Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Projet Cigeo : une étude fait état d'un potentiel géothermique "économiquement exploitable"

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

"L'étude réalisée par le cabinet suisse expert en géothermie Géowatt, à la demande du Comité local d'information et de suivi (CLIS) du Laboratoire souterrain de recherche sur la gestion des déchets radioactifs de Bure, en octobre 2013, montre clairement que l'on a de la géothermie économiquement exploitable sous Bure", a annoncé la Coordination BureStop, le 5 novembre, précisant que le potentiel géothermique "[reste] à quantifier".

Une étude qui appuierait l'assignation en justice contre l'Andra

Le collectif associatif précise que l'étude estime "qu'il est possible d'obtenir des débits du même ordre de grandeur que les débits d'exploitation obtenus en région parisienne [et] que les ressources géothermiques au Trias dans la région de Bure peuvent être exploitées de manière économique".

BureStop rapporte que "ce bon potentiel était déjà annoncé dans les rapports du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l'expert français en géothermie, établis entre 1976 et 1983". Un potentiel que "l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) et l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) [ont nié] tout au long de leurs multiples rapports et demandes d'autorisation pour préparer le centre d'enfouissement Cigeo".

L'étude de Géowatt appuierait l'assignation en justice contre l'Andra, déposée fin avril 2013 par six associations, car l'installation d'un stockage nucléaire souterrain est soumise à des règles préalables et strictes : pas de ressources exploitables, ni de potentiel géothermique à l'aplomb du site, selon le guide de sûreté 2008 de l'ASN (ex-règle fondamentale de sûreté).

Réactions3 réactions à cet article

 

Toujours cette opposition systématique pour tout paralyser. Parfois je pense à une décision d'arrêt du Nucléaire et à ce qui se passerait ensuite: comme PERSONNE ne veut d'un centre de stockage ULTIME TOUT RESTERAI EN PLACE et aucune centrale ne pourrait être "traitée" (pour le démantèlement c'est une autre histoire) .Quant à s'obstiner a conserver en surface les déchets c'est la pire des solutions sur le long terme.
Le stockage dans l'argile offre des garanties que les autres milieux n'ont pas.
Un centre de stockage de déchets radioactifs doit évacuer de la chaleur en permanence: c'est donc une ressource géothermique exploitable. (C'est presque une plaisanterie...) Plus sérieusement toute la filière de dechets radioactifs doit dissiper une chaleur aujourd'hui perdue et qui pourrait être récupérée

ami9327 | 12 novembre 2013 à 18h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est génial. Si a un potentiel thermique, on ajoute le potentiel thermique apporté par les déchets nucléaires, on valorise encore plus.
Il faut donc stocker plus de déchets pour apporter plus de chaleur.

zaravis | 13 novembre 2013 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

l’Andra réaffirme que les ressources géothermiques ne sont pas exceptionnelles dans la zone qu’elle étudie en vue d’y implanter le Centre industriel de stockage géologique profond Cigéo. Plus d'infos sur http://www.andra.fr/andra-meusehautemarne/index.php?id=actualite_4_4_1&art=5660

Andra | 13 novembre 2013 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Photovoltaïque : un accompagnement juridique à toutes les étapes du projet LPA-CGR avocats