En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien en mer : le calendrier des parcs se précise

Le gouvernement a confirmé que les six parcs éoliens en mer seraient réalisés, avec des tarifs d'achat revus à la baisse. Le calendrier de mise en service est précisé. Saint-Nazaire et Fécamp devraient être les premiers parcs à voir le jour.

Infographie  |  Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Après plusieurs mois de négociation, le gouvernement et les opérateurs sont parvenus à un accord sur les tarifs d'achat des six parcs éoliens en mer, attribués en 2012 et 2014. Finalement, les tarifs seront abaissés de 30%. Ils passeront d'environ 200€/MWh à 150 €. Ce qui permet de faire baisser la facture des subventions publiques de 15 milliards d'euros sur vingt ans. Les six parcs seront donc réalisés, sur le même périmètre qu'initialement prévu.

Le calendrier a en revanche été revu. Les deux premiers parcs, Saint-Nazaire et Fécamp, verront le jour en 2021 et 2022. Portés par EDF Energies nouvelles, Enbridge Inc. et WPD, ces projets arrivent au bout du tunnel des recours, qui retardent de plusieurs années les projets. "Nous attendons les dernières décisions de justice concernant les autorisations de ces projets pour lancer leur construction en vue de premières mises en service dès 2022", a indiqué Bruno Bensasson, directeur exécutif du groupe d'EDF et PDG d'EDF EN.

Suivront les parcs de Courseulles-sur-Mer (EDF EN), Saint-Brieuc (Iberdrola, RES, Caisse des dépôts) et Le Tréport (Engie, EDPR) en 2023. Et enfin, Yeu/Noirmoutier (Engie, EDPR) en 2024.
"La construction et la mise en service des deux projets éoliens en mer de Dieppe-Le Tréport et de Yeu-Noirmoutier permettront ainsi la construction des deux usines prévues au Havre et la création de près de 3.000 emplois directs et indirects, mobilisés pendant les phases de construction et d'exploitation des parcs", indique Engie dans un communiqué.

De nouveaux appels d'offres

Une nouvelle vague de projets devrait suivre. Alors que le lauréat pour le parc de Dunkerque devrait être connu d'ici la fin de l'année, la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), attendue dans l'été, devrait fournir un calendrier précis des futurs appels d'offres par zone. "Démarrer maintenant [les premiers projets], c'est la condition pour enclencher encore plus vite la deuxième génération", a déclaré Emmanuel Macron, le 20 juin, lors d'un déplacement dans les Côtes-d'Armor.

Le nouveau cadre réglementaire devrait permettre de réduire les délais entre l'attribution des projets et la construction des parcs. Après avoir réformé les procédures de raccordement, les autorisations et le contentieux, une autre mesure de simplification devrait être prochainement mise en place : le permis enveloppe. L'Etat prendra en charge un certain nombre d'études préalables et une autorisation environnementale unique sera délivrée lors de l'attribution du projet. Le débat public sera organisé sur la zone d'implantation et sur un projet type (nombre d'éoliennes, hauteur des mâts…) et non plus sur le projet lauréat. Le décret détaillant cette nouvelle procédure devrait être présenté à l'automne.

Réactions1 réaction à cet article

 

Si je comprends bien, après la réduction de 30% cela ferait tout de même 25 milliards d'Euros d'argent public (Cf. SNCF…)

Alpes64 | 22 juin 2018 à 15h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…