En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bois illégal : la commission environnement du Parlement durcit de nouveau les sanctions

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
   
Bois illégal : la commission environnement du Parlement durcit de nouveau les sanctions
   
La Commission européenne a présenté en octobre 2008 dans le ''Paquet Forêt'', une proposition de règlement qui demande une meilleure traçabilité des importations de bois dans l'UE, dont un cinquième serait d'origine illégale (près de 19%). Le projet de règlement vise à contraindre les entreprises opérant sur le marché communautaire à prouver qu'elles ont mis en place les procédures nécessaires visant à minimiser le risque d'achat de bois illégal.

Fin janvier dernier, le Conseil de l'Union Européenne a approuvé la proposition de règlement de la Commission qui prévoit que ''les nouvelles règles seront fondées sur le système de diligence raisonnable, qui permet aux opérateurs de suivre la trace du bois et des produits dérivés, d'avoir accès à des informations concernant le respect de la législation applicable et de gérer le risque de mise sur le marché européen de produits dérivés issus d'une récolte illégale''. Cette décision du Conseil ''complétait l'accord partiel auquel était parvenu le Conseil Agriculture et pêche'' en décembre 2009. Un accord aussitôt dénoncé par les organisations environnementales reprochant au texte d'avoir été ''affaibli'' par rapport à l'adoption en avril 2009 d'un projet de réglementation plus contraignant par le Parlement européen.

Des sanctions financières

Ce texte est désormais transmis aux eurodéputés pour une deuxième lecture. Résultat : la commission Environnement du Parlement a de nouveau réclamé le 4 mai des peines plus sévères et durcit le texte en prévoyant des sanctions financières ''proportionnelles à la valeur des produits obtenus et aux dommages causés à l'environnement''. ''Les fournisseurs de l'UE de bois issu de sources illégales doivent payer des amendes qui tiennent compte des dommages environnementaux et économiques réels causés par l'exploitation forestière illégale'', a souligné la commission.

Les eurodéputés proposent que le règlement fixe des normes minimales pour les sanctions, notamment pénales, selon Caroline Lucas (Verts/ALE, UK). Ils veulent également étendre les exigences de traçabilité tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Les députés demandent donc une interdiction de mise sur le marché - ou de mise à disposition - du bois récolté illégalement ou des produits. ''Les exploitants de bois mis sur le marché pour la première fois doivent se conformer à une stricte ''diligence raisonnable'' du système, car ils ont une responsabilité particulière pour les produits entrant sur le marché de l'UE'', estiment-ils. Afin d'améliorer la traçabilité, les eurodéputés demandent aux fournisseurs de fournir des informations sur la provenance, le pays et la forêt d'origine des produits. Ils devront aussi identifier l'opérateur leur ayant fourni le bois et indiquer à qui il a été livré.

La proposition de la commission Environnement doit être soumise à un vote en plénière en juillet.

Réactions2 réactions à cet article

 
traçabilité du bois illégal

Qui achète le bois illégal ? et celui provenant des forêts pillées ? Tout le monde connaît les résponsables et les circuits commerciaux , historiquement vers la France et l’Allemagne, transitant désormais par la Chine . En « souhaitant une traçabilité » et éventuellement quelques petites sanctions , nous pourrions rapidement passer de 20% de bois illégal à 0 %.
Simplissime : avec un bon photocopieur vous créez tous les vrais/faux certificats authentifiés de logos . On peut même se lancer dans les frais en achetant une bonne agrafeuse pour les clouer sur chaque grume déjà recouverte de numéros à la peinture.
Courir après chaque bûcheron ,chaque grumier compte tenu des immenses surfaces et de la corruption est illusoire . Des grumes de 10 à 40m3 se cachent beaucoup moins facilement que la drogue.
Identifier les points de rassemblements du bois illégal et du bois légal provenant d’une forêt surexploitée , avant le chargement devient plus facile .
Après le chargement et l’acahat des vrais/faux labels , tout devient « traçable ».
Les réglements de l’UE sont indispensables , mais il faudrait de manière pragmatique agir sur les groupes industriels , les grosses centrales d’achat qui achètent un prix dans l’hémisphère sud plutôt que du bois dans les forêts bien gérées de l’hémisphère nord .
Agir sur les acheteurs peu ou pas regardants … le flux considérable existe bien depuis 30 ans en raison de la demande !

Biofario | 06 mai 2010 à 08h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Tout cela existe deja...

Petit rappel:
ces demarches de tracabilité existent deja : certification pefc et fsc. Il suffit de les exiger et vous avez toutes vos réponses! Si ces démarches ont du mal à se développer dans les pays concernés par ce probleme (afrique, amérique du sud) c'est bien pour une raison....
l'ue va créer un nouveau système alors qu'il existe deja et favorise les bois locaux..
A reflechir
Guillaume

GG | 24 mai 2010 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…