Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Centrale nucléaire de Zaporijjia : pourquoi la création d'une zone de sûreté est impérative

À la suite de sa visite sur le site, l'AIEA demande la création d'une zone de sûreté et de sécurité autour de la centrale ukrainienne cible de bombardements. Les sept piliers de sécurité qu'elle a définis ont été violés de manière plus ou moins forte.

Risques  |    |  Laurent Radisson
Centrale nucléaire de Zaporijjia : pourquoi la création d'une zone de sûreté est impérative

« La situation actuelle est intenable et la meilleure action pour assurer la sûreté et la sécurité des installations nucléaires de l'Ukraine et de sa population serait de mettre fin à ce conflit armé maintenant, a exhorté Rafael Mariano Grossi. Mais, en attendant une hypothétique issue à la guerre, le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) demande la mise en place de mesures provisoires urgentes pour « prévenir un accident nucléaire causé par des moyens militaires ». La principale est « l'établissement immédiat d'une zone de protection » autour de la centrale de Zaporijjia.

Une équipe de six experts de l'Agence ont mené une mission de soutien et d'assistance, entre le 1er et le 5 septembre, sur le site de la plus grande centrale nucléaire d'Europe, occupée par les troupes russes, depuis le 4 mars, et soumise à une série de bombardements, depuis le 5 août. Deux d'entre eux sont restés sur place. Les conclusions de la mission ont été publiées, le 6 septembre, dans le deuxième rapport de l'AIEA sur la sûreté et la sécurité nucléaire en Ukraine. Rafael Grossi les a présentées le même jour au Conseil de sécurité de l'ONU.

Menace constante pour la sûreté nucléaire

Depuis avril dernier, un nombre important d'événements ont « considérablement compromis » les sept piliers indispensables, définies par l'Agence, pour assurer la sûreté nucléaire et la sécurité pendant un conflit armé. Une infographie permet d'illustrer la mise à mal de ces principes.

   
Les 7 piliers indispensables de l'AIEA © AIEA
 
   
Le premier de ces piliers, qui porte sur le maintien de l'intégrité physique des installations, qu'il s'agisse des réacteurs, des bassins de combustibles ou des entrepôts de déchets radioactifs, a été violé à de nombreuses reprises. Les experts de l'AIEA ont constaté des dommages sur plusieurs points de la centrale, dont certains à proximité des bâtiments des réacteurs. Ces dommages portent notamment sur le bâtiment spécial qui abrite le combustible nucléaire neuf et l'installation d'entreposage des déchets radioactifs solides, ou encore sur le système de surveillance radiologique.

« L'installation de Zaporijjia n'a pas été conçue pour opérer dans une situation de guerre et on ne sait pas à combien de tirs de missiles elle pourrait résister », alerte dans un communiqué Michèle Rivasi, eurodéputée écologiste et cofondatrice de la Commission de recherche et d'information indépendante sur la radioactivité (Criirad). « Les bâtiments en béton cylindriques que l'on voit sur le site et qui contiennent le cœur du réacteur ont été conçus pour résister à un certain nombre de choses, notamment à la chute de certains avions. Il y a donc une certaine robustesse, mais ce n'est pas prévu pour faire face à ce type de bombardements », confirme Karine Herviou, directrice générale adjointe de l'IRSN au micro de France Info.

Malgré ces dommages, les niveaux de rayonnements ionisants dans la zone restent normaux. « Si les événements passés n'ont pas encore déclenché d'urgence nucléaire, ils représentent une menace constante pour la sûreté et la sécurité nucléaires car les fonctions critiques de sûreté (confinement de la radioactivité et refroidissement notamment) pourraient être impactées », a toutefois alerté Rafaël Grossi.

Stress et pression élevés

Le deuxième pilier, qui stipule que tous les systèmes et équipements de sûreté et de sécurité doivent être pleinement fonctionnels à tout moment, n'a pas non plus été respecté. Des bombardements récents ont eu des conséquences sur la sûreté, la protection d'urgence ayant été activée et les générateurs diesel de secours mis en marche par deux fois.

