Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Fukushima : l'ASN fait le point sur la situation de la centrale

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Mardi 16 octobre 2012, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a mis à jour son point sur la situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

S'agissant du refroidissement des réacteurs, l'ASN juge qu'il "nécessite une surveillance permanente [et que] le procédé de maintien des réacteurs semble stabilisé même si des anomalies peuvent requérir des opérations de maintenance et de fiabilisation".

L'eau pose encore problème

La décontamination de l'eau présente dans les bâtiments réacteur et turbine semble encore précaire. "Tepco est confronté à des écoulements d'eau entre différents bâtiments, ce qui complexifie la gestion des eaux contaminées", rapporte l'ASN, ajoutant que "de l'eau en provenance de la nappe (phréatique) s'infiltre dans certains locaux, ce qui augmente les volumes d'eau à traiter". L'Agence précise que Tepco entend mettre en œuvre "un système de rabattement de nappe" pour limiter ces problèmes.

Par ailleurs, si les installations de décontamination de l'eau "progressent en fiabilité", l'ASN rapporte néanmoins que "Tepco rencontre des problèmes « classiques » sur ce type d'installation, nécessitant des opérations régulières de remplacement de capteurs, de pompes ou de nettoyage de filtres". Certaines de ces activités "sont particulièrement complexes compte tenu des conditions radiologiques à l'intérieur des bâtiments ou du fait de la contamination de l'eau présente dans les bâtiments et dans les circuits de décontamination", ajoute l'Agence.

Dessaler l'eau des piscines

Quant aux piscines d'entreposage du combustible, l'ASN rapporte que Tepco a entrepris la désalinisation de l'eau suite à l'usage d'eau de mer lors des premiers jours de la catastrophe. Il s'agit d'éviter que les gaines ne soient percées sous l'effet de la corrosion. L'opération est achevée pour la piscine n°2 et en cours pour la piscine n°4. "Tepco a prélevé deux combustibles neufs de la piscine n°4 pour vérifier les conséquences de l'exposition des combustibles à l'eau de mer", ajoute l'ASN, annonçant qu'"à ce stade, des traces de corrosion surfacique ont été détectées".

De même, l'Agence rappelle que "lors d'une opération d'évacuation de débris, une poutre métallique de 7 mètres et de 470 kg environ a chuté dans la piscine n°3". Selon les inspections visuelles et les analyses d'eau réalisées "il semble que cet incident n'ait pas eu d'impact, les combustibles étant majoritairement présents dans leur rack de stockage qui assure ainsi une protection mécanique".

Enfin, Tepco a mis en place une fixation du sol marin au droit des réacteurs via une couche d'un mélange d'argile et de béton sur plus de 7 hectares et sur une épaisseur de 50 cm environ, pour éviter le relargage de radionucléides présents dans les sédiments. De même, Tepco achève la mise en place d'un mur d'étanchéité entre la plateforme des réacteurs et la mer.

Réactions2 réactions à cet article

 

Tout va bien alors?

Baudouin | 22 octobre 2012 à 12h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout ne va pas bien mais l'ASN fait un travail serieux base sur des realites concrètes et pas des rumeurs. Cela donne confiance sur det organisme,public pour la situation en France . Gardons des services publics c'est vraiment notre interet a tous

Fleurent | 22 octobre 2012 à 22h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Risques : essais abusifs sur batterie Lithium de forte puissance CNPP