Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nappes phréatiques : la recharge des prochains mois sera décisive pour aborder l'été 2023

Eau  |    |  Dorothée Laperche

« Les pluies infiltrées durant l'automne sont très insuffisantes pour compenser les déficits accumulés durant l'année 2022 et améliorer durablement l'état des nappes », avertit le BRGM dans son bulletin de situation hydrogéologique du 1er janvier 2023.

   
© BRGM
 
   

Une grande partie du territoire a en effet rencontré un déficit de pluies durant cette période. Les précipitations ont d'abord permis d'humidifier les sols - très secs - et d'alimenter la végétation avant de pouvoir recharger les nappes. Les deux phénomènes font que plus des trois quarts des nappes restent sous les normales mensuelles. « Le volume des pluies infiltrées ne compensant pas toujours les sorties d'eau par les exutoires naturels (sources, zones humides, cours d'eau, mers et océan...) et par les forages de prélèvement, complète le BRGM. Certaines zones ont toutefois bénéficié ces dernières semaines de pluies qui leur permettent d'afficher des niveaux satisfaisants, à l'instar des nappes situées le long du littoral, de la Manche à la Bretagne, ou encore la nappe alluviale de la plaine d'Alsace nord.

« La recharge de ces prochains mois conditionnera les niveaux de l'été 2023 », rappelle le BRGM. Pour certains secteurs qui affichent des niveaux bas à très bas (Maine, Poitou, Vendée, Périgord et est de la Côte d'Azur), l'atteinte des niveaux normaux demandera des pluies excédentaires. Pour l'instant, les prévisions de Météo-France pour le premier trimestre ne privilégient aucun scénario.

Réactions1 réaction à cet article

 

j'espère qu'on arrivera à faire des retenues qui empêcheront les grandes pluies de raviner et disparaître, je vois des averses de 100mm quand chez moi, avec 40mm on est inondé. Je vois aussi des opposants permanents à toute action, des recours, etc... il doit quand même être possible de trouver des accords sur des solutions intelligentes. Ou bien nous sommes le pays de la bêtise.

28plouki | 17 janvier 2023 à 18h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager