En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La CCNUCC estime que les objectifs du protocole de Kyoto pourraient être atteints

Le secrétariat de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques veut être confiant et estime que les objectifs du protocole de Kyoto pourraient être atteints voire dépassés si les efforts nécessaires sont entrepris.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Selon les données soumises au Secrétariat de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) par les pays signataires de la convention, les 40 pays les plus industrialisés ont encore augmenté leurs émissions de gaz à effet de serre* (GES) en 2005. En baisse de 1990 à 2000, les rejets ont recommencé à augmenter entre 2000 et 2005. Ainsi à cette date, leurs émissions ont atteint 18,2 milliards de tonnes contre 17,7 milliards en 2000 et 18,7 milliards en 1990. Cette tendance à la hausse observée depuis plusieurs années va de paire avec la croissance continue de plusieurs pays, mais reste inquiétante si elle se poursuit car les efforts réalisés entre 1990 et 2000 pourraient être annulés et la réussite des objectifs fixés par le protocole de Kyoto serait remise en cause. En effet, le protocole de Kyoto fixe aux 40 pays industrialisés signataires un objectif global de réduction de 5% par rapport à 1990 à réaliser sur la période 2008-2012. Or, selon les chiffres qui viennent d'être publiés, cette réduction atteint déjà 2,8% en 2005. Il reste donc de nombreux efforts à faire afin d'atteindre -5% en 2012.

Selon le secrétariat de la convention sur le changement climatique, ces efforts vont devoir être réalisés dans les pays qui continuent à augmenter leurs émissions. C'est le cas notamment de l'Espagne qui a augmenté de 53,3% ces émissions par rapport à 1990, du Portugal (+42,8%), de la Turquie (+74,4%) ou encore de la Nouvelle-Zélande (+24,7%). Le secrétariat mise sur tous les outils disponibles : marché d'échange de quotas, mécanismes de développement propre (MDP) et la mise en œuvre conjointe (MOC). Et il est relativement confiant puisque malgré tout il prévoit que les 40 pays pourraient réduire au total de 11% leurs émissions d'ici 2012 si les politiques prévues sont mises en œuvre correctement. Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la CCNUCC, estime même qu'une réduction globale à l'échelle de tous les pays signataires de 15% est possible mais selon lui il ne faut pas cacher le fait que les émissions de gaz à effet de serre de certains pays continuent à augmenter et qu'ils doivent faire plus pour atteindre leur objectif. Cette projection repose en grande partie sur les résultats des 17 « économies en transition » d'Europe de l'Est, dont les émissions ont énormément diminué : -58% pour la Lettonie, -54,7% pour l'Urkraine ou encore -50,9% pour l'Estonie suite à la fermeture d'usines ou de centrales électriques obsolètes héritées de l'ère soviétique.

Yvo de Boer positive également en rappelant que les pays ont pris leur objectif très au sérieux en mettant en place les politiques et les infrastructures nécessaires y compris les enregistrements pour la comptabilité des émissions de GES. Le secrétariat est ainsi convaincu que de nombreux pays vont encore développer tous les mécanismes de flexibilité mis à leur disposition. Selon lui, le marché du CO2 devrait se développer fortement dans les prochaines années. Il souligne au passage que le Protocole de Kyoto a généré 30 milliards de dollars en 2006, essentiellement sur le marché européen des permis d'émission.

Rappelons cependant que deux pays industrialisés n'ont toujours pas ratifié le protocole : les Etats-Unis et l'Australie. Ils ne sont toujours pas d'accord pour se voir attribué des objectifs de réduction d'émissions contraignants. Pourtant, leurs émissions continuent à augmenter : +16,4% pour les USA et +25,6% pour l'Australie en 2005 par rapport à 1990. La position de l'administration fédérale est ainsi de plus en plus décriée de l'intérieur. Dernièrement, plusieurs Etats américains ont rejoint l'International Carbon Action Partnership (ICAP) au côté de nombreux pays et provinces afin de lutter contre les changements climatiques. L'ICAP veut fournir à ses membres un forum international afin de partager les expériences et les meilleures pratiques concernant la réduction des émissions de CO2 et plus précisément la mise en place d'un marché du carbone. Ces positions divergentes opposant l'administration fédérale à ses États s'invitent donc désormais sur la scène internationale. La position des USA à l'occasion des prochaines négociations sur l'avenir du protocole de Kyoto qui doivent se dérouler à partir du 3 décembre à Bali en Indonésie est donc très attendue. Les gouvernements négocieront en effet des suites à donner au protocole de Kyoto dont la première phase d'engagements expire en 2012 lors de la 13ème Conférence des Parties.

Autre acteur majeur attendu : la Chine. Pays signataire du protocole mais non concerné par des objectifs de réduction contraignants en raison de sa situation économique (pays émergent), la Chine ne souhaite pas que de tels objectifs soient mis en œuvre à partir de 2012, encore moins si certains pays industrialisés ne veulent toujours pas faire d'efforts. Néanmoins, elle fait preuve de bonne volonté. En effet, selon Reuteurs, à l'occasion de sommets asiatiques qui se tiennent actuellement à Singapour (ASEAN+6**), seize Etats de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est dont la Chine et l'Inde se sont engagés à « stabiliser à long terme les concentrations de gaz atmosphériques à effet de serre, à un niveau qui empêcherait les dangereuses interférences humaines sur le climat ». Selon l'AFP, la Chine envisagerait surtout de réduire sa consommation d'énergie de 20% par unité de produit intérieur brut au cours des cinq prochaines années. La Chine espère donc être plus efficace énergétiquement tout en maintenant la croissance du pays à un taux élevé. Le pays se dit prêt à développer fortement les énergies renouvelables et à développer des technologies peu consommatrices. Les Chinois semblent en revanche plus réticents aux technologies de type captage et stockage de CO2 qu'ils estiment trop énergivore. Même si elle ne se dit pas prête à ratifier le protocole de Kyoto, la Chine semble donc prendre au sérieux la situation climatique. Cette position sera sans doute diversement appréciée lors des prochaines négociations à Bali.

*CO2, CH4, N2O, HFC, PFC, SF6
** Sommet élargi de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (16 pays)

Réactions2 réactions à cet article

 
maigre résultat des objectifs du protocole de Kyot

bonjour!

nous association reboiser le au sahara les services "ou experts" de la ccnucc n'intègrent pas dans leurs analyses les apports des forêts?
tout le monde sait que les forêts peuvent jouer un grand rôle en matière des séquestration du co2
donc nous ne comprenons pas le pourquoi?
que ceux qui on des réponses qu'ils soient prié de nous les faires connaitre!
A+

DAOUD Alger | 29 novembre 2007 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour; pour moi je demanderais au pays les plus industrialisées de diminuér à la polution de l'atmospher et d'aide les pays qui ont des grands foret au reboisement des differentes cite .

GUY | 27 février 2012 à 15h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager