En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Centrale du Tricastin : l'ASN demande à EDF un nouveau renforcement de la digue de protection

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com
Centrale du Tricastin : l'ASN demande à EDF un nouveau renforcement de la digue de protection

Par une décision du 25 juin 2019, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a prescrit à EDF le renforcement de la digue du canal de Donzère-Mondragon qui protège la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme). L'exploitant doit réaliser avant fin 2022 les travaux permettant à la digue de résister à un séisme extrême.

D'ici la réalisation de ces travaux, le gendarme du nucléaire impose à l'exploitant une inspection visuelle bimensuelle de la digue, une surveillance mensuelle de la piézométrie (niveau de la nappe d'eau) dans la digue et un rapport de surveillance annuel. L'Autorité exige également d'EDF qu'elle dispose de moyens humains et matériels (remblais, engins de chantier…) permettant de traiter les dégradations qui résulteraient d'un éventuel séisme.

L'ASN avait imposé le 27 septembre 2017 la mise à l'arrêt des quatre réacteurs de la centrale du fait d'un risque de rupture d'une portion de 400 mètres de la digue. L'inondation qui aurait résulté d'une rupture aurait pu conduire à la fusion du combustible des quatre réacteurs, occasionnant un accident nucléaire avec "un impact sanitaire inacceptable à grande échelle". L'Autorité a donné son feu vert au redémarrage de la centrale le 5 décembre 2017 après la réalisation de premiers travaux de renforcement de la digue par l'exploitant. Ces travaux sont censés permettre de résister à un séisme majoré de sécurité. C'est-à-dire le type de séisme pris en compte dans la démonstration de sûreté des installations nucléaires de base (INB), mais qui constitue un événement d'une intensité inférieure à un séisme extrême.

Le 30 novembre 2018, le Réseau Sortir du nucléaire (RSN), la Frapna Drôme Nature Environnement, SDN Sud-Ardèche, Stop Nucléaire Drôme-Ardèche et Stop Tricastin ont annoncé qu'elles déposaient une plainte contre EDF et son directeur du parc nucléaire en raison de la gestion "calamiteuse" du risque sismique sur la centrale.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager