Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Centrale nucléaire de Fessenheim : l'ASN maintient à l'arrêt le réacteur 2

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Mardi 19 juillet, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé avoir suspendu le certificat d'épreuve délivré à Areva en 2012 pour un générateur de vapeur installé sur le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). "La suspension du certificat d'épreuve, tant qu'elle n'est pas levée, entraîne le maintien à l'arrêt du générateur de vapeur et, par conséquent, celui du réacteur", explique l'ASN.

"Les analyses menées par Areva ne permettent pas de conclure à ce stade à l'aptitude au service de cette virole", justifie la décision de l'ASN, ajoutant que "cette situation est de nature à remettre en cause la protection [de la sécurité, la santé et la salubrité publiques ou la protection de la nature et de l'environnement]".

Cette suspension fait suite à la découverte d'irrégularités dans la fabrication d'équipements nucléaires à l'usine du Creusot (Saône-et-Loire), dont la virole basse d'un des générateurs de vapeur du réacteur 2 de Fessenheim. Le forgeage de cette pièce, réalisé en 2008, "n'a pas été mené conformément au dossier technique remis à l'ASN et aux règles de l'art", explique l'ASN, précisant ne pas avoir été informée de cette non-conformité. "La connaissance de cette non-conformité, sans justification particulière, aurait conduit l'ASN à ne pas délivrer de certificat d'épreuve en 2012", indique-t-elle.

EDF revoit à la baisse son objectif de production

EDF a informé l'Autorité de cette non-conformité mi 2016. Le 13 juin, EDF a mis à l'arrêt le réacteur concerné. Parallèlement, le gendarme du nucléaire a demandé à Areva de lui transmettre un dossier présentant la démarche qu'elle compte adopter pour justifier la conformité de ce générateur de vapeur à la réglementation.

Enfin, l'ASN a aussi révélé en juin que d'autres défauts touchent certains équipements du parc français, dont le fond primaire de 18 générateurs de vapeurs répartis sur neuf sites. En conséquence, EDF annonce que "durant le second semestre, [elle] doit procéder à des contrôles supplémentaires afin de démontrer que des composants, principalement des générateurs de vapeur (…), sont aptes à remplir leur fonction en toute sûreté". Compte tenu des délais d'instruction des dossiers par l'ASN, l'entreprise explique "qu'une partie des arrêts de tranche subira des prolongations sur le second semestre 2016". En conséquence, EDF révise à la baisse son objectif de production nucléaire pour l'année 2016, de 408 – 412 térawattheures (TWh) à 395 – 400 TWh, soit l'équivalent de la production de deux réacteurs.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager