Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Stockage du CO2 : le BRGM crée une unité dédiée à la sécurité et aux impacts de la technique

Face à la multiplication des projets de recherche et d'expérimentation dédiés au stockage du CO2 dans des formations géologiques, le BRGM crée une unité spéciale qui se concentrera sur les risques liés à cette technique.

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Technique prometteuse selon le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) pour limiter le rejet de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, le captage et le stockage géologique du CO2 est au cœur de nombreux projets de recherche aux niveaux national et international. Les projets européens CO2ReMoVe (2006-2011) et STRACO2 (2007-2009) par exemple s'intéressent respectivement au monitoring des sites de stockage et aux implications commerciales de la technique. Aux échelons nationaux, le projet CHARCO (2006-2010) a pour objectif d'expérimenter et de modéliser l'échange de gaz dans les charbons en vue d'un stockage du CO2 tandis que le projet GAZ ANNEXES (2007-2009) est destiné à étudier le rôle des autres gaz potentiellement co-injectables avec le CO2.

De même, les deux années écoulées ont vu le démarrage de plusieurs projets de démonstration et d'opérations industrielles incluant des instrumentations scientifiques et techniques : site de Sleipner en Norvège, stockage en aquifère profond off-shore à Weyburn au Canada, stockage en réservoir pétrolier couplé à la récupération assistée de pétrole à In-Salah en Algérie… Et ce n'est qu'un début puisque selon le BRGM, le nombre d'opérations envisageables à partir de 2015 est élevé : on peut penser que quelque 3.500 opérations équivalentes à Sleipner (1 million de tonnes de CO2 injecté/an) verront le jour d'ici à 2050.

La question de la sécurité de la technique devient donc majeure. Convaincu qu'il est nécessaire de séparer clairement la fonction d'évaluation des risques par rapport aux autres travaux réalisés dans ce domaine, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) vient de créer une unité spécifique intitulée « sécurité et impacts du stockage de CO2 », regroupant les chercheurs et experts spécialisés sur ce sujet au sein du service en charge des risques naturels.

Garantir la sécurité

 
La technique ne pourra donc être généralisée au-delà des opérations de démonstration que si des garanties suffisantes sont apportées sur la sécurité et les mesures correctives possibles  
BRGM
 
Les caractéristiques du CO2 n'en font pas un gaz dangereux mais les quantités qui seraient stockées et la durée de stockage envisagée nécessitent des garanties. Compte tenu de la durée d'utilisation du charbon et du temps de résidence du CO2 dans l'atmosphère terrestre, le BRGM fixe à 1.000 ans environ la durée d'un stockage. La technique ne pourra donc être généralisée au-delà des opérations de démonstration que si des garanties suffisantes sont apportées sur la sécurité et les mesures correctives possibles, explique le BRGM.

Les questions clés à résoudre seront notamment la compréhension des impacts locaux du stockage notamment sur les aquifères d'eau potable situés au-dessus ou sur la stabilité géomécanique du réservoir et de la couverture.

Dirigée par Hubert Fabriol, cette nouvelle unité tachera donc d'analyser les scénarios d'évolution normale des stockages en aquifère profond et les comportements altérés (remontées de CO2), de caractériser les impacts sur l'environnement en particulier sur les autres aquifères, de proposer des critères de sécurité et de contribuer à l'élaboration des réglementations françaises et internationales en la matière.

Rappelons que le cadre réglementaire européen a récemment été définitivement approuvé par l'ensemble des décideurs à travers l'adoption du paquet climat-énergie. Une directive relative au captage et au stockage du CO2 va donc prochainement être publiée. Pour les pays de l'UE qui souhaitent utiliser cette technologie, la directive définie les conditions régissant l'évaluation des sites de stockage, les procédures d'autorisation et la fermeture de ces sites.
Les exploitants seront tenus de surveiller les sites de stockage et de faire rapport aux autorités aussi bien pendant la phase de stockage qu'après la fermeture du site et l'arrêt des activités. Reste à savoir désormais quels indicateurs de surveillance utiliser et quelles normes fixer. Ce sera l'un des axes de travail du BRGM.

Réactions1 réaction à cet article

 
CO2 ET L'INTELLIGENCE DE SIX MILLIARDS D'HUMAINS

On cherche comment limiter les émissions de CO2, comment le stocker. On ne cherche pas assez comment transformer ou utiliser ce CO2.

Le CO2 est aujourd'hui le gaz à effet de serre le plus dangereux pour le devenir de l'humanité sur la Planète.
Pour le combattre trois voies sont évoquées :
1 – Limiter les émissions : Cela semble irréalisable dans les délais compatibles, ce compte tenu des rivalités inter pays, de l'appât du gain, les visions à court terme de bien des décideurs et maintenant la dépression où chacun va vivre pour soi! Dés que la reprise pointera son nez, reprise par la consommation d'énergie, alors le taux de CO² ne fera que croître.
2 – Le Stocker : Est-ce un vrai choix? Quid des stockages défaillants?? Cela ne paraît pas très efficace non plus.
3 – Trouver des utilisations nouvelles du CO2 ou des procédés pour le transformer.
Cette troisième voie est trop peu explorée. Les recherches sont portées par des élites, des ingénieurs trop peu nombreux à consacrer du temps au sujet… Ils sont accaparés par d’autres tâches, et la relance du nucléaire sera sans doute un frein à cette recherche. Nous ne sommes pas suffisamment créatifs pour imaginer, inventer des solutions. Ce CO2, nous devons pouvoir " en faire autre chose "... Jamais l'humanité n'a vécu un tel challenge pour sa survie. C'est pourquoi le débat d'idées doit se situer au niveau de l'humanité tout entière avec la plus large des communications.

Ce que je propose, c’est faire appel aux millions d'internautes répartis parmi les six milliards d’humains qui mettront leur imagination et leurs compétences en synergie.
Même s’ils ne sont pas experts et ingénieurs, ils peuvent apporter des idées, échanger des expériences, confronter les cultures de la Chine et du monde occidental, de l’Amérique latine et de l’Afrique.
Aujourd'hui on peut utiliser des milliers d'ordinateurs de particuliers afin d'utiliser leur puissance de calcul. Nous devons faire pareil avec l'intelligence humaine, c’est-à-dire mettre l’intelligence humaine en réseau.
L’internet permet cette mise en synergie. Certains événements ont une portée mondiale – on l’a vu avec le film d’Al Gore. Profitons d’un de ces événements – le Earth Hour sans électricité, la « journée de la terre », le lancement du prochain film de Yann Arthus Bertrand, ou d’autres- et lançons l’appel aux internautes du monde pour qu’ils fassent remonter des idées sur la façon d’utiliser le CO2 en le rendant inoffensif.

Rien ne jaillira spontanément et tout de suite. Il faudra des années de remontée d’idées, de suivi par les ingénieurs et les chercheurs. Mais l’appel créera un terreau favorable aux découvertes et servira également à faire prendre conscience aux citoyens de la planète des enjeux de la lutte contre le changement climatique.

Bernard Reynier
Ingénieur

bernard | 23 avril 2009 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Droit de l'énergie : votre conseil à distance et à l'international Energie-legal