En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La relation entre l'impact sur la santé et l'excès de bruit se voit confortée par une nouvelle étude

Les résultats d'une étude commandée par la région Ile-de-France et réalisée par des médecins généralistes en 2005 confirment et illustrent significativement le lien entre le bruit urbain et la santé.

Risques  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Les sources de bruit sont très diverses : bruit de voisinage découlant de la concentration de l'habitat en milieu urbain, bruit des transports (routiers, ferroviaires et aériens), bruit lié à l'utilisation de différentes machines (expositions professionnelles par exemple), ou encore exposition à des niveaux sonores élevés lors de l'écoute de musique amplifiée (baladeurs, concerts, discothèques).
Or le bruit, ou plus précisément l'excès de bruit, constitue un préjudice à la qualité de vie et à la santé des personnes. Il est avéré que celui-ci a non seulement des effets sur les organes de l'audition, mais aussi sur l'organisme en général, et notamment avec des troubles du sommeil ou du comportement*. L'établissement d'un lien entre exposition et symptômes reste cependant difficile à quantifier de façon précise en raison des difficultés rencontrées pour décrire l'exposition au bruit. Enfin, de nombreux facteurs de confusion interviennent dans la relation qui relie l'exposition au bruit à ses effets sanitaires.
C'est dans ce cadre que le 26 septembre dernier, la région Ile-de-France a rendu publique une étude s'intéressant au bruit urbain et à la santé. Son objectif : détecter l'existence de liens statistiques entre bruit, gêne sonore et santé en Ile-de-France de façon à établir leur caractère significatif ou non significatif et à identifier les indicateurs pertinents qu'il serait nécessaire de recueillir en continu dans la perspective d'un suivi dans la durée des liens entre bruit et santé en Ile-de-France.

Menée en 2005 par 80 médecins généralistes auprès de quelques 4.400 patients répartis sur 30 communes franciliennes sélectionnées en fonction de leur niveau d'exposition au bruit, l'étude a mis en évidence que l'exposition au bruit urbain, routier, ferroviaire et aérien s'accompagnait d'hypertension artérielle chez les hommes, de troubles du sommeil, d'hospitalisations et arrêts de travail ainsi que des états anxieux et une augmentation de consommation de médicaments pour les 2 sexes. Cette recherche a tenu compte des effets des nombreux autres agents stresseurs (horaires ou conditions de travail pénibles, difficultés sociales, professionnelles ou familiales, etc.).

Ainsi, chez les hommes de 40 à 69 ans, la prise de médicaments destinés à faire baisser la tension artérielle est 5,6 fois plus fréquente quand leur domicile est survolé par des avions passant à moins de 1.000 mètres. Chez les hommes de 15 à 39 ans, les troubles objectifs du sommeil sont 12 fois plus fréquents chez ceux qui font plus de 2 heures par jour de trajet en 2 roues à moteur. Chez les femmes de 40 à 69 ans les hospitalisations sont 4 fois plus fréquentes quand le domicile est soumis à un bruit routier diurne supérieur à 65dB(A) et la prise d'anxiolytiques ou d'antidépresseurs est 10 fois plus fréquente en cas de résidence à proximité d'un point noir ferroviaire. Une corrélation entre les troubles de l'appétit et le bruit routier diurne a également été observée.

C'est la première fois qu'on utilise sur une grande échelle une méthode d'enquête reposant sur des médecins généralistes pour étudier les effets du bruit, a souligné Michel Vampouille, vice-président chargé de l'environnement tout en précisant que des recherches complémentaires seront nécessaires car l'étude a ses limites. Elle n'a par exemple pas pris en compte le passé des patients. D'autre part, les observations ont été faites sur un échantillon non représentatif de Franciliens.

Mais pour le vice-président chargé de l'environnement, s'ils confirment les craintes initiales, les résultats renforcent surtout sa détermination à faire du bruit un enjeu majeur du Grenelle de l'environnement. La Région Ile-de-France demande d'arrêter un calendrier de réalisations en matière de lutte contre les bruits ferrés sous la maîtrise d'ouvrage de Réseau ferré de France, afin d'assurer la mise en œuvre du plan de prévention du bruit dans l'environnement (en application de la directive européenne de 2002 qui fait notamment obligation aux gestionnaires d'infrastructures d'établir ces plans d'ici à juillet 2008) et d'instaurer un couvre-feu sur l'aéroport de Roissy, comme cela est déjà en place à Orly.

Toutefois, cette proposition n'a pas fait l'objet de consensus entre les différents collèges du Groupe 3 du Grenelle, même s'ils considèrent tous que la résorption des « points noirs » de bruit liés aux infrastructures de transports terrestres et aériennes est une priorité sanitaire et devra être obtenue dans les 5 ans à venir. Ils recommandent de résorber en 5 ou 7 ans les points « noirs » identifiés et liés principalement aux transports aériens et terrestres (de l'ordre de 400 000 logements), de renforcer la concertation et dans le cadre d'observatoires du bruit, de généraliser et finaliser les cartographies de bruit dans les régions ou grandes agglomérations… domaine dans lequel la France est très en retard sur les impératifs réglementaires communautaires…Or, ces cartes sont nécessaires pour améliorer la détermination de l'exposition au bruit des domiciles.


*Berglund B, Maschke C. Bruit et santé. Genève : Organisation Mondiale de la Santé, 2000 ; 30p.
**Cette étude ''Bruit et Santé rapport final 15 juillet 2007'' a été confiée au cabinet Open Rome.

Notes

1 - Etude

Réactions3 réactions à cet article

 
relation bruit santé

si vraiment la relation peut être cinfirmée cela permettra, peut-être, d'espérer la mise en place de véritables solutions ou propositions.
pour certains endroits, telles les grandes aglomérations cela semble un peu utopique...
merci pour ces articles honnêtes.
codialement
GH

gil66 | 04 octobre 2007 à 10h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le bruit des travaux en classe

Bonsoir,
Je suis enseignant dans un LP de Soissons. L'établissement devait depuis des années faire l'objet de travaux - chauffage, isolation, fenêtres etc...- Ceux-ci ont commencé pendant les vacances pour la partie intendance. Depuis la rentrée, les élèves et les enseignants de matières générales sont victimes d'un vacarme quotidien de perceuses, scies, meuleuses, marteaux... Au début, j'élevais la voix. Quand je n'en n'ai plus eu, je laissais la perceuse finir son trou pour reprendre. Mon collègue de science-physique a sorti l'appareil pour mesurer les décibels, verdict : 85 décibels.
le problème fut soulevé à la réunion avec la direction un soir. Le proviseur nous a remercié pour notre ...patience...
Le soir en rentrant je suis vanné. effectivement, je suis énervé, je n'arrive pas à dormir et j'ai des sifflements dans les oreilles.La journée n'est pas finie pour autant car il faut s'occuper des enfants. Dois-je consulter?

Fern's | 04 octobre 2007 à 21h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonjour,
je suis en seconde general j'ai un exposer a faire sur l'impacte du bruit sur la sante. j'aurrrait voulut savoir ce que vous pensé de cette question qui trotte la tête de beaucoup de personne, il me faudrait des reponse rapide je doit rendre le travaille le plus vite possible.
d'avance merci de vos reponce

lindsay60400 | 05 janvier 2011 à 17h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…