En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Centrale biogaz de Kastellin : une reprise des activités sous conditions

La préfecture du Finistère a suspendu les activités de la centrale biogaz de Kastellin à Châteaulin suite à une pollution des eaux et un incendie. Retour sur les conditions de la reprise.

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Centrale biogaz de Kastellin : une reprise des activités sous conditions

Les activités de la centrale biogaz de Kastellin ont été suspendues par la préfecture du Finistère. Cette décision découle d'une succession d'incidents. Un premier dysfonctionnement, dans la nuit du 17 au 18 août, avait entraîné une restriction de l'accès à l'eau potable à une quarantaine de communes des environs. Cette nuit-là, selon préfecture, la cuve de reprise-pompage de digestats avait débordé et le liquide s'était répandu sur la plate-forme véhicules puis avait atteint le réseau des eaux pluviales et une fois le bassin d'orage plein, l'exutoire puis le milieu naturel. Or lors d'une visite après l'incident, l'inspection des installations classées a constaté des dysfonctionnements au niveau de plusieurs automates de l'établissement, notamment les deux capteurs de niveau de la cuve de reprise-pompage.

Dans un premier arrêté, la préfecture avait donc suspendu l'activité de cette dernière et notamment demandé à l'exploitant - outre des mesures de nettoyage et de vidange – le contrôle régulier du niveau du bassin d'orage et un audit des systèmes automatisés de la cuve de reprise-pompage. Le document impose également à l'exploitant de lancer une mission d'expertise par un prestataire indépendant pour quantifier les impacts sur les milieux et identifier les mesures de réparation.

Des fumées d'incendie non détectées

Quelques jours après ce premier incident, le 23 août, un incendie s'est déclaré. La préfecture souligne que les fumées n'ont pas été détectées par l'exploitant et le feu n'a pas été maîtrisé par les moyens présents dans l'installation. « En cas d'incendie, la disponibilité des dispositifs nécessaires à la prévention d'une pollution des sols, des eaux souterraines et de l'Aulne n'est plus assurée », constate également l'administration dans un arrêté pris le 25 août. Pour prévenir les risques liés à un incendie, la préfecture a donc suspendue l'activité de réception des déchets dans l'installation. Elle a exigé de l'exploitant différentes mesures correctives dont l'établissement sous deux mois d'une revue de conception et d'exploitation des systèmes de détection et de lutte contre l'incendie comme des dispositifs de collecte et de rétention des eaux, et l'établissement d'un plan d'action.

« Les équipes sont mobilisées pour se conformer aux prescriptions de l'arrêté préfectoral du 25 août afin de permettre le redémarrage de l'installation en toute sécurité, a assuré dans un communiqué Engie Bioz, la filiale d'Engie en charge de cette installation. Les mesures déployées permettront d'assurer à la population de Châteaulin et des communes avoisinantes que ce type d'événement ne puisse plus se produire »

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager