En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Jean-Louis Borloo présente la feuille de route énergétique française pour 2020

À la suite d'une communication en Conseil des Ministres et avant le débat d'initiative parlementaire sur la politique énergétique à l'Assemblée, Borloo a présenté le programme des infrastructures énergétiques dans la lignée officielle du Grenelle.

Energie  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Le ministre d'Etat Jean-Louis Borloo, chargé notamment de l'Energie, a présenté hier la feuille de route de la France en matière d'infrastructures énergétiques à l'horizon 2020. Elle prend la forme de trois documents prospectifs dans les secteurs de l'électricité, du gaz et de la chaleur : Programmations Pluriannuelles des Investissements de production, respectivement d'électricité et de chaleur (PPI électricité et chaleur) et Plan Indicatif Pluriannuel des Investissements dans le secteur du gaz (PIP gaz). Ces prévisions constituent une triple révolution énergétique, selon Jean-Louis Borloo. Parce qu'elles organisent une décroissance inédite de la demande et qu'elles introduisent une évolution du mix vers des énergies moins carbonées. Enfin parce qu'elles permettent selon le Ministre d'Etat, à la France de tenir ses engagements en matière de réduction des émissions de GES. Au programme donc : réduction de la consommation, développement des énergies renouvelables, déclassement de la moitié des centrales à charbon et construction de deux EPR. C'est un monde en rupture, caractérisée par une nouvelle trajectoire énergétique et climatique, a commenté avec enthousiasme Jean-Louis Borloo.

Selon les prévisions, les émissions de gaz à effet de serre de la France, issues pour les trois quarts de la consommation d'énergie, devraient être ramenées, d'ici 2020, à 437 MtCO2eq, soit une réduction de 21,8% par rapport aux émissions de 2005 (558 MtCO2eq). Et donc bien plus que la moyenne européenne, à 14%, s'est félicité le ministre. Selon lui, en intégrant les mesures du Grenelle de l'environnement, la consommation finale d'énergie devrait atteindre 167 millions de tonnes équivalent pétrole (MTEP) en 2020 contre 177 Mtep aujourd'hui, soit une diminution de 17% au regard de l'évolution tendancielle prévue (202 Mtep).

Électricité : développer les énergies renouvelables et le nucléaire…

Pour faire évoluer le mix énergétique vers des énergies moins carbonées, la France compte sur le nucléaire et les énergies renouvelables. Concernant les énergies renouvelables, l'énergie produite devrait croître de 50% d'ici 2012, et de 120% d'ici 2020. A cette échéance, leur part dans le mix énergétique devrait atteindre 23% comme prévue par les objectifs fixés à la France dans le cadre du Paquet Energie/Climat Européen, et la production globale s'élever à 36 Mtep. Toutes les énergies renouvelables sont concernées : il faut multiplier par 400 la production du solaire photovoltaïque, par 2 celle de bois-énergie, par 10 celle de l'éolien, par 6 la géothermie et par 12 les réseaux de chaleur, a précisé Jean-Louis Borloo.
Cette forte croissance des ENR ne sera pas sans poser de questions d'acceptabilité qu'il faudra traiter, a souligné lors de la conférence de presse Pierre-Franck Chevet, chef de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) et présent au côté du ministre lors de la présentation du programme. Une nouvelle organisation de la recherche et un soutien à l'émergence de filières industrielles de rang mondial seront mis en place. On ne peut pas être un grand pays en étant absent de la compétition mondiale en matière d'énergies renouvelables. Toutes ces énergies, y compris les énergies marines, ouvrent des champs de développement industriel et d'emplois. Pour développer une filière, il est indispensable de disposer d'un marché domestique, a résumé le ministre.
Parallèlement les réacteurs nucléaires de troisième génération de Flamanville seront mis en service en 2012 et en 2017 pour ceux de Penly.

… et réviser la production thermique

Autres conditions prévues par la feuille de route : la révision du parc de production thermique d'électricité qui sert à répondre notamment aux besoins en période de pointe. La moitié des centrales à charbon seront déclassées d'ici 2015 et remplacées par des centrales à gaz, moins polluantes et aucune nouvelle centrale à charbon ne pourra être autorisée sans mise en place d'une chaîne complète de démonstration de captage, transport, et stockage du dioxyde de carbone, dans l'attente de la disponibilité des technologies de capture et stockage du CO2.

Chaleur : structurer la production basée sur la biomasse

Dans le domaine de la chaleur, le nombre de logements raccordés à des réseaux collectifs devra au moins être multiplié par deux, à l'horizon 2020, et la priorité sera donnée à la chaleur renouvelable, le plus souvent issue de biomasse. De nouvelles mesures législatives et réglementaires sont ainsi prévues, notamment dans le projet de loi portant engagement national pour l'environnement, et une partie du fonds chaleur renouvelable sera consacrée aux réseaux de chaleur. Concernant la biomasse, Pierre-Franck Chevet estime toutefois nécessaire de maîtriser la pollution atmosphérique et de disposer d'observatoires de la ressource et des besoins afin de bien cerner le potentiel disponible et de prévenir les risques de conflit d'usages et de difficultés d'approvisionnement. Les plans d'approvisionnement des projets biomasse énergie dans le cadre du fonds chaleur renouvelables et des appels d'offres cogénération biomasse seront ainsi expertisés par les cellules biomasse, afin que se structurent les filières locales.

