En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le cadre contractuel du raccordement indirect en cours, selon Hespul

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°342 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°342
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

"Le raccordement indirect, longtemps non autorisé par ERDF, voit son cadre contractuel actuellement mis en place", informe l'association Hespul, sur son site lundi 13 octobre.

Une installation est considérée comme raccordée indirectement lorsqu'elle est raccordée à un réseau privé, lui-même raccordé au réseau public de distribution.

L'avantage de cette ouverture ? Dans certains cas, le raccordement indirect permettrait de diminuer les coûts de raccordement tout en permettant à l'hébergé de percevoir le tarif d'achat.

Dans le cas d'un site raccordé au réseau public par un poste de distribution privé, Hespul souligne que le raccordement d'une installation de production PV dont la puissance est inférieure ou égale à 250kVA sera plus intéressante sur le réseau privé, que sur le réseau public basse tension (qui peut être éloigné du site de production).

"La part autoconsommée sur site (part produite par l'installation hébergée, consommée sur place par l'hébergeur et non comptabilisée au point de livraison) est ajoutée au périmètre du fournisseur du site et facturée dans le cadre du contrat de fourniture, explique Hespul, cependant, sur cette part autoconsommée, aucun frais de TURPE au kWh (part variable de la composante annuelle au soutirage) ne pourront être facturés, pouvant ainsi diminuer les coûts de consommation pour l'hébergeur ".

Pour qu'une demande de raccordement indirect puisse être acceptée, un certain nombre de conditions devront toutefois être remplies : le raccordement indirect ne doit pas modifier la tension de raccordement de l'hébergeur, le nombre d'hébergés est limité à cinq, il n'est pas possible d'envisager un second raccordement indirect (un hébergé derrière un hébergé) et enfin la liaison électrique hébergeur / hébergé(s) ne devra pas utiliser le domaine public et les sites industriels.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager