En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Canada s'éloigne de son objectif d'émissions de CO2 fixé au titre du protocole de Kyoto

Alors que le Canada doit réduire ses émissions de GES de 5,6% dans le cadre du protocole de Kyoto, son dernier bilan révèle une hausse de 26% entre 1990 et 2007 principalement due à l'industrie pétrolière et aux transports de marchandises.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
En tant que Partie inscrite à l'annexe I de la Convention‑cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), le Canada doit préparer et présenter, chaque année, un inventaire national de ces émissions de gaz à effet de serre (GES). Le dernier inventaire publié ce mois-ci révèle qu'en 2007, les émissions totales de gaz à effet de serre (GES) ont atteint 747 millions de tonnes, en hausse de 4,0 % par rapport à 2006 et de 0,8 % par rapport à 2004.

Autrement dit, en 2007, les émissions du Canada excédaient de près de 26 % le niveau atteint en 1990 (592 millions de tonnes) soit 33,7% de plus que l'objectif qui lui a été assigné au titre du protocole de Kyoto (558,4 millions de tonnes).
Le rapport explique cette augmentation par une forte augmentation de la production pétrolière et gazière, en grande partie à des fins d'exportation, et une hausse considérable du nombre de véhicules motorisés. Par ailleurs la dépendance aux centrales électriques au charbon est encore plus marquée.

L'industrie énergétique et les transports mis en cause

De 1990 à 2007, l'augmentation nette des émissions annuelles de gaz à effet de serre au Canada a atteint près de 155 millions de tonnes. Près de la moitié de cette hausse (68 millions de tonnes) est imputable au secteur énergétique et notamment celui de l'industrie des combustibles fossiles qui a vu sa production grimper durant cette période.

Le secteur des transports n'est pas en reste puisque ces émissions ont augmenté de 54,5 Mt, soit 37,5 %, entre 1990 et 2007. Les camions légers à essence semblent avoir de plus en plus de succès au Canada puisque leurs émissions ont plus que doublé : 45 Mt en 2007 contre 20 Mt en 1990.
Les émissions des véhicules lourds à moteur diesel ont également augmenté de 19,4 Mt, un résultat qui témoigne de l'utilisation accrue de poids-lourds pour le transport.

Les secteurs de l'agriculture et des déchets ont également contribué à la hausse des émissions depuis 1990 avec respectivement +11,2 et +2,6 millions de tonnes du fait de l'expansion des industries bovine, porcine et avicole, de l'augmentation de l'utilisation d'engrais azotés synthétiques et de l'augmentation de la quantité de déchets dans les sites d'enfouissement.

De nouvelles réglementations automobiles

Début avril le ministre de l'environnement canadien a annoncé que son pays va adopter de nouveaux règlements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant du secteur de l'automobile, en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement. Les règlements proposés seront publiés au cours de l'année et entreront en vigueur en 2010. Ils s'appliqueront aux véhicules de l'année modèle 2011 et des années ultérieures.
Ces nouveaux règlements visent à transformer notre secteur de l'automobile et à le rendre plus vert, a déclaré Jim Prentice ministre de l'environnement. Le Canada déclare également vouloir respecter son engagement de réduire ses émissions totales de GES de 20% par rapport aux niveaux de 2006, et ce d'ici 2020 même si les premiers bilans ne vont pas dans ce sens.

Réactions2 réactions à cet article

 
Dans le mille!

Le fait qu'il n'y ait aucune réaction à votre excellent article dépend sûrement que vous avez amplement raison sur toute la ligne. Le pouvoir dominateur fédéraliste canadien continue d'agir avec les autres pays de la même façon qu'avec les provinces, sutout envers le Québec lorsqu'il est question d'environnement, de pollution, d'OGM, de G.E.S. etc. Son entêtement à ne pas respecter les traités qu'il signe, remplacés par de belles promesses, font partie d'une stratégie pour remettre l'échéance sur la glace. Comme pour le niveau de pauvreté, la santé des canadiens et des québécois, rejoint celui des derniers rangs.

Anonyme | 01 mai 2009 à 01h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
CHANGEONS NOS MODES DE VIE

Pas de solution "miracle", si nous voulons réduire les GES,nous devons changer nos comportements: limiter les sorties inutiles,raisonner nos déplacements,arrêter de prendre l'avion,consommer des produits locaux,utiliser la marche où le vélo si possible,limiter les dépenses de chauffage,d'éléctricité,fermer l'éclairage dans des piéces non utilisées, quel gâchis dans les bureaux et les administrations...pas de portail électrique,limiter les ustensiles de cuisine au strict nécessaire etc, etc...RIEN DE COMPLIQUE MAIS IL FAUT ARRETER DE DIRE,IL FAUT FAIRE...

bertrand | 04 mai 2009 à 17h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager