Comme les entreprises qui récoltent le bois sont de taille artisanale, les volumes mis sur le marché comme les gains de productivité restent limités. Ceci pèse sur la capacité d'investissement de ces entreprises. Par exemple, elles utilisent rarement des équipements spécifiques pour recueillir du bois moins noble destiné à la combustion, ce qui pourrait améliorer la productivité.

Les sociétés de cette filière doivent beaucoup investir au départ. Cet effort ampute pendant plusieurs années leurs marges.

Elles ont besoin de stocks importants notamment pour faire sécher le bois une fois récolté avant de réaliser une première transformation : il faut financer ces stocks. Comme les entreprises s'avèrent souvent de petite taille, elles ont des difficultés à financer leur cycle d'exploitation.

Enfin, des conflits d'usage entre le bois énergie, le bois d'œuvre, le bois d'industrie compliquent les approvisionnements et tirent les prix du bois à la hausse.

AE : Comment contourner ces difficultés ?

PG : Pour contourner cela, des aides pourraient soutenir les entreprises dans le financement du cycle d'exploitation et du cycle d'investissement pour s'industrialiser, s'équiper.

Ainsi, le Fonds stratégique d'investissement bois peut prendre des participations dans les entreprises de la filière bois.

 
Une aide financière : le fonds stratégique d'investissement bois Le fonds stratégique d'investissement bois vise le développement la consolidation des entreprises de la filière bois. Il concerne plus particulièrement les secteurs de la scierie, de la construction et de la production d'énergie. Il a été mis en place suite au rapport de Jean Puech sur la mise en valeur de la forêt française et le développement de la filière bois. Il est géré par la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Ce fond n'attribue pas des subventions, mais apporte des fonds propres aux entreprises en prenant des participations minoritaires. Il est doté d'un montant initial de 20 M€ qui se décompose en une participation de 5 M€ chacun du Groupe Eiffage, du Crédit Agricole, du Fonds Stratégique d'Investissement et de l'Office national des forêts participations.
 

Pour réduire le nombre de propriétés forestières, des incitations fiscales pourraient encourager les exploitants à se regrouper sous forme de coopérative. Celle-ci pourrait alors mettre en place une politique de mobilisation de la ressource auprès de tous les adhérents. Cette option est en cours de discussion.

AE : Comme se présente le marché de l'incinération de la biomasse ?

PG : Dans l'incinération, le marché est mature, organisé. Il est composé par un nombre limité d'opérateurs comme Sita, Veolia, ou Tiru.

La tendance est à la réduction du nombre d'incinérateur et à l'augmentation de leur taille unitaire du fait du durcissement des normes des émissions polluantes, de la recherche d'une taille critique (les coûts de production d'un incinérateur de grande taille sont plus faibles que ceux d'un système de petite taille) et des objectifs amélioration de l'efficacité énergétique.

En tant que responsables de la gestion des déchets, les collectivités locales peuvent inciter leurs délégataires à valoriser l'énergie des unités d'incinération notamment dans des unités de chauffage urbain. Elles peuvent aussi choisir la production d'électricité qui sera revendue au même tarif que pour l'énergie renouvelable puisqu'un incinérateur est considéré comme une filière de production d'énergie renouvelable sous certaines conditions.

Pour les prochaines années, nous allons atteindre un niveau plafond concernant la production d'énergie issue des incinérateurs car c'est très difficile aujourd'hui de construire de nouvelles unités : la position des riverains est assez hostile.

AE : Quelles perspectives pour le marché de la valorisation du biogaz ?

PG : Le potentiel est important. La méthanisation des ordures ménagères et la méthanisation agricole présentent la marge de croissance les plus importantes. Ce n'est cependant pas encore vraiment une voie de traitement car cela reste cher. Des problèmes techniques demeurent également : pour produire de l'énergie à partir du méthane, il faut assurer un flux constant dans le méthaniseur et la qualité des déchets à introduire doit également être constante. C'est assez compliqué. Nous pouvons valoriser le biogaz de décharge, de site industriel (agroalimentaire), agricole mais aussi au sein de stations d'épuration ou faire de la méthanisation des ordures ménagères. La valorisation du biogaz est une des filières des ENR qui a bénéficié d'un relèvement des aides publiques (notamment tarifs d'achat).

