En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plus de 3.000 carnets numériques du logement déployés

L'expérimentation nationale, lancée en 2017, a permis aux onze lauréats de déployer 3.040 carnets numériques du logement. Ces outils informatiques rassemblent les informations utiles visant à améliorer la performance énergétique de l'habitat.

Bâtiment  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le Plan de transition numérique du bâtiment (PTNB) vient de publier l'étude, menée par le cabinet de conseil Nomadéis, qui analyse les retours d'expériences des onze projets lauréats qui ont expérimenté durant l'année 2017 des solutions de carnet numérique du logement.

Pour rappel, la loi de transition énergétique de 2015 prévoit la mise en place d'un carnet numérique visant à aider les propriétaires et occupants à réaliser de futurs travaux d'amélioration de la performance énergétique de leur logement. Selon la loi, ce carnet devait être rendu obligatoire à partir du 1er janvier 2017 pour les logements neufs, et en janvier 2025 pour tous les logements faisant l'objet d'une mutation (achat ou vente). Toutefois, le décret, qui doit préciser les modalités d'application du carnet numérique pour le généraliser, n'a pas encore été publié.

Cette expérimentation nationale, menée pendant un an par des opérateurs privés, visait à appuyer la rédaction du décret. L'étude de Nomadéis permet, à l'issue de l'expérimentation, de dresser des pistes de mise en œuvre opérationnelle de l'outil. Les lauréats ont ainsi permis de déployer 3.040 carnets numériques, dont 1.194 par la start-up française Vilogi, 850 par l'organisme certificateur Qualitel et 275 par l'éditeur de logiciels PMB Software. Les onze lauréats ont mis en place le carnet dans les secteurs résidentiels (habitats neufs et existants individuels et collectifs) et tertiaires, auprès de particuliers et de professionnels. L'expérimentation a permis de  contacter et de sensibiliser à l'outil 151.000 particuliers et mobiliser plus de 415 acteurs relais (promoteurs/constructeurs, professionnels du bâtiment, dispositifs d'appui à la rénovation, collectivités territoriales, etc.).

Un outil informatique accessible et dynamique

Les carnets testés se présentent sous la forme d'une plateforme numérique accessible à partir d'un ordinateur, tablette ou smartphone. Certaines solutions peuvent être accessibles au travers d'une application dédiée. Les carnets expérimentés comprennent une diversité de données et de documents relatifs aux caractéristiques du ménage (données "administratives"), du logement/de la copropriété, des équipements, des matériaux et des travaux réalisés.

Au-delà du stockage de ces données et documents, certains carnets comprennent des "fonctionnalités dynamiques". Le cabinet Nomadéis liste le suivi des actions sur le bâtiment, les conseils associés (éco-gestes, changement d'opérateur), le suivi de la performance énergétique (via les données de consommation), la connexion à des plateformes de services associés au logement (bricolage, déménagement) et les fonctionnalités liées à la vie quotidienne (fil d'actualité, mise en relation, météo, etc.).

La protection des données personnelles, un enjeu

La connexion du carnet à des outils et bases de données existants, notamment la maquette numérique/le BIM, "semble essentielle afin d'assurer la cohérence de ces outils et de limiter l'effort de collecte de données ainsi que son acceptabilité auprès des différents acteurs cibles..)", ajoute l'étude. La notion d'interopérabilité est également "essentielle" dans la gestion des carnets, afin de permettre à chaque utilisateur de se tourner vers l'opérateur de son choix, au sein des copropriétés en particulier. "Les données relatives aux parties communes (voire certaines données concernant chaque logement) doivent pouvoir être partagées afin d'envisager la performance de la copropriété de façon intégrée".

Les lauréats estiment pour la plupart que les données techniques rattachées au logement doivent pouvoir être transmises, au contraire "des données à caractère personnel dont la maîtrise reste totalement réservée au propriétaire ou locataire", souligne l'étude. La question de la protection des données personnelles des particuliers est en effet un des enjeux du déploiement du carnet numérique. L'étude indique que ce sujet a été l'un "des freins majeurs" rencontrés par les lauréats malgré leurs systèmes de sécurité (mécanismes de sauvegarde, serveurs sécurisés, cryptage, mots de passe forts, etc.). "La gestion des données personnelles doit ainsi être encadrée de manière stricte par les opérateurs de carnet, en lien avec les évolutions réglementaires en la matière, notamment le nouveau règlement européen sur la protection des données."

Quid du financement du carnet ?

Le coût moyen par carnet, déployé durant l'expérimentation, est d'environ 6.100 euros. Au total, les onze lauréats ont investi 3,5 millions d'euros dont plus de la moitié (57%) pour le développement informatique des solutions. "La pérennité du carnet numérique est en grande partie conditionnée par l'équilibre de son modèle économique", insiste l'étude. Ce modèle économique "doit donc permettre d'amortir les coûts fixes, qui pourraient augmenter en fonction des besoins d'hébergement et de sécurisation, et d'absorber les coûts variables dont le montant est évalué de 2 à 12 € par carnet et par an en fonction des solutions."

Plusieurs pistes de financements sont envisagées par les lauréats : l'abonnement à partir d'un euro par mois, la licence (paiement unique de la mise à disposition du carnet) et le freemium qui consiste à proposer un service de base gratuit et des fonctionnalités complémentaires payantes (connexion avec les compteurs intelligents ou des outils de gestion du patrimoine, augmentation de l'espace de stockage, etc.). Les lauréats proposent de faire payer ces frais par le propriétaire (privé ou bailleur), par les promoteurs / constructeurs dans le neuf ou "voire dans la mesure du possible par l'Etat".

Les lauréats attendent désormais la publication du décret et l'entrée en vigueur de l'obligation de création et de mise à jour du carnet, jugées "nécessaire[s]" à son déploiement massif.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…