En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un défaut générique sur l'ensemble des centrales EDF du pallier 900 MW

Energie  |    |  Pierre Emmanuel BouchezActu-Environnement.com

EDF a communiqué avoir détecté un "défaut générique" sur l'ensemble de ces réacteurs du pallier 900 MW. Ce défaut concerne les installations d'alimentation électrique des équipements nécessaires à l'exploitation des centrales.

Sont concernées les centrales du Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines, Saint-Laurent et du Tricastin. La standardisation du parc nucléaire français montre ici ses faiblesses.

En l'espèce, une insuffisance de ventilation du local d'alimentation de secours fait craindre "une augmentation de la température ambiante supérieure à la température maximale prévue pour l'utilisation de cette alimentation de secours", indique EDF. Cette augmentation de température pourrait aboutir à l'indisponibilité de l'alimentation.

"Chaque unité de production nucléaire dispose de plusieurs sources d'alimentations électriques différentes permettant de garantir en permanence l'alimentation des matériels nécessaires au fonctionnement de l'installation", précise EDF.

Selon l'entreprise, ce défaut de conception "n'a pas de conséquence sur la sûreté et le fonctionnement des installations concernées". Une déclaration d'accident de niveau 1 sur l'échelle INES a toutefois été effectuée auprès de l'ASN, et des mesures seront prise "à terme" afin de modifier le dispositif de ventilation de ce local.

Réactions6 réactions à cet article

 

Le défaut générique découvert n'est pas critique seulement ce qui est préoccupant est qu'on ne l'ait remarqué que maintenant: la série des 900MW est une des plus anciennes. Ne dépassant pas les 1000MW ces réacteurs ne risquent pas la fusion du coeur en cas d'arrêt du refroidissement.

ami9327 | 04 avril 2014 à 14h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah cette sureté nucléaire, elle est mise en DÉFAUT tous les 4 matins, Bientôt le GROS défaut, comme à Tchernobyl ou à Fukushima, voilà ce qui attend le pays "champion" du nucléaire. Et pas la peine de prendre vos pastilles d'iode qui doivent d'ailleurs être périmées... elles ne servent à rien, elles doivent être prises 6 h avant un accident ... !
Le défaut viendra d'une erreur humaine, le maillon très faible des installations (intérim, manque de formation, personnel ayant construit ces installations en retraite ...) Et puis cerise sur le gâteau, le prochain incident nucléaire grave, je suis sûr à 100 % qu'il n'aura pas été décrit dans les procédures de dysfonctionnement ...
Seule solution vitale pour notre santé et celle de nos enfants: fermer au plus vite ces installations dangereuses et incontrôlables.
Faîtes des réserves de bougies et achetez un compteur Geiger, car avec ou sans nucléaire, c'est le RETOUR à la bougie assuré (pas de décision sur de nouvelles centrales de plus, ils ne SAVENT plus les fabriquer ... et/ou pas de solution "miracle" pour maintenir celles existantes en état de sureté de fonctionnement maximale !)

remifasol57 | 04 avril 2014 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« ...une insuffisance de ventilation du local d'alimentation de secours fait craindre "une augmentation de la température ambiante supérieure à la température maximale prévue pour l'utilisation de cette alimentation de secours"... »

Mais c'est gravissime ! Il faut arrêter d'urgence toutes les centrales et sortir les bonnes vieilles bougies !

Wackes Seppi | 04 avril 2014 à 15h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand Seppi ne sait plus quoi dire il nous fait du Laurent Berthod
L'industrie nucléaire nous conditionne lentement mais surement a "l'acceptation" du risque donc a l'accident nucléaire.
Quand ,comment, ou, de quel type, ce sera la surprise.

lio | 07 avril 2014 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Groupes de secours des "900MW": la majeure partie de ces groupes de secours à déjà un problème récurent, le grippage des paliers, cet incident est référencé dans les "incidents" de l'ASN. Ces "vieux réacteurs" cumulent les "petits défaut", il faut vraiment prévoir leur arrêts plutôt que de vouloir les maintenir en vie à tout prix.

Duport Claude | 08 avril 2014 à 08h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"La standardisation du parc nucléaire français montre ici ses faiblesses"
me semble particulierement surprenant. C'est justement la standardisation qui permet d'eviter de devoir faire face a des anomalies differentes en fonction des equipements et de pouvoir corriger de suite sur l'ensemble d'une serie. Ceci s'applique a n'importe quelle activite industrielle, humaine et commerciale. Un defaut generique est toujours preferable a un defaut singulier.

srp | 09 avril 2014 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…