En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lancement d'une campagne de lâchers de ballons stratosphériques en Antarctique

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Coordonné par le Centre National de Recherches Météorologiques et financé par l'Agence spatiale française (CNES) et la NSF (National Science Foundation), Concordiasi est un programme international d'observations atmosphériques conduites en Antarctique qui associe des équipes françaises*, et internationales (américaines, italiennes, australiennes...). Il vise notamment à calibrer et valider les programmes d'intégration des données du sondeur IASI dans les modèles météorologiques, ''dans une région du globe où les mesures sol ou altitude de référence sont peu nombreuses'', et à étudier la dynamique et la physicochimie de la couche d'ozone au cours du printemps et de l'été.

Une nouvelle campagne de mesure en Antarctique sera menée durant le printemps austral 2010. A partir du mois de septembre prochain, 18 ballons stratosphériques équipés de capteurs seront lancés depuis la base américaine de Mc Murdo. ''Emportés par le vortex polaire, ils tourneront pendant plusieurs mois à une altitude de 20 km au-dessus de l'Antarctique, afin de mieux connaître son climat et ses mécanismes de destruction de l'ozone stratosphérique'', ont expliqué les scientifiques. Ces ballons de haute altitude suivent les courants atmosphériques d'une façon quasi-lagrangienne et peuvent lâcher sur demande des dropsondes (sondes équipées de parachutes) afin de mesurer les paramètres atmosphériques au-dessus de l'Antarctique.

La campagne de lâchers des ballons sera réalisée par une équipe de l'Agence spatiale française et de plusieurs instituts scientifiques. Les vols seront ensuite contrôlés depuis le Centre Spatial de Toulouse. ''Toutes les données scientifiques acquises par les différents instruments seront confrontées à celles obtenues à partir du sol et à celles du spectromètre infrarouge IASI de l'Agence spatiale française (CNES) embarqué à bord du satellite européen Metop-A'', ont précisé les chercheurs. L'ensemble des données acquises (IASI, ballons, dropsondes, radiosondages, mesures au sol) doit permettre à la communauté scientifique ''d'améliorer drastiquement sa connaissance'' de la météorologie de l'Antarctique pour préciser ''le rôle de la calotte polaire antarctique dans le climat actuel de notre planète et son évolution''.


* Les laboratoires français participant à ce programme sont le Centre National de Recherches Météorologiques / Groupe d'études de l'Atmosphère Météorologique (CNRM/GAME, Météo France/CNRS), le Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement (LGGE, UJF / CNRS) et le Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD, ENS / CNRS / École Polytechnique / UPMC).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager