En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Canal Seine-Nord : gouvernement et élus locaux réfléchissent au bouclage du financement

Transport  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Après les défenseurs des lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax (GPSO), c'est au tour des partisans du projet de canal Seine-Nord d'être reçus par Elisabeth Borne. Ce mardi 12 septembre, la ministre des Transports et son homologue en charge des comptes publics, Gérald Darmanin, ont reçu Xavier Bertrand, président du Conseil régional des Hauts-de-France, Jean-François Legaret, conseiller régional d'Ile-de-France, et quatre représentants des départements concernés.

Malgré les engagements pris, le financement du canal "n'est aujourd'hui pas totalement bouclé", ont rappelé les ministres. De leur côté, les élus ont évoqué de nouvelles pistes de financement. Celles-ci portent notamment sur la garantie des emprunts de la société de projet. "Les participants ont convenu de poursuivre leurs échanges dans les tout prochains jours, en particulier concernant les financements complémentaires nécessaires pour faire aboutir ce projet." Par ailleurs, la gouvernance de la société de projet, chargée de la réalisation du canal, "pourrait évoluer vers une place majoritaire des collectivités locales".

Comme tous les projets d'infrastructures de transport, le canal est concerné par la "pause" annoncée début juillet par Emmanuel Macron. Il manque actuellement 10 milliards d'euros pour financer l'ensemble des chantiers envisagés sur les cinq prochaines années. Au 1er semestre 2018, une loi de programmation et de financement des infrastructures devrait fixer une programmation quinquennale des investissements. Celle-ci sera "équilibrée en ressources et en dépenses".

Dans la foulée de l'annonce de la pause dans la mise en œuvre des projets d'infrastructure, les Transporteurs fluviaux de France (TFF) et les collectivités des Hauts-de-France avaient déjà réagi. L'arrêt du projet "irait à l'encontre de trois gouvernements successifs", expliquaient-ils, ajoutant qu'il "est largement financé, puisque soutenu à hauteur de deux milliards d'euros par l'Europe et à près de un milliard par les territoires". En août, Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, répondait lors d'une séance de questions d'actualité à l'Assemblée nationale que "le financement n'est pas bouclé".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…