Réactions10 réactions à cet article

 

UNE FRANCE RICHE ÉDUQUÉE DANS L INSOUCIANCE, L IRRESPONSABILITÉ ET LE GASPI COMPORTE ENCORE DES MILLIERS D HECTARES SOUS EXPLOITÉS DANS LE DOMAINE DU BOIS... CE PAYS A-T-IL FAIT LE POINT DE SES SURFACES EN TAILLIS OU POUSSENT RONCE, LANDES , SAUCERINNES, VERGNES ETC... SANS PRODUCTIVITÉ ET SANS VALEUR ENEGERTIQUE.... VOILA OU SE SITUE LES VÉRITABLES ENJEUX QUAND UNE POLITICAILLE PASSE SON TEMPS A COMPTER SES BILLES....

bertrand | 19 avril 2013 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

comment envisager des transactions sur petites parcelles, quand vous voyez les frais de notaires; autrefois, dans certains cas, il y avait des actes administratifs avec frais très réduits...

DL | 19 avril 2013 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On peut faire mieux, sans doute, mais le bois-énergie représente déjà 68,8 % de la biomasse énergie (source statistiques MEDDE). Le bois-énergie doit être utilisé en fin de cycle (usages durables privilégiés comme le bois d'oeuvre, les panneaux, le papier, etc). Il doit également être utilisé prioritairement pour la production thermique, voire la cogénération, mais pas la production électrique qui est désastreuse sur le plan rendement. De même, les projets de taille moyenne et de proximité sont à privilégier, pour le bilan carbone.
La forêt privée doit être sollicitée par le biais d'associations de gestion en commun ; les dispositifs fiscaux existants permettent déjà de bonifier les subventions pour les projets de dessertes en commun ; il faudrait un outil réglementaire permettant aux Préfets de réunir les propriétaires afin de réaliser des documents de gestion communs.

Sylvestre | 19 avril 2013 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je suis d'accord avec bertrand ,sylvestre et d l qui sont certainement des acteurs de la filiere .... quand est ce que nos politique comprendront qu ' il faut sortir de leur ministere et aller au contact des pros pour trouver des solutions viables aux enjeux de notre temps ...... quitte a bousculer certains "électeurs" : on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs !!

médéric | 19 avril 2013 à 12h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le bois énergie est encore mal exploité dans la foret car le modèle économique n'existe pas:
- il faut un prix à la tonne viable pour le propriétaire, pour l'exploitant car il vaut mieux aider cette ressource avec une tva 0 plutôt que le gaz Russe avec une tva 5%;
- il faut changer le modèle d'exploitation avec du matériel adapté et éviter de gaspiller le bois parce qu'il n'a pas de prix ( centre de stockage,billonnage bord de route
- améliorer la valorisation des bois locaux par une économie circulaire.

élus locaux | 23 avril 2013 à 07h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"le bois d'industrie compliquent les approvisionnements et tirent les prix du bois à la hausse."
Est ce honteux que de vendre du bois plus de 5 euros le stère ? Une des façons d'aller chercher le bois dans les petits massifs et bosquet est sans doute lié au fait que fournir des calories d'origine rurale à quelques euros pour alimenter des chaudières urbaines n'est pas la meilleure forme de solidarité. Quand le bois et les calories auront un prix, les propriétaires forestiers seront peut être moins réticents à vendre leur biomasse (avec les risques environnementaux et sociaux à la clé...)

legaaufondesbois | 23 avril 2013 à 09h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On raconte que les bois de finlande de russie et d'ailleurs c'est pas cher sous crochet au HAVRE qu'ils disent
.Alors quand y aura t il des chemins d'acces pour toutes les forets il faut désenclaver....ET LE CARBURANT EST TROP CHER POUR LE PETIT EXOLOITANT...mes propos sont j'en suis d'accord au ras des paquerettes mais commençons à savoir exploiter nes petites parcelles

VERTACO EN DEROUTE | 24 avril 2013 à 16h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans certaine région (PACA, usine de gardane) des gros industriels vont ruiné la filière bois, voir importé du bois du canada pour généré de l'électricité et l'état va les y aider... Valorisé le bois OUI, développer la filière OUI mais construire sa maison en épicéa made in RUSSIE NON, produire de l'électricité avec du bois NON, sauf si c'est un sous produit de la chaleur...

Emilie | 25 avril 2013 à 17h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour avancer dans la filière bois il faut surtout passer des paroles aux actes, tous les dispositifs administratifs existent, maintenant il faut passer des paroles aux actes avec le ministère du redressement productif.

Est il normal que du bois rond issu du massif central parte en ITALIE et que dans le même temps les entreprises locales importent des sciages d'ALLEMAGNE ? certainement non. Alors il faut rapidement changer le modèle économique.

élus locaux | 02 mai 2013 à 08h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les autorités du ministère de l'écologie et de l'ADEME devrait se rendre en forêt pour constater après exploitation le gaspillage de bois qui reste sur le terrain et qui pourrait être collecté afin de réduire le facture énergétique de la FRANCE. Ce message concerne MMES BATHO et BRICQ ?

élus locaux | 13 mai 2013 à 08h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager