En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Campagne FNE : l'ouverture du salon de l'agriculture relance la polémique

Agroécologie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Les critiques à l'encontre de la campagne d'affichage de France nature environnement (FNE) est monté d'un cran samedi à l'occasion de l'inauguration du salon de l'agriculture par le Président de la République. Lors d'une table ronde, Nicolas Sarkozy a déclaré avoir "été choqué par cette campagne de communication très déplacée."

En réponse, FNE a publié un communiqué le jour même dans lequel l'association estime qu'"ouvrir le débat n'est pas déplacé." "Est-il possible dans ce pays d'ouvrir le débat sur les questions agricoles sans que l'on nous reproche d'opposer les Français les uns aux autres ?" s'interroge Bruno Genty, président de FNE, ajoutant qu'"il n'est pas déplacé de demander la mise en œuvre complète des engagements 'agriculture' du Grenelle."

Nathalie Kosciusko-Morizet défend les associations environnementales

Par ailleurs, le député Marc Le Fur (Côtes-d'Armor, UMP) a demandé mardi dernier que le gouvernement cesse le versement de subventions à l'association. L'auteur d'un amendement controversé visant à relever le seuil d'autorisation pour les porcheries de 450 à 2.000 places dans le cadre de la loi de modernisation agricole, "exige […] de Mme […] que son ministère ne soit pas complice de ce type d'organisation et qu'elle suspende immédiatement le versement des subventions." Subventions qui représenteraient 44% du budget de l'association, soit un peu plus d'un million d'euros, selon le député.

Mercredi, interrogée par l'AFP, Nathalie Kosciusko-Morizet a déclaré "[défendre] le droit d'expression des associations environnementales." La ministre de l'écologie ne semble pas prête à répondre favorablement aux exigences du député breton et estime que la campagne n'est pas déplacée, tout au moins sur la forme : "c'est un style contemporain qu'on trouve dans d'autres campagnes de communication, y compris dans certaines campagnes de communication de l'Etat."

Enfin, le quotidien Le Télégramme rapporte que Michael Dodds, le directeur du Comité régional du tourisme de Bretagne, a déposé une plainte devant l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP). La plainte vise en particulier le visuel de FNE sur les algues vertes qui "porte gravement atteinte à l'activité du secteur touristique breton", explique-t-il dans une lettre envoyée à l'association.

Réactions6 réactions à cet article

 

Tout apprenti linguiste a appris que "la carte n'est pas le territoire ,que le mot chien ne mord pas" et donc que ce ne sont pas les photos de la pollution qui gâchent le paysage breton mais bien les algues vertes!

sirius | 22 février 2011 à 18h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Notre député n'a pas compris que ce n'est pas en s'attaquant à FNE qu'il va améliorer l'image de la région, au contraire !

Comment nos politiques peuvent-ils être aveugles à ce point ? Pauvre homme...

Squale55 | 24 février 2011 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Socialistes ou sympathisants en prenons un coup !
Ainsi, notre représentant de région (Le Drian, socialiste) juge préférable de masquer la réalité aux yeux du grand public et d'engager de l'énergie (et probablement de l'argent public) pour déposer une plainte ridicule, plutôt de regarder enfin la réalité en face et prendre à bras le corps, une fois pour toutes et avec courage, ce problème de pollution qui nous fait honte à tous.
Ainsi, c'est une ministre de Sarkozy qui a la moralité de laisser les spécialistes de l'environnement exprimer la vérité, et le courage de ne pas céder aux lobbys les plus pollueurs, dont les bretons sont les premiers à payer les conséquences, ne serait-ce que par le coût élevé de l'assainissement, pour une eau du robinet que personne ici n'ose boire.
En Bretagne, nous en avons plus qu'assez de la pollution de notre région. Regarder les choses en face est la seule attitude responsable pour résoudre plus énergiquement ce problème qui traîne depuis des décennies !
Ma réaction sera de ne plus voter socialiste aux prochaines régionales, et d'adhérer à une association écologiste de plus. Ras-le-bol de la lâcheté des nos élus...!

Plume68 | 25 février 2011 à 05h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Messieurs Marc Le Fur, Michael Dodds , Le Drian, quand vous avez de la fièvre vous cassez le thermomètre ?.
Vous lui intentez un procès ?
Pourtant c'est ce que vous faites avec votre campagne haineuse vis à vis de FNE .
Ridicules , vénaux , médiocres c'est ce que vous êtes !

galaxie | 28 février 2011 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais c'est l'Inquisition, ici ! Peut-on penser différemment de vous, et vous contredire lorsque, derrière des propos et des actes calomnieux et irresponsables, vous pourfendez les agriculteurs comme de vils capitalistes imbéciles mettant votre santé en danger, vous prétendez que "en Bretagne, on ne peut pas de baigner", et que l'on devrait continuer à subventionner d'un côté la promotion touristique et la mise aux normes de l'agriculture, et de l'autre certaines associations écologistes intégristes (bien sagemment installées à ... Paris), qui ne connaissent rien à l'agriculture ni aux territoires ? Que Mme Duflot vienne en Bretagne nord ; que l'on examine la qualité de l'air de Paris ; que l'on examine la qualité du littoral méditérannéen. Il faut vraiment être déconnecté des réalités du monde du travail (être retraité, prof, étudiant en arts plastiques, ou je ne sais quoi) pour tenir ce genre de discours. Ce n'est pas avec ce genre d'actions que l'on va rendre le monde meilleur. Non : la campagne du FNE est irresponsable, imbécile, destructrice, haineuse.

Erasme | 03 mars 2011 à 19h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je vis en Bretagne, tout près de la mer, car j'en suis amoureuse, et j'en ai vraiment assez de devoir rebrousser chemin lorsque je prévois de nager en mer, à cause de ces mètres cubes de soupe verte qui souillent les rivages de nos plus belles plages ! Et le coût du ramassage pour les communes devient lourd à porter. Assez de tout ce gâchis, voilà des années que la sonnette d'alarme a été tirée. Quel exemple donnons-nous à nos enfants ? Il faut arrêter aussi de prendre les touristes pour des andouilles. Ils voient bien, comme nous, l'état des plages avant le passages de tracteurs, ou lorsque les tracteurs ne peuvent pas passer. Traitons enfin le problème à la source ! Il est temps que tout le monde fasse un effort pour stopper les pollutions en tout genre. Les éleveurs et les cultivateurs doivent maintenant montrer l'exemple. Par exemple, pourquoi seuls les cultivateurs BIO achètent le compost bio fabriqué à partir de ces algues ? Ils font deux fois leur part : ils ne polluent pas, et ils participent financièrement aux conséquences de la pollution des autres. Tous les cultivateurs devraient assumer leur responsabilité en prenant leur part.

Plume68 | 04 mars 2011 à 19h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…