En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des associations portent plainte contre EDF pour pollution radioactive dans la Loire

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Des associations portent plainte contre EDF pour pollution radioactive dans la Loire

Mardi 18 février, le réseau Sortir du nucléaire et le collectif Loire Vienne zéro nucléaire, ont déposé plainte, auprès du procureur du parquet de Paris, contre l'énergéticien EDF et contre X, suite à la pollution radioactive au tritium mesurée, en janvier 2019, dans la Loire à Saumur (Maine-et-Loire), qui est située à 20 km de la centrale nucléaire de Chinon.

Un prélèvement a été effectué, le 21 janvier 2019, dans la commune de Saumur, par un réseau de préleveurs volontaires, puis analysé par un laboratoire agréé de l'Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest (ACRO). Les résultats des analyses, présentés le 18 juin 2019, ont relevé une concentration de 310 becquerels par litre (Bq/l) de tritium dans l'eau de la Loire. Soit trois fois plus que « le seuil d'alerte de 100 Bq/l dans l'eau potable, qui doit déclencher des investigations », soulignent les associations plaignantes dans leur lettre adressée au procureur de Paris.

Saumur est en aval de cinq centrales nucléaires, dont quatre sont sur la Loire (Belleville, Dampierre, Saint-Laurent-des-Eaux, Chinon) et une (Civaux) est sur la Vienne, un des affluents de la Loire. La plus proche centrale nucléaire en amont de Saumur est celle de Chinon. L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) « n'a pas remis en cause la validité de la mesure de cette concentration de 310 Bq/l de tritium », ajoutent les associations. « Son analyse resserre la responsabilité possible sur les cinq centrales nucléaires implantées sur la Loire et la Vienne, à l'exclusion d'autres causes », estiment-elles. L'IRSN écarte « la possibilité d'un rejet accidentel plus élevé que prévu ».

Pour les associations, « cette concentration, observée bien en aval des points de rejets, est trop élevée pour résulter du cumul des rejets maximum autorisés des cinq centrales ». En revanche, les plaignants suspectent « qu'une ou plusieurs installations n'auraient pas respecté la limite de rejets autorisés ». D'où l'objet de leur plainte « contre EDF et contre X pour pollution des eaux, risques causés à autrui et infractions à la réglementation des installations nucléaires de base », justifient les associations.

Réactions1 réaction à cet article

 

Et oui, on ne fait pas d'omelette au plutonium sans casser des noyaux fissiles et répandre au passage dans l'environnement une pollution au tritium et autres matériaux radioactifs ! C'est la réalité que l'industrie du nucléaire cherche à camoufler depuis ses débuts et, manifestement, rien n'a changé en 2020.
La situation va même très probablement empirer avec le vieillissement des installations et le manque de provisions budgétaires en adéquation avec la réalité des coûts des opérations d'entretien courant et de démantèlement.

Pégase | 05 mars 2020 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager