En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Surnombre de cancers pédiatriques en Loire-Atlantique : des nouvelles campagnes de mesures lancées

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Les investigations se poursuivent pour essayer de déterminer la cause d'un nombre de cancers pédiatriques supérieur à la moyenne sur plusieurs communes de Loire-Atlantique : le comité de suivi d'octobre a fait un point sur les derniers résultats.

Suite aux diagnostics sur les logements établis au cours de l'été par l'Agence régionale de santé, des campagnes de mesures environnementales aux domiciles des enfants atteints de cancer débuteront au mois de novembre prochain. Elles portent sur les champs électromagnétiques, l'air, l'eau potable et l'eau de pluie, ainsi que sur la radioactivité. Pour certains domiciles, des analyses spécifiques liées aux particularités de ces logements et à l'environnement proche (proximité d'activité potentiellement polluante) seront également effectuées.

Une campagne de mesure sera renouvelée à l'école Notre-Dame de Lourdes d'octobre à janvier 2020, pour compléter les investigations de cet été. Elle s'orientera sur la qualité de l'air intérieur, l'eau potable, les eaux souterraines et les champs électromagnétiques. « Une attention particulière est portée à cet établissement scolaire du fait de sa proximité avec l'ancien site industriel et de la fréquentation de cette école par plusieurs enfants atteints de cancer », précise l'ARS.

Présence de métaux et polluants organiques dans les cheveux

Les parents du collectif « Stop aux cancers de nos enfants » ont présenté les résultats des analyses, qu'ils ont initié sur les cheveux de leurs enfants. Pas moins de 1 800 substances ont été recherchées dans les cheveux de 21 enfants. Les résultats montrent la présence de polluants organiques (pesticides, perturbateurs endocriniens) et de métaux. « Nous avons constaté une présence moyenne à importante de métaux - dont des terres rares - dans les analyses dépistage toxSeek Intégral de la majorité des dossiers référencés, a indiqué dans un communiqué le Dr Nouredine Sadeg, docteur en pharmacotoxicologie de l'entreprise qui a mené les analyses. Nous notons qu'un tiers des dossiers présentent un profil d'intoxication chronique à un risque aux métaux ».

L'ARS a indiqué que « ce premier temps d'échange sera approfondi à l'occasion d'une prochaine réunion du comité de suivi, pour aborder la méthodologie et l'interprétation des résultats ».

Le prochain comité de suivi est prévu le 18 novembre 2019.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager