Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Catastrophes climatiques : des scientifiques plaident pour mieux étudier le pire

Des chercheurs de l'université de Cambridge invitent le Giec à réaliser un rapport sur les risques présentés par une catastrophe climatique, en commençant par poser les questions les plus radicales sans tomber dans l'alarmisme.

Gouvernance  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Catastrophes climatiques : des scientifiques plaident pour mieux étudier le pire

« Les risques causés par le réchauffement climatique ne dépendent pas seulement de l'augmentation de la température mais également des réponses sociétales et de la fragilité de ces sociétés, ce que la plupart des recherches actuelles ne prennent que rarement en compte », atteste Luke Kemp, membre du Centre pour l'étude des risques existentiels (CSER) de l'université de Cambridge, et co-auteur d'une étude publiée le 1er août dans Proceedings of the National Academy of Science.

Penser le pire pour s'y préparer au mieux

   
Cascades d'interactions et d'incidents potentiellement causées par le réchauffement climatique. © Luke Kemp et al.
 
   
Plus un plaidoyer qu'une compilation de résultats expérimentaux, cette étude constitue une invitation à repenser les modèles de projections climatiques à l'extrême, afin de répondre aux interrogations les plus catastrophiques mais néanmoins plausibles : à quel point le réchauffement climatique peut-il entraîner une extinction de masse ? Comment parviendrait-il à jouer drastiquement sur la morbidité ou la mortalité de l'espèce humaine ? Quelles sont les fragilités sociétales les plus susceptibles d'accentuer le réchauffement climatique et que pourraient-elles causer ? Des angoisses d'autant plus légitimes, à l'heure où la pandémie de Covid-19 puis la guerre actuelle en Ukraine enrayent notamment la sortie des énergies fossiles.

« L'intérêt d'étudier les risques de catastrophes climatiques n'est pas d'être dans l'alarmisme ou le voyeurisme apocalyptique mais simplement de comprendre comment et si les risques plus extrêmes peuvent advenir, puis de s'y préparer voire de les empêcher », souligne le chercheur britannique. Ce dernier appelle, par conséquent, les scientifiques du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) à réaliser un rapport spécifique en la matière, à l'instar des anciens travaux sur les possibilités d'un hiver nucléaire.

Ne pas sous-estimer les effets du réchauffement climatique

Que les chercheurs du CSER tiennent ce discours n'est évidemment pas anodin. Selon eux, si la plupart des études portant sur le réchauffement climatique ne vont pas assez loin dans leurs prospectives catastrophiques, ce n'est pas seulement du fait de la complexité qu'impliquent ce type de modélisations. « L'Accord de Paris a, depuis 2015, focalisé l'attention politique et scientifique seulement vers les augmentations de +1,5°C et +2°C [de température mondiale d'ici à 2100, par rapport à l'ère préindustrielle ; NDLR], favorisant en retour une culture de l'auto-censure pour tout ce qui serait perçu comme alarmiste », déclare Luke Kemp.

Pourtant, deux scénarios prospectifs des rapports du Giec considèrent déjà le pire comme plausible. Si une majorité de pays signataires de l'Accord de Paris maintiennent leurs politiques actuelles, l'augmentation de la température mondiale pourrait atteindre +2,8°C à +3,2°C. Cela reviendrait à faire vivre environ deux milliards d'êtres humains dans des régions dont la température moyenne annuelle s'élèverait au-dessus des 29°C en 2070 (contre 30 millions dans ce cas, hors épisodes d'extrêmes « dômes de chaleur »). En considérant le risque catastrophique dans son ensemble, cette augmentation extrême de la température pourrait venir déstabiliser ces régions, potentiellement fragiles politiquement, comportant deux puissances nucléaires et présentant sept laboratoires biologiques de classe 4 (renfermant des pathogènes particulièrement dangereux). En considérant toutes les dimensions de risques possibles (climat, santé, conflit politique, instabilité économique, etc), « le potentiel d'incidents désastreux en réactions en chaîne est évident. »

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Barrière anti-inondation ESH/LN 2 L'eau Protection