Gaz : sécuriser l'accès à la ressource

Enfin, dans le domaine du gaz naturel, les enjeux de sécurité d'approvisionnement rendent nécessaire l'accélération des investissements dans le domaine du transport, du stockage et des terminaux méthaniers, a expliqué Pierre-Franck Chevet. Le ministère soutient ainsi les projets de terminaux méthaniers mais qui se situent dans des zones adaptées, notamment d'un point de vue environnemental.

Si le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a accueilli favorablement ces PPI pour la place donnée aux énergies renouvelables, il n'en est pas de même pour l'organisation Greenpeace. Dans un communiqué daté du 2 juin, l'organisation dénonce, à l'inverse du Ministre, un programme en contradiction avec le Grenelle de l'Environnement et le paquet Energie/climat européen, détourné pour planifier de facto un deuxième EPR sans qu'aucune justification énergétique n'ait été apportée. Autre désaccord : le projet de terminal charbonnier de Cherbourg, actuellement en attente d'autorisation. Ce sont jusqu'à 4,5 millions de tonnes de charbon qui transiteraient par Cherbourg, soit l'équivalent de 10 à 11 millions de tonnes de CO2 émises au final dans l'atmosphère. A l'heure où la communauté européenne s'est engagée à réduire ses émissions d'au moins 20% d'ici 2020, un tel projet est totalement incohérent, déplore l'organisation.

Les PPI seront évaluées par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et transmis au Parlement, avant de faire l'objet d'un arrêté publié au Journal Officiel.

Réactions5 réactions à cet article

 
déchets radioactifs

Non pas par conviction ni par connaissance parfaite du sujet, mais par simple logique vu la demande croissante en énergie de nos société, vu que je ne suis pas prêt à me passer du confort moderne, comme 99,99% des gens je crois, vu que d'autres peuples y ont droit, vu que les solutions alternatives de production d'électricité ne sont pas suffisantes; nous ne pouvons nous passer du nucléaire. Nous ne pourrons avant longtemps cesser de polluer. C'est dramatique mais c'est comme ça!
La solution existe pour se débarrasser totalement et définitivement des déchets radioactifs, pour ne pas les laisser aux générations futures, pour ne pas polluer par avance, même si il s'agit de nombreux siècles, les peuples futurs. Elle est techniquement faisable, couterais très cher (à l'échelle de la recherche spatiale) mais elle existe! Elle peut être mise en projet par l'Agence Spatiale Européénne et la NASA, c'est facile puisque Nicolas et Barak sont potes). Salutations

papou | 09 juin 2009 à 18h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les générations futures, c'est qui au juste ?

Et si on interrogeait les générations futures, on découvrirait peut-être qu'elles préféreraient se retrouver avec des déchets radioactifs, mais avec encore du pétrole au moins pour l'industrie des plastiques par exemple. Non, c'est sûr on leur fait dire un peu ce que l'on veut.

RobertVnt | 11 juin 2009 à 22h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:déchets radioactifs

On peut sortir du nucléaire. C'est une question de volonté politique et sociétale. Prenez l'exemple du rapport des '7 vents du Cotentin' qui démontre la démarche Négawatt (triptyque sobriété/éfficacité/énergies renouvelables) par rapport à la construction d'un EPR.
Si on est déjà capable de produire 20% d'électricité d'origine renouvelable, voire 50 % dans certains pays, on peut potentiellement atteindre le maximum...
Cordialement

Harvey | 17 juin 2009 à 07h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
photovoltaïque

Monsieur le ministre ,
Une règlementation oblige - sous peine d'abattement du prix de rachat de l'éléctricité par EDF -les candidats à l'installation de panneaux photovoltaïques sur leur toiture à enlever leurs tuiles.
Cette obligation renchérit le coût du projet et peut compromettre l'étanchéité du toit , surtout en fin de vie du matériel .
Elle contribue certainement à dissuader de nombreux candidats qui savent calculer le rendement d'un investissement.
Faites supprimer rapidement cette règlementation et vous verrez se multiplier les installations individuelles . Il n'y a aucune raison que la volonté politique d'augmenter massivement la production solaire soit bridée par un frein serré par l'opérateur.
Personnellement ,j'attendrai ...
Avec toute ma considération,
PR

philippe roederer | 19 juin 2009 à 12h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:déchets radioactifs

Je ne suis pas d'accord :

- je pencherais pour un peu moins de 99.99%. Il y a déjà au moins 8 % d'écologistes déclarés en France aujourd'hui (ceux qui ont voté). Les mentalités changent plus vite que ce que l'on croie.

- Envoyer des déchets nucléaires dans l'espace, si c'est ce que tu suggères, c'est tout bonnement matériellement impossible. Trop de masse de déchets par rapport à l'énergie déployée pour s'affranchir de l'attraction terrestre. Et les probabilités d'un accident rendant inutilisable le site de lancement sont bien trop grandes.

Anonyme | 27 mai 2010 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager