En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bonification tarifaire pour le photovoltaïque européen : quels effets sur le marché ?

La bonification tarifaire pour les panneaux fabriqués en Europe ne fait pas l'unanimité chez les acteurs du secteur. Tour d'horizon.

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Quelles conséquences de la bonification tarifaire sur les acteurs et le marché du solaire en Europe ? Fabricants, distributeurs ou producteurs intégrés d'énergie solaire, si les opinions divergent à ce sujet, un constat commun émerge toutefois : cette initiative, tardive, devra nécessairement s'accompagner d'autres mesures.

Retardée par le gouvernement afin d'établir un "encadrement pour éviter qu'elle soit contournée", la bonification a finalement été instaurée le 31 janvier dernier. Aujourd'hui, 500 dossiers seraient à l'étude selon la ministre de l'Ecologie. Delphine Batho, lors d'un débat national sur la transition énergétique sur le solaire, vendredi 17 mai à Lyon, a rappelé qu'"il y aura des contrôles inopinés pour s'assurer du respect des critères dans l'espace économique européen". Le gouvernement a en effet instauré différents niveaux de vérification : tout d'abord, l'assurance que l'une ou plusieurs des étapes de fabrication des waffeurs, des cellules ou l'assemblage des cellules en modules soient bien réalisées en Europe grâce à un certificat.

Ensuite, l'attestation sur l'honneur de l'installateur du système que les modules installés sont bien certifiés. Enfin, ce document doit être visé par un organisme accrédité Cofrac.

Interview de Gilles Cachot, PDG de HAWI FranceDorothée Laperche
 
Un appel d'air pour les industriels

Certains se réjouissent de l'"appel d'air" apporté par la bonification (voir interview vidéo ci-contre) pour les industriels européens.

"Cette bonification permet aux clients finaux ou maîtres d'ouvrage d'avoir accès, pour une rentabilité équivalente, à des produits réalisés en Europe, complète Eric Sauvage, directeur général de Centrosolar France, fabricant de panneaux photovoltaïques, cela permet de faire revenir le matériel au coût réel".

Pour Michaël Seys, responsable du développement produit photovoltaïque pour Panasonic Solar, la bonification ne permettra pas de réels impacts positifs en Europe. "Le marché a trop souffert, pointe t-il, de plus, les tarifs d'achat français sont parmi les plus élevés, ajouter encore une bonification va contribuer à encore faire augmenter la facture d'énergie". Selon lui, si le coût des panneaux a diminué pour les particuliers, ce n'est pas le cas de la facture globale. "Il y a assez peu de concurrence, le consommateur français ne bénéficie pas complétement de la baisse des produits", détaille Michaël Seys.

Pour d'autreS, la bonification, dans certaines conditions, pourrait aider à l'émergence locale de fabricants de panneaux et d'un tissu industriel. Ainsi, pour Jean-Pascal Pham-Ba, secrétaire général de la société Solairedirect, architecte-ensemblier intégré,la diminution dans le futur des coûts des panneaux va accroître l'importance du prix du transport dans la facture globale, du fait du poids du verre.

Une nouvelle chance pour l'Europe ?

"Aujourd'hui, le niveau de prix que nous reprochons aux constructeurs chinois, nous aurions été capables de l'atteindre en Europe en investissant dans des usines à gigawatts, déplore Jean-Pascal Pham-Ba, l'Europe a raté un train, un nouveau arrive lié au caractère pondéreux du verre : pour que la bonification française ait du sens, il faut qu'elle aide à ne pas manquer celui-ci ".

Selon lui, pour que cette initiative puisse bénéficier au marché européen, la Commission ne doit pas appliquer le relèvement des droits de douane (en moyenne 47%) aux importations de panneaux solaires chinois.

Sur ce point, les pays membres devraient rendre leur réponse vendredi. "Certains pensent que la bonification pourrait ralentir la croissance du secteur ou renchérir le matériel… Nous n'y croyons pas trop car le made in Europe n'a aucune raison d'être plus cher que le made in Asie si on fait abstraction de la question du dumping", contrebalance Eric Sauvage.

Peu de fabricants de cellules européens

Pour ce qui concerne les critères du dispositif, selon Michaël Seys, responsable du développement produit photovoltaïque pour Panasonic Solar, la certification devrait être aisée à obtenir pour son entreprise, comme ses usines produisent l'ensemble des panneaux. En revanche, "quand il s'agit d'ajuster des fluctuations de production, certains font appel à des sous-traitants aussi bien en Europe qu'en dehors, cela pourrait être plus difficile dans ce cas", souligne t-il.

Autre faiblesse selon Jean-Pascal Pham-Ba : les fabricants européens de cellules sont trop peu nombreux ou avec de faibles capacités.

"Le critère est également contestable d'un point de vue industriel et économique : nous sommes dans une économie mondialisée… Dire comment est composé un panneau en terme de provenance ou de valeur ajoutée est très difficile", ajoute Jean-Pascal Pham-Ba.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…