Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

CDG Express : la justice valide la future ligne controversée

Transport  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
CDG Express : la justice valide la future ligne controversée

L'ambitieux projet de ligne ferroviaire « Charles-de-Gaulle Express » (ou CDG Express), reliant la gare de l'Est à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, a finalement été validé par la justice. Le 28 avril, la cour administrative d'appel de Paris a rendu sa décision, confirmant le rejet du recours déposé à l'encontre du projet. Ce dernier « est justifié par une raison impérative d'intérêt public majeur, permettant de déroger aux dispositions de l'article L. 411-1 du Code de l'environnement concernant la protection des espèces animales », avance la cour.

 
Le projet est justifié par une raison impérative d'intérêt public majeur  
Cour administrative d'appel de Paris
 
Ce projet a été initialement autorisé par un arrêté délivré par les préfets de Paris, de la Seine-Saint-Denis, de la Seine-et-Marne et du Val-d'Oise, en février 2019. L'objectif de cette future ligne rapide consiste à relier, début 2027, l'est de la capitale aux terminaux aériens, distants d'environ trente kilomètres, en une vingtaine de minutes, à raison d'un train tous les quarts d'heure. Cependant, en novembre 2020, les travaux ont été suspendus par une décision du tribunal administratif de Montreuil, obtenue par la commune de Mitry-Mory (Seine-et-Marne). Selon cette dernière, le chantier contrevenait à la protection d'espèces animales sur une portion de 4,4 km. La cour administrative d'appel de Paris a d'abord suspendu ce jugement en mars 2021, avant de l'invalider aujourd'hui.

« Le projet vise à améliorer la desserte de l'aéroport par les transports en commun, à décongestionner le réseau existant, à renforcer l'attractivité de l'agglomération francilienne et à faciliter l'interconnexion entre les différents modes de transport, énonce la cour pour justifier sa décision. Si des incertitudes peuvent demeurer quant aux conditions de la reprise du trafic aérien, les prévisions de retour en 2024-2025 à un niveau comparable à celui antérieur à 2019 paraissent plausibles et ces incertitudes ne permettent pas de dénier à ce projet d'infrastructure de long terme le caractère de raison impérative d'intérêt public majeur au sens du code de l'environnement. »

Les opposants au projet regrettent malgré tout une décision plus politique qu'utile. C'est notamment l'opinion de David Belliard, adjoint écologiste à la maire de Paris sur la transformation de l'espace public et des mobilités, qui juge « indécent » de considérer le projet comme étant d'intérêt public majeur. La députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain, qualifie, en ce sens, le CDG Express de « train des riches » et exige plutôt une « amélioration concrète et urgente des transports du quotidien, à commencer par le RER B ». Pour rappel, le coût du projet est chiffré à 2,2 milliards d'euros et celui du futur billet de ce train, aux alentours de 24 euros.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

UT 9000 : localisateur de canalisations et câbles enterrés SEWERIN