En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

60 millions de consommateurs s'attaque aux nanoparticules dans les bonbons et gâteaux

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

100% des bonbons et gâteaux, testés par 60 millions de consommateurs, contiennent "du dioxyde de titane (colorant E171) sous forme « nano », contrairement aux dires des fabricants", selon sa dernière enquête parue le 24 août. Alors que les soupçons s'accumulent sur leurs effets sanitaires, des nanoparticules de dioxyde de titane ont été retrouvées dans les dix-huit produits sucrés (bonbons, gâteaux et desserts glacés) analysés, représentant de 10% à 100% de l'additif présent. Soit 12% des additifsdans les biscuits Napolitain de Lu, 20% dans les M&M's ou encore 100% dans les desserts Monoprix Gourmet..., selon 60 millions de consommateurs.

Absence d'étiquetage

60 millions de consommateurs dénonce l'absence de la mention "nano" qui "aurait dû figurer sur leurs étiquettes", conformément au règlement européen "Inco" du 25 octobre 2011 concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires. "Soit les marques ignorent cette présence dans les ingrédients qu'elles utilisent, soit elles nient le problème…". Ce règlement européen, applicable dans les Etats membres depuis le 13 décembre 2014, ne fixe toutefois aucun seuil minimum de présence de nanoparticules, pouvant conduire à de mauvaises interprétations pour certains industriels.

En juin 2016, l'association Agir pour l'environnement avait déjà prévenu que l'obligation d'étiquetage de nanoparticules de dioxyde de titane mais aussi de dioxyde de silicium dans l'alimentation n'était pas respectée. Plus de 300 produits étaient suspects à ce jour, dont aucun n'était étiqueté.

En mai 2017, le Gouvernement a publié un nouvel arrêté imposant l'étiquetage des aliments contenant des nanomatériaux. Le texte donne également la définition du "nanomatériau facturé" qui vise "tout matériau produit intentionnellement présentant une ou plusieurs dimensions de l'ordre de 100 nm ou moins" ou composé de parties fonctionnelles distinctes dont beaucoup ont une ou plusieurs dimensions de cet ordre.

Sous la pression des associations et des consommateurs, William Saurin, Carrefour ou les bonbons Lutti ont déjà accepté de retirer les produits incriminés. Auchan a aussi indiqué à l'AFP que "tous les produits de marque Auchan contenant des nanoparticules vont être retirés des rayons" et qu'"une bonne partie l'a déjà été". Intermarché assure aussi avoir obtenu de son fournisseur un changement de recette des bonbons épinglés.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…