Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Centrale de Brennilis : consultation sur la prolongation du chantier de démantèlement

Risques  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Le démantèlement partiel du réacteur de l'installation nucléaire de base de Brennilis (Monts d'Arrée, Finistère) devrait reprendre. Le projet de décret qui prolonge de 24 mois le délai d'achèvement des opérations par EDF est en consultation jusqu'au 27 juillet.

Ce chantier a connu de nombreux rebondissements. Le démantèlement - initialement prévu pour être complet - a été arrêté en juin 2007 et un décret de démantèlement partiel avait été publié en juillet 2011. Il autorise notamment les opérations sur les échangeurs de chaleur, les structures de la station de traitement des effluents ainsi que du hangar à déchets. Les autres opérations de démantèlement, en particulier celui du bloc réacteur, sont interdites.

Des associations de protection de l'environnement avaient saisi en janvier 2013 le Conseil d'Etat pour réclamer la suspension de ce démantèlement partiel. En septembre 2015, après la survenue d'un incendie sur le chantier des échangeurs, les opérations avaient été interrompues. L'Autorité de sûreté nucléaire avait alors constaté "que les analyses préalables et la prise en compte spécifique du risque d'incendie pour la réalisation de ces phases d'activités étaient insuffisantes".

L'actuel projet de décret précise que l'ensemble des opérations initialement prévues pour le démantèlement partiel devra être réalisé au plus tard le 28 juillet 2018. EDF devra également déposer avant le 31 juillet 2018 un dossier qui détaille et justifie les opérations de démantèlement complet ainsi que celles relatives à la surveillance et à l'entretien ultérieur du site.

Réactions1 réaction à cet article

 

La "Ligne Maginot" qui n'a jamais servi, et surtout les constructions de l'envahisseur : le "Mur de l'Atlantique", la base sous marine de Lorient , la base de lancemant des V2 etc. sont considérés comme des monuments à protéger impérativement
Un centrale de recherche qui a permis un réel développement de notre économie et de nos savoirs-faire doit être, elle, impérativement rayée de la carte.
Pour moi, il y aurait tout comme une erreur.
(Il n'y a plus aucun matériel réellement dangereux à Brennilis).

VD69 | 06 juillet 2016 à 17h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Solution de protection incendie pour convoyeurs - Firefly ConveyorGuard™ BERTHOLD FRANCE SAS