En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Captage et stockage du CO2 : les démonstrations se multiplient

Au coeur des techniques promises à un bel avenir dans le cadre de la lutte contre le réchauffement, les technologies CSC n'en finissent pas d'alimenter la polémique. Un contexte qui n'empêche pourtant pas l'éclosion de démonstrateurs autour du monde.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Captage et stockage du CO2 : les démonstrations se multiplient
Cartographie mondiale des projets CSC. Projets opérationnels en jaune et potentiels en rouge
© IFP / ADEME / BRGM
   
Alors que s'ouvre, les 5 et 6 novembre 2009, à Paris, le troisième colloque international sur le captage et le stockage géologique du CO2, l'Agence de l'environnement et de maîtrise de l'énergie (ADEME), l'Institut français du pétrole (IFP) et le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM) ont fait un point sur cette technologie émergente. ''Le captage et le stockage de CO2 (CSC) doit être une filière prioritaire parmi la grande panoplie actuelle des filières vertes, c'est la conviction de l'ADEME'', a déclaré Mathieu Orphelin, de la direction de l'agence, à l'occasion d'une conférence de presse de présentation du colloque.

100 millions d'euros des fonds démonstrateurs alloués au CSC

En complément des opérations industrielles déjà engagées (Sleipner, Snohvit en Norvège, In Salah en Algérie, …), et jusqu'à présent limitées à l'injection de CO2 issu du traitement du gaz naturel, les annonces de projets de démonstration de captage et stockage de CO2 issu de différents secteurs industriels se multiplient. La France, comme de nombreux pays, soutient les travaux de recherche sur cette technologie. Depuis 2001, l'ADEME a placé le captage et le stockage du CO2 parmi ses actions prioritaires. Dans le cadre de l'appel à manifestation d'intérêt CSC publié à l'automne 2008, l'ADEME a expertisé et instruit 5 projets qui devraient bénéficier de 100 millions d'euros au total. Ils concernent soit le captage, soit le stockage et devraient démarrer fin 2009 et s'étaler sur cinq à sept ans. Objectif : ''avoir des technologies déployables d'ici 2025'', explique Régis Le Bars, chef de projet du Programme Fonds Démonstrateur de Recherche de l'ADEME. Le projet Pil Ansu, présenté par Alstom, EdF, GdF-Suez et Armines, a pour objectif la réalisation d'un démonstrateur de captage du CO2 par antisublimation (givrage puis dégivrage des gaz) sur les fumées d'une centrale à charbon. Ce démonstrateur sera expérimenté sur une centrale de production d'électricité à charbon. Alstom et EDF ont présenté un projet de captage en post-combustion avec des solvants avancés. En partenariat avec Geogreen, Veolia a soumis un projet de captage et stockage du CO2 dans un incinérateur à Claye-Souilly (Seine-et-Marne). Le CO2 sera injecté dans un aquifère salin situé à plus de 1.500 mètres de profondeur. Arcelor Mittal, en partenariat avec Paul Wurth et Geogreen, souhaite expérimenter à Florange-en-Moselle le captage et le stockage de carbone émis par un haut-fourneau. Enfin, Total souhaite expérimenter le stockage et le potentiel des aquifères salins du bassin parisien. ''Nous avons décidé de soutenir, à travers le fonds démonstrateur, les techniques de post-combustion et d'oxycombustion, commente Régis Le Bars. Ces deux méthodes sont moins coûteuses que la post-combustion et nécessitent encore de nombreux ajustements. Concernant le stockage, nous avons choisi d'axer les travaux sur les aquifères salins profonds (des cavités souterraines remplies d'eau salée), disponibles à grande échelle dans le monde'', précise Régis Le Bars.

Une technologie qui reste controversée

Selon l'ADEME, le CSC présente plusieurs atouts : un impact écologique fort, un grand potentiel de croissance du marché au niveau mondial et un fort potentiel industriel pour la France. Citant une étude de l'AIE, l'agence rappelle que ces techniques pourraient contribuer à hauteur de ''20 à 30%'' à la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans l'industrie d'ici à 2050. Le GIEC estime quant à lui que d'ici à 2100, 15 à 55% des émissions anthropiques de CO2, pourraient être captées et stockées géologiquement. Ceci en fonction du rythme de déploiement et de l'acceptabilité de cette technologie à l'échelle mondiale, de la croissance du nombre d'installations centralisées d'émissions de CO2, des performances des systèmes de captage et de stockage du CO2 et de la réduction de l'incertitude sur la taille des zones de stockage sans risque sanitaires et environnementaux.

Mais pour les associations environnementales, le CSC a de nombreux défauts et notamment celui d'être peu fiable à long et très long terme. Selon France Nature Environnement (FNE), les forages et la gestion des puits, au-delà de 100 ans, posent des problèmes de sécurité. Si ''l'objectif des recherches que nous soutenons est d'analyser le comportement du carbone injecté à faible dose (…) d'étudier la diffusion de la bulle de CO2, les risques en cas de faille, la profondeur idéale de stockage et le type de roches à privilégier'', explique Régis Le Bars, pour France Nature Environnement, cette technologie détourne les financements des autres alternatives. Dans une récente prise de position, la fédération affirme que cette technologie ne doit être utilisée qu'en dernier ressort et ne doit pas détourner les efforts pour développer les 3 solutions réellement durables : sobriété, efficacité énergétique et énergies renouvelables.

Une technologie au cœur des moyens de lutte contre le réchauffement

C'est dans ce contexte que pendant deux jours, environ 500 participants (chercheurs, industriels, économistes, financiers et décideurs des services publics et privés) venus de quelque 25 pays se réuniront pour échanger sur les moyens d'accélérer le déploiement du CSC au niveau industriel. ''Il y'a quatre ans, quand on a commencé le premier colloque, la technologie était connue que par un petit nombre de spécialistes, mais de l'eau a coulé sur les ponts, estime le président de l'IFP Olivier Appert. Aujourd'hui, il est au cœur du débat sur le changement climatique''. La technologie CCS a bénéficié d'avancées règlementaires au cours de ces dernières années. La convention de Londres sur l'interdiction d'immersion des déchets a en effet été amendée afin d'autoriser sous certaines conditions l'injection de CO2 sous le fond des mers et une réglementation globale a été instaurée au niveau européen. Parmi les six textes formant le « Paquet climat et énergie » figure une directive établissant un cadre juridique destiné à garantir ''l'utilisation sûre et écologique des technologies du piégeage et du stockage géologique du carbone''. Une deuxième directive traite de l'articulation entre le CSC et l'ETS.

Mais pour déployer cette technologie à grande échelle, il est nécessaire de ''réduire les coûts'', notamment celui du stockage (environ 70% du coût total), consent Olivier Appert. L'objectif est de réduire les coûts d'un facteur trois d'ici 2020. ''Le coût des CSC pourrait alors ressortir au même coût que le CO2 sur le marché des émissions, a-t-il estimé. Il faut aussi assurer la pérennité des stockages de façon à répondre aux inquiétudes de l'opinion publique'''', poursuit Olivier Appert.

À l'heure actuelle, l'IFP a répertorié 140 projets de captage et stockage du CO2 dans le monde. Sur ces projets, 55 ont débuté. ''On s'engage donc dans la démonstration, commente Olivier Appert. Quand on aura tiré l'enseignement sur ces divers projets de démonstrations et de la R&D en cours sur les technologies de deuxième génération, on pourra à échéance de 2025 s'engager résolument dans le déploiement. L'enjeu : créer à échéance de 2050, plusieurs milliers d'opérations de type Sleipner''. Cette expérience à grande échelle de stockage dans un aquifère salin a été engagée en mer du Nord où, depuis 1996, le pétrolier norvégien Statoil injecte du CO2 dans un aquifère salin situé sous le fond de la Mer du Nord. Il a été encouragé par la taxe norvégienne sur le dioxyde de carbone, nettement plus élevée que le coût du stockage d'une tonne de CO2…

Réactions7 réactions à cet article

 
Business as usual

Malgré un regain de dernière heure le lobby du charbon doit reconnaître que ses campagnes «antiwarming »ont fait long feu. Qu’à cela ne tienne, il opère une conversion à 180°. Derrière l’urgence climatique qu’il proclame désormais, se cache en fait l’urgence de s’emparer de l’aubaine financière que constitue la CCS, remède miracle. Pour faire plébisciter cette technologie dont les tares ont pu être décrites par la formule « trop risquée, trop chère, trop peu , trop tard », une nouvelle campagne de désinformation est engagée. La dissimulation des risques majeurs de fuites hors des aquifères profonds est systématique. Les spécialistes du lobbying ont beau jeu d’abuser de décideurs qui multiplient publiquement les preuves des consternantes lacunes de leur culture technoscientifique. Ainsi sont différées les mesures urgentes d’économies énergétiques et confisquées les ressources qui devraient s’investir dans les véritables énergies propres.

Escaravage | 04 novembre 2009 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
On va droit dans le mur!

Selon moi, le CSC n'est en aucun cas une solution miracle comme on veut bien nous faire croire. Certes, je ne remets pas en doute les effets positifs sur la réduction des émissions de CO2 à court, voire moyen terme. Mais sommes-nous réellement en capacité d'estimer les conséquences d'un stockage massif sur le long terme?
J'adhère totalement avec les arguments de FNE qui consistent à dire que la solution n'est pas dans le captage mais dans la sobriété. Commencons par réduire nos émissions à la source, en développant de nouveaux moyens de productions! Ceux que nous connaissons aujourd'hui, et que nous avons hérité de l'ère industrielle du XIXème, ne sont plus soutenables ni en adéquation avec l'économie des ressources.

Le captage n'est en réalité qu'un prétexte pour continuer à utiliser les ressources carbonées dans nos industries. Ceci n'incitera évidemment pas les gouvernements et gros industriels à rechercher d'autres sources d'énergies. Et concernant l'épuisement des matières fossiles, ma foi on verra ça plus tard...et puis de toute manière, après moi le déluge...

Alex | 05 novembre 2009 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le Bizness du CO2

Voyons à qui profite le crime : le CO2 fait les affaires d'un certains nombre d'industriels (pour le capter, ou le Nucléaire pour ne pas l'émettre) et de certains écologistes auto-proclamés qui sont devenus célèbres et plus riches encore (Al-Gore), à certains gouvernements pour Taxer les ménages (Taxe carbone), à l'Elite mondiale pour imposer l'idée d'un Gouvernement Mondial à cause du réchauffement climatique, aux Banques spéculatives qui vont pouvoir spéculer sur les Droits d'émission de CO2 etc.
Et si tout cela était non seulement du bizness, mais aussi de la désinformation ?
Redisons le encore et encore : le climat de la terre connaît périodiquement des réchauffements et des glaciations, en premier lieu à cause des variations de l'activité du solaire, et aussi par des phénomènes de circulation thermique dans les océans. Le dernier réchauffement fut l'optimum climatique médiéval, entre 800 et 1300. Suivi par un mini âge glaciaire, de 1400 à 1850. Relisez l'histoire du climat !

naullay | 05 novembre 2009 à 14h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Un stockage sûr?

Quand on voit toutes les exigences qui sont imposées pour le stockage des déchets radioactifs, on peut s'étonner du peu d'assurances demandées sur le stockage de ce CO²!

André | 05 novembre 2009 à 16h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le Bizness du CO2

Il y a aussi de grandes extinction d'espèces sur la planète... Je crois que même un petit enfant peut comprendre que si la nature a mis des millions d'années a placer du carbone dans le sous sol et que nous le sortons en moins de 200 ans, il y a un problème. On comprend alors mieux les faits que nous présente un consensus de centaines de scientifiques sur les perspectives du changement climatiques.

La théorie du complot est bien utile pour ne pas avoir agir et rester dans son petit confort individualiste.

Pim | 06 novembre 2009 à 11h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le Bizness du CO2

J'ai beau relire "l'histoire du climat", le réchauffement que nous connaissons aujourd'hui n'a pas d'équivalent en terme d'amplitude et de rapidité d'augmentation des températures. On ne doit pas lire le même ouvrage...
Evidemment la terre connait des cycles naturels de réchauffement et de refroidissement, sauf que les changements de températures s'opèrent sur des siècles, laissant ainsi le temps aux espèces de s'adapter et/ou de migrer. Les conséquences ne sont pas les mêmes si ce réchauffement s'installe en quelques décennies!
Bien sûr que l'activité solaire actuelle est particulièrement intense et que le soleil joue donc un rôle dans le réchauffement climatique, mais dire qu'il est l'unique responsable, c'est tout simplement se dédouaner de sa propre responsabilité

Alex | 06 novembre 2009 à 15h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Avion renifleur

L'investissement dans les CSC, ça sent l'avion renifleur !
Et qui se lance dans la brèche ? Total, Veolia, Alstom, EdF, GdF-Suez, Arcelor Mittal... bref, tous les groupes qui se distinguent actuellement par leurs méthodes sans vergogne et leurs profits indécents.
Il va être beau le XXIème siècle !

tt. | 11 novembre 2009 à 23h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager