Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Conséquences auditives des baladeurs auprès de lycéens : Bruitparif publie une étude

Risques  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
L'observatoire du bruit en Ile-de-France, Bruitparif, vient de publier une étude sur les conséquences auditives des baladeurs auprès de lycéens. Financée par la Région Ile-de-France, l'étude, présentée aujourd'hui lors du Colloque « le bruit en Ile-de-France, perceptions et méthodes d'évaluation », a porté sur 418 adolescents de 20 lycées de la région. Résultats : 54% des lycéens volontaires écoutent leur baladeur à des niveaux dépassant les 85 décibels et 7 % à plus de 100 décibels, niveau qui ne devrait théoriquement pas être dépassé compte tenu de la réglementation européenne en vigueur. Les lycéens qui écoutent très fort en ont généralement conscience, mais cela ne les empêchent pas d'utiliser des appareils achetés hors Union européenne ou débridés, souligne l'association Bruitparif. Et d'indiquer qu'écouter à plus de 100 dB(A), correspond au bruit émis par un marteau piqueur !

Forte disparité des pratiques d'écoute entre les lycées

L'étude met en évidence une forte disparité des pratiques d'écoute entre les lycées : plus les lycéens évoluent dans un milieu bruyant (zone urbaine dense avec de fortes concentrations d'infrastructures de transport, lycée professionnel ou technique avec ateliers ), plus ils écoutent leur baladeur fort. Ceci peut aisément s'expliquer par le fait que, pour pouvoir écouter correctement la musique, il est nécessaire d'avoir un différentiel d'au moins 12 dB entre le niveau d'écoute et le bruit de fond résiduel, rappelle Bruitparif tout en constant que les élèves ne prennent pas forcément la peine de diminuer le volume de leur baladeur lorsqu'ils se retrouvent dans des ambiances plus calmes.
Par ailleurs, un élève sur deux, et près d'un adulte sur 3 de la communauté scolaire sont exposés au cours de leur journée au lycée à des niveaux de bruit dépassant 80 dB(A) en moyenne cumulée.

Selon, l'observatoire Bruitparif, 1 lycéen sur 10 présente un déficit auditif, ce qui serait le double d'il y a dix ans et 5 à 10 % des utilisateurs de baladeur risquent des pertes auditives irréversibles*. L'observatoire rappelle notamment que l'OMS recommande de ne pas écouter de musique à l'aide d'écouteurs, de manière quotidienne, à des niveaux supérieurs à 85 dB(A) en moyenne sur 1 heure ou qui dépassent 110 dB(A) en LAmax. Il précise aussi qu'il existe une réglementation sur les baladeurs**. Les baladeurs vendus sur le marché français ne peuvent excéder une puissance sonore de sortie de 100 dB (SPL). La tension de sortie maximale est également limitée à 150 mV. Les baladeurs doivent en outre porter un message à caractère sanitaire ou un pictogramme précisant que, à pleine puissance, l'écoute prolongée du baladeur peut endommager l'oreille de l'utilisateur, souligne l'observatoire du bruit en Ile-de-France.


*Avis du comité scientifique des risques émergents et nouveaux de la commission européenne rendu publique en octobre 2008

** Arrêté du 24 juillet 1998 complété par l'arrêté du 8 novembre 2005

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager