Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Lutte contre les campagnols : un avis de l'Anses sur l'usage de bromadiolone

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'Anses a publié le 5 octobre un avis sur le projet d'arrêté relatif au contrôle des populations de campagnols et de mulots nuisibles aux cultures, ainsi qu'aux conditions d'emploi des produits contenant de la bromadiolone. Elle avait été saisie le 30 juillet dernier par la Direction générale de l'alimentation. Le projet d'arrêté est destiné à instaurer de nouveau un encadrement national de lutte contre les campagnols et les mulots, à la suite de l'arrêté du 4 janvier 2005 qui n'était applicable que jusqu'au 31 janvier 2007.

Substance hautement toxique

La bromadiolone est un rodenticide utilisé pour lutter contre les campagnols et les mulots dans les cultures. Elle a été inscrite en 2011 à l'annexe 1 de la directive 91/414 relative à la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques. Aucune exposition des consommateurs n'étant attendue, aucune dose journalière admissible (DJA), ni dose de référence aiguë (ARfD) n'ont été fixées au niveau européen. Toutefois, étant hautement toxique, les experts européens ont fixé un niveau acceptable d'exposition pour l'opérateur (AOEL).

Cette substance est aussi à l'origine d'empoisonnement de rapaces consommant ces rongeurs.

L'Anses formule un certain nombre de remarques et de recommandations sur le projet de texte : signalement de tout animal mort ou mourant à la mairie et à la Fédération départementale de défense contre les organismes nuisibles, recommandation d'une collecte quotidienne des animaux morts, information des personnes qui pourraient fréquenter les lieux situés à proximité des zones de traitement, interdiction pour les non-professionnels de toucher les appâts ou les animaux morts, et lavage impératif des mains en cas de contact accidentel.

Réviser la valeur limite dans les eaux de consommation

L'Agence recommande également d'agir au niveau européen pour réviser la valeur limite de la bromadiolone dans les eaux de consommation pour tenir compte de la très forte toxicité de la substance. Cette valeur est actuellement fixée à 0,1 μg/l. Avec la valeur de 0,004 μg/l identifiée par les autorités suédoises, Etat membre rapporteur au niveau européen, "les risques de contamination des eaux souterraines par la bromadiolone seraient acceptables", estime l'Anses.

Réactions2 réactions à cet article

 

bonsoir
j'aurai rajouté aux recommandations :
-planter des haies et des vergers
-ne pas couper les vieux arbres morts
-ne pas détruire les mustélidés ni les renards
-réintroduire des lynx
-installer des nichoirs pour les rapaces nocturnes
-bref,la biodiversité plutôt que la chimie...

kine | 27 novembre 2012 à 23h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il est particulièrement navrant,de voir que l on détruit des animaux,(comme le renard),animaux qui régulent la population des mulots,et que
l on autorise de balancer dans la nature des produits hautement toxique,avec tous les risques que cela représente....IL faut croire que
les laboratoires ont beaucoup à y gagner........

Michel | 17 mai 2013 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Arrêté entrepôts : études spécifiques en Ingénierie de Sécurité Incendie CNPP