En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Total investit dans un projet de stockage de CO2 à l'échelle industrielle en Norvège

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 15 mai, les groupes pétroliers Equinor (dénommée Statoil jusqu'en 2018) Shell et Total ont annoncé leur décision d'investir dans le projet Northern Lights, un premier permis d'exploitation pour le stockage du CO2 sur le plateau continental norvégien. Il s'agit du premier projet de transport et de stockage de CO2 à l'échelle industrielle en Europe. Le puits d'injection a été foré en mars 2020 et l'ensemble des installations devraient être opérationnelles en 2024.

À l'issue d'une première phase d'étude, « les plans de développement et d'exploitation de ce projet ont été remis au ministère norvégien du Pétrole et de l'Énergie », explique le groupe français. Les trois entreprises, qui s'apprêtent à investir 6,9 milliards de couronnes norvégiennes (près de 650 millions d'euros), attendent, dans les mois qui viennent, le feu vert des autorités norvégiennes et de l'Autorité de surveillance de l'Association européenne de libre-échange (AELE) qui réunit l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

Jusqu'à 1,5 million de tonnes par an

La première phase du projet prévoit que le CO2 soit capté à terre puis transporté par bateau, pour être injecté dans un stockage géologique situé à 2 500 mètres sous le fond de la mer. À ce stade, jusqu'à 1,5 million de tonnes de CO2 pourront être injectées par an. « Dans ses phases de développement ultérieures, le site permettra des extensions de capacité ».

Quant au CO2, il proviendra de grands émetteurs européens, explique Total. « Equinor a déjà signé des protocoles d'accord non contraignants avec plusieurs sociétés européennes concernant le développement de chaînes de valeur de captage et de stockage de CO2 (CSC)», expliquent les entreprises.

Réactions4 réactions à cet article

 

Faut-il en rire, ou en pleurer ? 1.5 million de tonnes par an, quand le problème se chiffre en dizaines de milliards : c'est ou pathétique ou ridicule. Voir aussi que les précédentes expériences de stockage de CO2 n'ont été conduites que pour améliorer la vidange des réservoirs de pétrole. Bref, encore une opération de greenwashing de la plus belle espèce, et ne pas se leurrer, ils vont bien se débrouiller pour qu'une partie des investissements soient à la charge des collectivités ou des états, Green Deal ou autre... Alors qu'il suffirait de baisser la puissance des bagnoles de 10 ou 20 CV pour avoir un résultat CO2 dans l'atmosphère infiniment meilleur ! La seule idée derrière, c'est de ne surtout pas limiter la production, et c'est lamentable.

dmg | 19 mai 2020 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le DÉLIRE!!! Et qui va payer ces imbécillités ? Je refuse catégoriquement que mes impôts aillent dans une telle imposture.

gaïa94 | 20 mai 2020 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

4 tonnes de CO2, c'est ce que donne en brûlant 1 tonne de charbon ou de pétrole.
Le charbon ou le pétrole, respectivement solide ou liquide, c'est facile à transporter ou stocker. C'est autrement difficile pour le CO2, qui est un gaz.
Faudrait il 4 fois plus de pipelines, en acier épais à cause de la pression, pour le ramener jusqu'aux champs de stockage ???
Quand au coût énergétique ...

Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles.
Il est vrai qu'avec la formation scientifiques qu'ils ont reçue à l'ENA, les hommes politiques sont capables de gober avec joie n'importe quelle solution magique concoctée par la techno-sphère et présentée dans des salons dorés.

Il n'y a qu'une solution au problème du CO2 : en produire moins !

Butimage | 20 mai 2020 à 18h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Complètement d'accord avec Butimage! Il faut absolument intégrer des formations scientifiques de HAUT NIVEAU pour nos politiques et pas que pour les énarques( dont on nous rebat les oreilles avec leur soi-disant intelligence) Quand on voit de quelle manière ils gèrent le pays , il est évident que ce ne sont pas les meilleurs qui choisissent de faire de la politique . Je dirais même que ce sont les plus nuls, car c'est encore le seul domaine où l'on peut réussir à faire carrière sans diplôme,par cooptation, intrigues , mensonges et tromperies, ou en suivant les idées délirantes de quelques entrepreneurs sans scrupules qui leur font croire n'importe quoi.

gaïa94 | 22 mai 2020 à 15h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager