En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Brune Poirson lance une charte pour des plages sans déchet plastique

Déchets  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Ce lundi 5 août, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson a lancé une charte pour inciter les maires à lutter contre les déchets plastique sur les plages. Elaborée avec l'Association nationale des élus du littoral (Anel), cette charte est composée de 15 engagements "concrets" pris par les villes signataires. Elle se décline en trois volets (sensibilisation, prévention, nettoyage) pour "réduire les déchets plastiques au quotidien".

Les mesures de prévention prévoient notamment l'intégration du zéro plastique dans les cahiers des charges des événements municipaux. Figure aussi l'expérimentation de la consigne sur les contenants alimentaires (gobelets, boîtes à sandwich, etc.) avec des restaurateurs volontaires. Afin d'éviter la dispersion des déchets, les communes doivent aussi équiper l'entrée ou la sortie des plages avec des containers de tri et des poubelles avec couvercles.

Les villes signataires de la charte doivent s'engager dans chacun des trois volets. Des indicateurs de suivi élaborés par le ministère de la Transition écologique "les aideront à évaluer la pertinence des différentes options choisies et à rendre publiques les avancées de chaque commune".

Selon le ministère, plusieurs villes ont déjà manifesté leur souhait de signer la charte dès cet été. Il s'agit de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Le Grau-du-Roi (Gard), Le Lavandou (Var), Vias (Hérault), Poggio-Mezzana (Haute-Corse), Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée), Pornic (Loire-Atlantique) ou encore Perros-Guirec (Côtes-d'Armor), Saint-Mandrieu (Var) et Les Anses-d'Arlet (Martinique).

80% des déchets marins proviennent de la terre et 75% d'entre eux sont des déchets plastiques, souligne le ministère. Pour rappel, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire sera débattue à la rentrée au Parlement.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour,

je vois un énorme oubli dans la liste des déchets plastiques évoqués dans la démarche de Mme Poirson qui stigmatise, une fois de plus, les vacanciers et les touristes.
Quid des déchets issus de l'ostréiculture qui jonchent le littoral charentais ? Ce sont des plastiques friables de très mauvaise qualité utilisés pour capter les naissains d'huitres. Ces dispositifs qui se désagrègent dans l'eau en milliards de fragments sont déployés sur des centaines d'hectares et leurs éléments sont dispersés au gré des vagues par les marées. Au cap Ferret, les professionnels ont abandonné le plastique pour revenir aux tuiles chaulées beaucoup plus respectueuses de l'environnement maritime et avec la même efficacité.
La loi doit s'appliquer à tous, pas seulement aux lampistes

glaudius92 | 09 août 2019 à 16h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager