En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Catastrophe de Bhopal : premier verdict judiciaire plus de 25 ans après

Risques  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Il y a 25 ans, dans la nuit du 3 au 4 décembre 1984, une fuite de gaz très toxique et mortel contenant entre autre du méthylisocyanate (MIC) est survenue dans l'usine de pesticides de Bhopal, capitale de l'Etat du Madhya Pradesh en plein centre de l'Inde. Les 500.000 habitants des bidonvilles les plus proches ont été les plus touchés. Selon Amnesty International, cette catastrophe a empoisonné plus d'un demi million de personnes et occasionné la mort de 7.000 à 10.000 personnes, dont 8.000 la nuit même.

Lundi, sept anciens cadres de l'usine de pesticides appartenant à l'Union Carbide Corporation (UCC) ont été condamnés à deux ans de prison et à une amende de 100.000 roupies (1.700 euros environ) pour ''mort par négligence'' selon l'AFP. La filiale indienne d'Union Carbide, qui n'existe plus, a quant à elle été condamnée à une amende de 500.000 roupies (8.900 euros).

Qualifié d'''insulte'' par les associations de victimes, ce verdict peut encore être contesté en appel. Il ne concerne que les dirigeants indiens. Warren Anderson, chef d'Union Carbide à l'époque de la catastrophe est sous le coup d'un mandat d'arrêt diffusé par le tribunal de Bhopal. Ce dernier a fui vers les Etats-Unis où il vit désormais.
Concernant la firme américaine, en 1989, UCC a conclu avec le Gouvernement indien une indemnisation de 470 millions de dollars pour les dommages causés par la fuite de gaz mortelle et le transfert de responsabilité de ce qui reste de l'usine au gouvernement de l'Etat du Madhya Pradesh.

Réactions1 réaction à cet article

 
A propos de ce tragique accident...

Ce qui suit est lu sur le net "Union Carbide Wikipédia":
Aujourd'hui, 25 ans après ce drame, des produits toxiques à l'air libre ou enfouis du temps de l'utilisation de cette usine, continuent de tuer des dizaines de personnes tous les mois. Aucun effort n'est fait de la part de cette compagnie, ni de l'État indien pour nettoyer cette usine.
Désolant non ! si cela s'avère exact.

Bibi06200 | 09 juin 2010 à 19h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager