En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Canal Seine-Nord Europe : la société chargée des travaux est créée par ordonnance

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le secrétaire d'Etat chargé des Transports Alain Vidalies a présenté ce mercredi 20 avril, au conseil des ministres, l'ordonnance relative à la création de la société en charge de la construction du canal Seine-Nord Europe, prévue par la loi Macron du 6 août 2015.

La Société du Canal Seine-Nord Europe, nouvel établissement public, aura pour mission la réalisation de ce grand projet, reliant les bassins de la Seine et de l'Oise au réseau européen à grand gabarit, a précisé le secrétaire d'Etat. A cette mission principale, s'ajoute une mission de développement économique en lien avec cette infrastructure. Cette société de projet réunira au sein de ses organes de gouvernance, et notamment de son conseil de surveillance, l'ensemble des partenaires financiers du projet, Etat et collectivités territoriales.

D'ici la mise en place des instances de gouvernance, le directeur général de Voies navigables de France (VNF), Marc Papinutti, "poursuit la mission de préfiguration de la société" et prépare le transfert de la maîtrise d'ouvrage de VNF à la Société du Canal Seine-Nord Europe, a ajouté Alain Vidalies.

"C'est une nouvelle étape décisive du projet qui vient d'être franchie. Elle nous amène vers la concrétisation de ce grand projet européen dont les bénéfices seront considérables pour les territoires du nord de la France comme pour le développement du transport fluvial", s'est félicité M. Vidalies dans un communiqué.

Le démarrage des travaux du canal est prévu en 2017 et sa mise en service en 2023. Long de 107 km, situé entre Compiègne (Oise) et le canal Dunkerque-Escaut (Nord), cet ouvrage connectera l'Oise et la Seine aux 20.000 km du réseau fluvial européen à grand gabarit. Il doit permettre le transport de chargements de fret fluvial qui atteindront, par convoi, jusqu'à 4.400 tonnes. Soit un équivalent de près de 180 poids-lourds.

L'obtention de la déclaration d'utilité publique du projet est fixée à début 2017. Son coût total devrait s'élever à 4,7 milliards d'euros. Il sera financé à hauteur de 40% par des fonds européens, sur la période 2014-2019.

Réactions1 réaction à cet article

 

Quel beau projet !
Espérons qu'à l'arrivée, les dérives ne seront pas comparables à celles de Flamanville.

Levieux | 21 avril 2016 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager