En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“ L'Agriculture est aussi et surtout une solution pour le climat ”

L'agro-écologie, qui permet de stocker du carbone tout en augmentant les rendements, constitue une réponse à la lutte contre le changement climatique. La Conférence Paris Climat (COP 21) sera l'occasion de valoriser ces pratiques, détaille Catherine Geslain-Lanéelle du ministère de l'Agriculture. 04 novembre 2015

Spécial COP - Retrouvez toute l'actu Cet article vous est offert par Citae
   
“ L'Agriculture est aussi et surtout une solution pour le climat ”
Catherine Geslain-Lanéelle
Directrice générale de la performance économique et environnementale des entreprises au ministère de l'Agriculture
   

Actu-Environnement : Si l'agriculture s'invite aux discussions de la COP 21, ce n'est pas seulement parce qu'elle contribue au changement climatique et en subit les effets. Elle peut aussi faire partie des solutions. Lesquelles ?

Catherine Geslain-Lanéelle : Les professionnels agricoles, que ce soit en amont ou au niveau des filières de transformation, ont une forte sensibilisation sur ces questions de changement climatique. Le Groupe international d'experts sur le climat (Giec) a démontré que la survenue des phénomènes extrêmes (sécheresses, inondations…), conduirait à la réduction des rendements, mettant en cause directement la productivité agricole et la capacité que le monde aura à nourrir plus de neuf milliards de personnes en 2050.

L'agriculture, comme tous les secteurs d'activité humaine, est également contributrice du changement climatique à hauteur de 18,6% des émissions de gaz à effet de serre (GES) nationales dont le méthane (CH4) issu de l'élevage et le protoxyde d'azote (N2O) avec la fertilisation azotée. Mais elle est aussi et surtout une solution, car l'agriculture a un potentiel de réduction des émissions qui est estimée de 20 à 60% d'ici 2030, selon le Giec pour le "secteur des terres" (agriculture, forêt et sols). Certaines pratiques agricoles permettent en effet de réduire considérablement les émissions. Comme par exemple, toutes les pratiques agro-écologiques liées à l'utilisation de cultures de couverture, l'allongement des rotations, le non labour et le semi direct qui permettent de stocker plus de carbone dans le sol sous forme de matières organiques, ce qui est bon pour la fertilité des sols et les rendements ! C'est ce qui permet également de réduire l'utilisation d'intrants et notamment de fertilisants.

Via le potentiel de séquestration carbone des sols, l'initiative "4 pour 1000", lancée par la France vise à concilier les objectifs de sécurité alimentaire et la lutte contre le changement climatique. Un taux de croissance annuel du stock mondial de carbone des sols de "4 pour mille" permettrait d'absorber et de stocker l'équivalent des émissions anthropiques annuelles de CO2, soit 75% des émissions de gaz à effet de serre.

AE : Cette initiative est présentée comme une vaste coalition d'acteurs du monde agricole. Elle constitue le programme phare du ministère de l'Agriculture dans le cadre de la COP 21.

CGL : Cette initiative contribue à l'Agenda des solutions de la COP 21 et s'inscrit dans le cadre du Plan d'actions Lima-Paris (LPAA). Elle engage les acteurs (agriculteurs, Etat, collectivités, entreprises privées, chercheurs, bailleurs de fonds, ONG) dans une transition vers une agriculture productive, hautement résiliente, fondée sur une gestion adaptée des terres et des sols, créatrice d'emplois et de revenus. Par ailleurs, le ministère de l'Agriculture est également chargé d'organiser la demi-journée dédiée à l'agriculture du LPAA et dont l'initiative "4 pour 1000" est une des actions mises en avant. Nous avons identifié une vingtaine de projets ambitieux à travers notre appel à manifestation d'intérêt. Durant la COP 21, la journée du 1er décembre organisée avec la FAO, sera l'occasion de valoriser ces initiatives internationales concrètes. On ne parle pas de solutions qui sont hors de portée ! Il s'agit de pratiques connues, appliquées depuis plusieurs décennies. Ces pratiques agro-écologiques mettent l'environnement au service de la performance économique des exploitations.

L'initiative "4 pour 1000" a d'ailleurs reçu un accueil très positif, lors de la réunion des ministres de l'Agriculture du continent américain qui s'est tenue en octobre à Cancún au Mexique. Que ce soit aux Etats-Unis, en Uruguay, au Costa Rica, en Argentine ou au Brésil, il existe déjà beaucoup de ces démarches qui visent à améliorer la qualité des sols, lutter contre l'érosion et qui en voient déjà les bénéfices.

AE : Le continent américain continue pourtant de favoriser une agriculture intensive qui fait la part belle aux biotechnologies et OGM, impactant les forêts

CGL : Je n'étais pas en terrain hostile ou méconnu. Il y a aussi dans ces pays, des agriculteurs en mouvement vers une transition agro-écologique. Leur objectif est, comme en France, de passer du pionnier à la généralisation de ces pratiques.

AE : La Coordination Sud craint que l'initiative "4 pour 1000" permette à certains acteurs économiques de se contenter de maintenir leur niveau d'émissions dans leurs secteurs d'activité, tout en finançant des programmes de restauration des sols dans les pays du Sud. Que lui répondez-vous ?

CGL : Stéphane Le Foll a été clair à ce sujet lors de son intervention devant la société civile internationale rassemblée en octobre dernier à Rome dans le cadre du Comité de la sécurité alimentaire mondiale. L'initiative "4 pour 1000" n'a pas pour objectif de mettre en place des mécanismes de compensation des émissions, notamment entre pays et au détriment du respect des droits des agriculteurs des pays du Sud. Nous l'avons écrit dans l'ensemble des documents encadrant l'initiative : l'augmentation du stockage de carbone dans les sols est complémentaire des efforts indispensables de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans l'ensemble de l'économie.

AE : L'accord de Paris peut-il soutenir, pour la première fois, des objectifs climatiques spécifiques au secteur agricole dans les contributions nationales ?

CGL : La négociation s'est engagée et n'est pas terminée. Les émissions de GES du secteur agricole sont actuellement uniquement comptabilisées par les pays développés. L'objectif de la négociation est qu'à l'horizon post-2020 l'ensemble des pays du monde prenne des engagements de réduction de leurs émissions. Ces objectifs ne sont en général pas sectoriels, et chacun est libre de définir les secteurs qui seront mis à contribution, et les politiques qui seront mises en œuvre. Mais il est particulièrement important que les méthodes de comptabilisation soient comparables et transparentes.

L'Union européenne s'est avancée sur un objectif de réduction des émissions de 30 à 40% selon que le secteur est dans ou hors-ETS (système d'échange de quotas d'émissions), à l'horizon 2030 par rapport à 1990. Je rappelle que nous n'avons pas encore, au niveau européen, défini comment nous allions répartir nos efforts de réduction entre pays. Cette négociation commencera début 2016 dans l'UE.

Les discussions ne sont pas encore conclues concernant les méthodes utilisées de comptabilisation des émissions des activités agricoles et forestières. Selon la méthode choisie, on peut avoir des bilans plus ou moins positifs.

AE : Le flou demeure également concernant la référence à la sécurité alimentaire dans le texte final.

CGL : Stéphane Le Foll a appelé à inscrire la référence à l'agriculture et à la sécurité alimentaire dans le texte de l'accord. Parler de changement climatique sans parler de sécurité alimentaire est dangereux ! En effet, il convient d'abord de s'assurer que les pratiques agricoles permettent de réduire l'impact du changement climatique sur l'agriculture et en particulier l'effet négatif sur les rendements (adaptation). Mais il est également crucial que les pratiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (atténuation) n'affectent pas la production alimentaire. Le projet agro-écologique, porté par la France, vise à produire plus et mieux justement.

AE : Les systèmes d'alerte précoce et les plans d'urgence météorologique seront discutés lors de la COP 21. Quelles autres mesures pourraient être prises pour réduire la vulnérabilité des systèmes agricoles ?

CGL : Nous avons déjà des dispositifs qui existent à la fois sur les alertes météorologiques et sanitaires, comme par exemple le bulletin de santé du végétal (BSV), qui alerte les agriculteurs en temps réel du risque de prolifération de tel champignon ou de tel insecte nuisible. Le changement climatique a aussi un impact sur la santé des animaux et des végétaux, c'est pourquoi nous sommes également très mobilisés sur la surveillance des maladies émergentes, qu'elles soient animales ou végétales. Nous avons besoin de revisiter tous ces dispositifs pour s'assurer qu'ils soient bien adaptés aux enjeux. La question n'est pas juste d'envoyer la bonne information aux agriculteurs mais de les doter de dispositifs qui vont les aider à gérer ces risques. Un des défis de la politique agricole commune (PAC) post-2020 sera de mettre en place des outils de gestion des risques plus performants que ceux d'aujourd'hui.

Réactions5 réactions à cet article

 

Une fois de plus il n’est pas question du recyclage du CO2 par les activités agricoles au travers de la photosynthèse, recyclage infiniment plus important que celui conduisant au stockage de carbone dans le sol.

L’agriculture, quel que soit le mode de production, produit de la biomasse : protides, lipides et glucides, composés organiques contenant tous du carbone provenant du CO2 de l’atmosphère.

Dans son remarquable ouvrage : " L'innocence du carbone ", François Gervais cite notamment page 30 cette déclaration signée par 31 478 scientifiques :
« Il n’y a pas de preuve scientifique convaincante que les émissions anthropiques de dioxyde de carbone provoquent ou provoqueront dans un futur envisageable un réchauffement catastrophique de l’atmosphère et un dérèglement du climat de la terre. En outre il y a des preuves scientifiques substantielles que l’accroissement de la teneur en dioxydes de carbone atmosphérique produit des effets bénéfiques sur la flore et la faune terrestres ».

Alors arrêtons de dire que l’agriculture contribue au changement climatique à hauteur de 18,60% par les émission de gaz à effet de serre, alors qu’elle compense au contraire très largement ces émissions et celles de bien d’autres secteurs par le recyclage de CO2.

jeanpierrecanot | 04 novembre 2015 à 19h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Recycler n'est pas stocker ! Si l'agriculture permet effectivement d'assurer un cycle du carbone et d'en capter une partie, elle ne permet pas d'en stocker en tout cas pas avec des pratiques agricoles intensives qui conduisent à la destruction des sols. Le recyclage est bien loin de compenser tout le carbone remis dans l'atmosphère par la fragilisation des sols cultivés de manière intensive. Sans compter l'utilisation importante de pétrole pour la production des engrais et autres pesticides ainsi que pour le fonctionnement des engins agricoles. Par ailleurs, l'élevage est lui aussi à l'origine de l'émission de gaz à effet de serre comme le méthane, qui accroit l'effet de serre bien plus fortement que le CO2.

Enfin, je ne comprends pas comment on peut encore aujourd'hui nier l'impact de l'homme dans le réchauffement climatique à moins de ne pas avoir de notion de l'échelle des temps géologiques. Si effectivement la Terre se trouve dans une phase de réchauffement naturel, il ne peut en aucun cas s'opérer aussi rapidement que ce qui est observé actuellement.

BG | 05 novembre 2015 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A propos du "remarquable ouvrage".

Analyse critique de François-Marie Bréon

Cet ouvrage est un tissu de contrevérités. Je ne voudrais pas en faire une publicité qui lui profite en en faisant une recension. Je choisis cependant de montrer un certain nombre de points qui sont des erreurs factuelles, plus quelques éléments de désinformation manifeste. L’auteur continue de proclamer qu’il a été sélectionné par le GIEC pour être relecteur. Il se sert de cela pour prétendre une compétence particulière. Il faut expliquer qu’on n’exige pas plus d’une thèse pour pouvoir devenir rapporteur, dans n’importe quel domaine, et que ce sont bien les relecteurs qui sont volontaires plutôt que le GIEC qui va les chercher. On notera que, si l’ouvrage cite de très nombreuses références, elles ne sont jamais précisées en fin de texte. Au lecteur de faire la recherche s’il veut vérifier les dires. Dans de nombreux autres cas, les affirmations ne sont pas référencées. A plusieurs reprises, je n’ai pas réussi à retrouver les références indiquées.

critique constructive | 05 novembre 2015 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut le dire

Agro-agriculture, oui, mais bio

Des agricultUeurs non merci; il y en a déjà eu beaucoup trop

S'il y a constamment des agricult(u)eurs qui , hélas, se suicident au sens classique. Il y en a d'autres qui se sont suicidés avec leurs épandages divers

Sagecol | 05 novembre 2015 à 11h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voila longtemps que je n'avais pas trouvé dans ces réactions un débat entre lecteurs, qui ne se résume pas à des invectives ; essayons d'en profiter pour présenter des arguments accessibles à tous.
Je ne me prétends pas spécialiste, mais lorsque BG écrit : "Enfin, je ne comprends pas comment on peut encore aujourd'hui nier l'impact de l'homme dans le réchauffement climatique à moins de ne pas avoir de notion de l'échelle des temps géologiques. Si effectivement la Terre se trouve dans une phase de réchauffement naturel, il ne peut en aucun cas s'opérer aussi rapidement que ce qui est observé actuellement", pourquoi être aussi péremptoire ?
Les temps géologiques ce sont au moins des dizaines de milliers d'années, sinon des centaines. Si un "accident" comme celui que l'on observe actuellement s'était glissé n'importe où dans ces fameux temps géologiques et qu'il ait duré, disons 300 ans au maximum entre le réchauffement et le retour à la "normale", est-on sur que l'on en retrouverait une trace aujourd'hui ?

Levieux | 05 novembre 2015 à 11h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…