En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lancement d'une nouvelle campagne d'évaluation des ressources halieutiques en terres australes

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Une deuxième campagne scientifique d'évaluation des ressources halieutiques va s'ouvrir le 20 août dans la zone économique exclusive (ZEE) de Kerguelen, en terres australes et antarctiques françaises (Taaf).

Baptisée ''Poker II'' (POissons de KERguelen), cette campagne vise à évaluer l'état des stocks de la légine australe (Dissostichus eleginoides), poisson très prisé des Japonais et des Américains, pouvant atteindre plus de 2 m et 80 kg. Sa pêche est autorisée et réglementée dans les ZEE pour six compagnies réunionnaises regroupées au sein du Syndicat des Armements Réunionnais de Palangriers Congélateurs (SARPC). Cette espèce emblématique représente la 2e pêcherie de France en valeur.

Si les stocks de légine se sont ''stabilisés'' depuis l'instauration de quotas annuels (6.100 tonnes sur les 18.000 tonnes légales mondiales), la campagne vise aussi à observer l'impact de cette exploitation sur les autres ressources. Selon l'administration des Taaf, elle doit permettre de définir des orientations de gestion à moyen terme, ''avec une idée de l'évolution du TAC à 5 ans par exemple, afin d'offrir le maximum de visibilité aux armements''.

Des nouvelles estimations pourraient influencer les quotas pour les prochaines années. Et pas seulement pour la pêche à la légine, actuellement commercialisé. Poker II doit aussi permettre d'étudier les possibilités d'exploitation d'autres ressources halieutiques telles que le poisson des glaces et le colin austral dont ''les stocks peuvent se reconstituer rapidement en raison de la biologie de ces espèces''.

Soutenue par les Syndicat des armements, le Muséum national d'histoire naturelle et les Taaf, cette campagne doit durer entre 30 à 45 jours. L'équipe scientifique, à bord du chalutier ''L'Austral'', sera composée de 8 personnes (contrôleurs des pêches, technicien, chercheur en halieutique, etc.). Cette campagne est financée à hauteur de 1,8 M€ par la revente des produits capturés, une subvention du ministère chargé des pêches et une contribution des armements et des Taaf. Les résultats des analyses sont attendues juin 2011.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager