Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Bruit et pollution dans l'environnement aéroportuaire : les producteurs de données jouent la transparence

Transport  |    |  Nadia Gorbatko

Le bruit et la pollution atmosphérique sont les deux premières causes de dommages sanitaires en Europe. Leurs effets peuvent en outre se cumuler au sein des aires métropolitaines. La lutte contre ces deux fléaux passant par une bonne connaissance et une bonne mesure des sources d'émissions, ainsi que de leurs impacts sur la santé humaine et la biodiversité, les organismes publics producteurs de données environnementales se sont engagés, par le biais d'une charte, à faire œuvre de transparence en la matière.

Signataires de ce document, le 9 janvier dernier, l'Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (Acnusa), le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), le réseau Atmo France, l'observatoire du bruit en Île-de-France Bruitparif, l'observatoire de l'environnement sonore de la Métropole de Lyon Acoucité et l'association Citepa ont ainsi promis, conformément à la directive européenne Inspire du 14 mars 2007, de rendre publiques les données utiles aux opérateurs aéroportuaires pour supprimer ou réduire les émissions de leurs activités à la source, aux pouvoirs publics pour prendre les dispositions nécessaires, aux populations pour les informer des mesures prises et de leurs interprétations.

« La signature de cette charte est ouverte aux producteurs de données qui souhaiteraient rejoindre cet engagement », précise l'Acnusa

Réactions1 réaction à cet article

 

Les terrains et maisons sont moins chers autour des aéroports. Pour les maisons construites avant l'implantation d'un aéroport, c'est autre chose, il doit sans doute y avoir des règles. Je l'espère, car ayant eu une telle maison, avec les avions de chasse qui passent à 100m au dessus du toit (en 1960...) c'est assez dur à vivre.

28plouki | 17 janvier 2023 à 13h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]