 
Les événements passés représentent une menace constante pour la sûreté et la sécurité nucléaires car les fonctions critiques de sûreté pourraient être impactées  
Rafael Mariano Grossi, AIEA
 
Par ailleurs, le gardiennage et le contrôle d'accès au site ont été pris en charge par l'armée russe, alors que cette responsabilité incombe à la direction de la centrale. La mission a également constaté la présence de personnels, de véhicules et d'équipements militaires russes à divers endroits de l'installation. L'AIEA demande à ce que le système de protection physique soit exploité tel qu'il a été conçu et que les troupes russes retirent les véhicules qui pourraient interférer avec le systèmes de sûreté et de sécurité.

Les dysfonctionnements ne s'arrêtent pas là. « Le personnel ukrainien, qui exploite la centrale sous occupation militaire russe, est constamment soumis à un stress et à une pression élevés », rapportent les experts. Cette situation viole le troisième pilier, selon lequel le personnel d'exploitation doit avoir « la capacité de prendre des décisions sans pression indue ». « Le personnel est un point central de la sûreté, confirme Michèle Rivasi. Ils sont de moins en moins nombreux et en situation de stress constant. »

Les marges de sûreté diminuent

L'obligation d'avoir « une alimentation électrique hors site sécurisée à partir du réseau », qui constitue le quatrième pilier, n'est pas davantage respectée. La centrale a perdu, totalement ou partiellement, cette alimentation à plusieurs reprises du fait des combats. Actuellement, elle reçoit l'électricité dont elle a besoin pour sa sécurité à partir de son dernier réacteur en fonctionnement. « La fiabilité de cette disposition, qui n'est pas une disposition d'exploitation courante, est limitée. Ce n'est de plus pas une solution pérenne », explique l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) dans une note d'information sur la centrale en date du 6 août. L'AIEA demande à ce que « la redondance de la ligne d'alimentation électrique hors site, telle que conçue, soit rétablie et disponible à tout moment, et que toutes les activités militaires susceptibles d'affecter les systèmes d'alimentation électrique cessent ».

« La perte des systèmes de refroidissement est un point fortement inquiétant. Même lorsque ses réacteurs sont à l'arrêt, une centrale nucléaire a besoin d'électricité pour être refroidie en permanence, sous peine d'avoir des situations de type fusion du cœur et rejets radioactifs massifs, rappelle Michèle Rivasi. Ce type de situation diminue les marges de sûreté et nous rapproche d'une situation d'accident ».

L'obligation de voir des chaînes d'approvisionnement logistique et des transports interrompus vers, et depuis, le site (pilier 5) constitue a priori l'obligation la moins mal respectée. Mais tout est relatif. La mission a relevé la difficulté à livrer des pièces de rechange et du carburant diesel. « Les stocks de carburant alimentant les diesels pourraient permettre leur fonctionnement pendant sept à dix jours, délai au-delà duquel un ravitaillement devient nécessaire », explique l'IRSN. Pour les pièces de rechange, le transport n'est possible qu'au cas par cas, « de manière imprévisible et sur la base d'arrangements personnels ». Il affecte aussi l'entretien des camions de pompiers. Aussi, l'AIEA demande-t-elle à ce que toutes les parties concernées s'engagent à « assurer des chaînes d'approvisionnement efficaces » pour la sûreté et la sécurité de la centrale, « y compris des couloirs de transport sûrs ».

« Vœux pieux »

Quant au système de surveillance de la radioactivité et des moyens d'intervention en cas d'urgence, qui constitue le sixième pilier, là non plus la situation n'est pas satisfaisante. Des bombardements ont endommagé des capteurs de détection des rayonnements, de même que la caserne de pompiers de l'usine. Le centre d'urgence de la centrale n'est pas accessible à son personnel car il est occupé par les troupes russes. Un centre d'urgence alternatif a été mis en place, mais il présente plusieurs défaillances : absence d'alimentation électrique et de système de ventilation indépendants, absence de connexion internet permettant une communication efficace. En revanche, le centre d'urgence hors site, dans la ville de Zaporijjia, serait opérationnel. L'AIEA demande à ce que toutes les installations soutenant les fonctions d'urgence soient rétablies.

Enfin, en ce qui concerne la dernière exigence, portant sur la fiabilité des communications avec le régulateur, l'Agence relève que ce pilier a été « constamment enfreint au cours de ces derniers mois ». « Les inspecteurs de l'autorité de sûreté ukrainienne ne pouvant plus assurer leur mission sur site, il n'est pas possible de savoir si les règles d'exploitation, notamment les essais périodiques et les opérations de maintenance sont correctement appliquées », explique l'IRSN. L'AIEA demande par conséquent à ce que « des moyens et canaux de communication fiables et redondants, y compris la connectivité internet et/ou satellitaire, soient assurés avec toutes les organisations externes nécessaires au fonctionnement sûr et sécurisé de l'installation ».

Si la mission de l'AIEA a pu apporter un regard extérieur sur la situation de la centrale, elle ne permet pas de garantir sa sûreté d'un coup de baguette magique. Pour Yves Marignac, consultant sur le nucléaire et la transition écologique pour le goupe Négawatt, il s'agit d'une mission « importante, mais impuissante ».

La communauté internationale « n'a pas pu empêcher cette situation d'occupation militaire d'une centrale nucléaire plongée en zone de conflit, aussi illégale du point de vue du droit international qu'inédite. La sûreté de la centrale de Zaporijjia est dans ces conditions chaque jour un peu plus menacée », estime le spécialiste dans une note. La nécessaire démilitarisation de la zone semblant hors d'atteinte, « les recommandations de l'AIEA sur le rétablissement des sept piliers restent en l'état des vœux pieux », déplore-t-il.

Réactions12 réactions à cet article

 

Merci pour ce déroulé bien complet. Dommage qu'il soit pollué par la Criirad.

dmg | 08 septembre 2022 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une centrale "ukrainienne" occupée par les russes.
Elle est bombardée par qui cette centrale ?

gpic | 08 septembre 2022 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand on est pour la planète on est POUR le nucléaire... une idée de génie Pour faire passer la pilule (d'iode ... ) à TOUTE la planète il fallait un stratagème diabolique : "surfer sur le dérèglement climatique pour posséder le monde ..."
.
Anne Lauvergeon et Ségolène Royal ont voulu briller en politique et c'est maintenant la France qui va faire "rayonner" la planète pendant des millénaires !
.
L'excellence industriel française (les centrales nucléaires) restera dans l'histoire de l'humanité comme la plus incroyable des arnaques, pour que ça passe il fallait que ce soit énorme ... effectivement ça dépasse l'imaginaire !

laurent | 08 septembre 2022 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On n'en découvre tous les jours davantage sur les innombrables "atouts" du nucléaire qui nous sont vantés par un lobby omniprésent.....

BIB57 | 08 septembre 2022 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Où l'on découvre que les centrales nucléaires civiles, loin d'être aussi "béton" qu'on nous l'a maintes et maintes fois vanté, constituent des cibles stratégiques prioritaires dans les conflits modernes déclenchés par des agresseurs qui ne connaissent que la loi du plus fort.
A rebours du discours des nucléocrates, continuer à en bâtir en France revient à renforcer considérablement la vulnérabilité de notre pays ce qui, vu le contexte géopolitique actuel, est irresponsable.
Tandis que les énergies renouvelables et les mesures de sobriété énergétique, par nature disséminées sur le territoire, accroissent notre résilience.

Pégase | 08 septembre 2022 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase, faudra nous expliquer comment obtenir de la chaleur haute pression avec des éoliennes (mais vous voulez fermer toute industrie en France, donc vous vous en foutez) et comment assurer un réseau électrique résilient et fiable uniquement avec des panneaux solaires et des éoliennes.
Negawatt a rédigé des scénarios qui ignorent totalement ces deux aspects en affirmant éhontément que les ENR sauraient assurer l'appro électrique à hauteur des besoins de notre société. Mais comme ils sont écolos, ils ne manquent pas de formuler des YAKAFOKON absolument irréalistes, de prôner une "éducation" du peuple évidemment par eux - comme Jancovici le prétend (pour faire un homme nouveau ? éliminer physiquement les récalcitrants ?) et d'affirmer, comme vous entre vos lignes, que "sauver la planète" serait incompatible avec la démocratie (en rééduquant les "suppôts des lobbies" présumés, comme moi, par exemple).
Je dirai toujours NON à ce type d'idées fascisantes de l'écologisme politique militant.
Sincères salutations.

Albatros | 08 septembre 2022 à 17h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dommage que cette excellent synthèse soit polluée par les remarques fantaisistes de Mme Rivasi qui omet de nous expliquer comment un réacteur à l’arrêt peut entrer en fusion (elle nous refait le sketch de la chauve-souris qui composerait un code d’entrée). Ces gens-là (écologistes politiques, anti-nucléaires viscéraux de tous poils et de tous crins) ne perdent jamais une occasion de transformer les situations préoccupantes, certes sous certains aspects, en apocalypse. Faire peur et angoisser sans raison est un de leur cheval de bataille. Qui fonctionne très bien d’ailleurs si l’on se réfère aux votes de nos concitoyens ces dernières années.
Le rapport montre que l’intégrité physique des réacteurs n’a jamais été mise en défaut. Il faudrait des coups directs avec des munitions de très très gros calibre pour endommager sérieusement la structure de protection en béton. Pour l’instant l’AIEA fait état d’égratignures sur des bâtiments annexes. On est à des années lumières des conditions nécessaires à la reproduction d’un Tchernobyl ou d’un Fukushima.
Cela ne signifie pas que la situation n’est pas préoccupante pur autant car les règles de fonctionnement « normal » d’une centrale sont violées allègrement. La situation est inédite et on a affaire à des êtres humains non fiables par définition. Les risques d’attentats, de sabotage par des groupes non contrôlés me paraissent plus élevés que les faits de guerre si les belligérants en reste là. A suivre...

glaudius92 | 09 septembre 2022 à 17h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Espérons que les Russes contrôlent rigoureusement les entrées. Il faut souhaiter (comme la patron de l’AIEA) que cette guerre s’arrête au plus vite. En attendant, tous les réacteurs devraient être mis à l’arrêt et les installations névralgiques mises sous scellées et sanctuarisées sous le contrôle de l’AIEA. Leurs inspecteurs doivent être félicités pour le travail réalisé et pour ce rapport qui met habilement et diplomatiquement les protagonistes en face de leurs responsabilités qui sont grandes. Ce qui ne satisfait d’ailleurs aucun d’entre eux, vous l’aurez remarqué au passage.

glaudius92 | 09 septembre 2022 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avec les défenseurs acharnés de l'atome qui se sont précédemment exprimés sur ce fil, l'armée russe tient là quelques bons profils de liquidateurs si les choses tournent mal à la centrale de Zaporijjia, comme du temps de Tchernobyl.
Ah oui mais non, ce n'étaient pour eux que l'occasion d'exprimer confortablement leur aversion pour les environnementalistes, pas question de prendre le moindre risque réel, voyons !

Pégase | 10 septembre 2022 à 13h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Albatros
Vos arguments techniques seraient davantage audibles s'ils n'étaient pas systématiquement parsemés d'attaques, voire d'insultes à l'égard de celles et ceux qui ne partagent pas votre avis. C'est d'autant plus étonnant de la part de quelqu'un qui s'inquiète du fascisme montant qui, en l'espèce, est davantage du côté des "productivistes fous" (Bolsonaro, Poutine, Erdogan...) que des "écolos".....

BIB57 | 10 septembre 2022 à 16h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour votre intervention, BIB54. Mais je crois que l'intéressé n'en a rien à faire, le fond pour lui est de soulager via les fils d'AE une profond ressentiment vis-à-vis de ceux qui expriment une opinion opposée à la sienne.
Quand à l'accusation de fascisme, il suffit de voir comme cet argument est régulièrement dégainé par nombre d'autocrates. N'est-ce pas ainsi en usant de ce prétexte bidon que Poutine a attaqué l'Ukraine ?

Pégase | 10 septembre 2022 à 20h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'aimerai bien savoir où se situent les insultes dans tous ces posts?
Deuxième chose, demander à la population civile d'être frugale est une chose, pas forcément facile à faire respecter selon les cultures et les mentalités de chacun.
Mais comment peut-on demander à des professionnels industriels ou tertiaires de faire autant avec moins, et ce de façon rapide, et surtout sans changer notre mode de vie (et surtout de consommation)?
Est-ce que l'apport d'énergie ENR est suffisamment substantiel pour remplacer les besoins actuels en charbon+pétrole+gaz? Au niveau mondial, on sait bien que non. Et au niveau national, sur 365 jours? parce que si c'est pour tout déléguer à l'autre bout du monde....

nimb | 11 septembre 2022 à 08h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]