En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Pole Expertise

Centre de tri : enfin une norme pour les cabines de tri !

Une nouvelle norme définit des règles de prévention des risques pour les agents de tri lors de la conception des cabines de tri des déchets recyclables secs. Eric Fromont, Directeur Centres de tri chez Eco-Emballages nous la présente.

Avis d'expert  |  Déchets  |    |  Actu-Environnement.com

La modernisation des centres de tri, qui induit une amélioration des conditions de travail pour les salariés, est un enjeu majeur dans le développement du recyclage en France. Eco-Emballages a souhaité, en associant avec ses partenaires les acteurs du tri, l'élaboration d'une norme française pour les cabines. L'objectif est d'améliorer les conditions de travail des agents de tri en limitant les troubles musculo-squelettiques. Basée sur la norme européenne sur le travail répétitif et sur la directive sécurité des machines, cette nouvelle norme définit des règles de prévention des risques pour les agents lors de la conception des cabines de tri des déchets recyclables secs ménagers et assimilés. Elle vient d'être homologuée par AFNOR.

Dès 2002, Eco-Emballages s'est engagé auprès de l'Institut National de recherche et de sécurité pour la prévention des maladies professionnelles et des accidents du travail (l'INRS) en rédigeant plusieurs guides de prévention pour la conception de centres de tri. Pour aller plus loin et diminuer le taux des accidents du travail en centres de tri, supérieur à la moyenne des salariés français, AFNOR avec le soutien d'Eco-Emballages a mis en place une commission ad hoc pour l'élaboration d'une norme française homologuée. Réunissant les différentes parties prenantes - Ministère du Travail, Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail (Carsat), concepteurs de centres de tri, constructeurs, exploitants – la commission a mené des travaux pendant plus de trois ans qui ont permis d'aboutir à la définition d'une norme française, adoptée suite à une enquête publique et homologuée par AFNOR.

Evaluer les facteurs de risques

Cette norme d'application volontaire précise que le concepteur, dans la phase première de conception d'un outil de tri, doit élaborer une analyse préalable de l'activité intégrant l'analyse et l'évaluation des risques. Les facteurs de risques peuvent être dus aux ambiances physiques, aux vibrations transmises à l'ensemble du corps, d'ordres biologiques, d'ordres toxiques, d'ordres chimiques, d'ordres biomécaniques, d'ordres organisationnels ou d'ordres environnementaux. Une bonne connaissance des flux entrants et des exigences contractuelles relatives aux flux sortants est également indispensable. Les principales recommandations ou préconisations portent ensuite sur des aspects aussi bien fonctionnels que structurels.

Au niveau fonctionnel, certains points importants sont précisés, à savoir la présence, en amont de toute action manuelle, d'équipements mécaniques éliminant les déchets indésirables présentant des risques pour les agents de tri. Il est également recommandé de regrouper l'activité de tri dans une seule cabine afin de limiter les risques d'isolement et de confinement dans des espaces sous-dimensionnés.

Au niveau structurel, les éléments constitutifs de la cabine doivent assurés une certaine étanchéité à l'air, au bruit ainsi qu'aux vibrations. La conception du système de ventilation de la cabine doit garantir le respect des valeurs limites d'exposition professionnelles réglementaires sans avoir recours à des équipements de protection individuelle. Pour cela, et dans un premier temps, une captation de la pollution au plus près de l'émission doit être prévue. Dans un deuxième temps, chaque agent doit se situé dans un flux d'air neuf extérieur unidirectionnel vertical descendant et régulé en température et en débit. Une solution technique possible est de disposer des plénums insufflant de l'air neuf au droit de chaque agent.  Le poste de travail de l'opérateur est défini en dimension afin de limiter les risques biomécaniques des membres supérieurs en permettant à l'agent de tri de travailler au maximum dans une zone de confort. Il est également recommandé de concevoir le poste de travail de l'agent de tri en intégrant la possibilité pour celui-ci de se positionner de façon oblique, soit à 45° par rapport au défilement de la table de tri. Cette position facilite le contrôle visuel, l'anticipation et la reconnaissance du matériau par une vision de l'agent en amont de son poste de travail.

Nombre d'agents de tri par cabine

Un autre élément prépondérant de la norme est la méthode de calcul du nombre d'agents de tri à intégrer lors de la conception et du dimensionnement de la cabine. Pour cela, la norme européenne NF EN 1005-5 relatif au travail répétitif a servi de base pour élaborer une préconisation permettant de prévenir les troubles musculo-squelettiques pour les agents de tri. Cette méthode de calcul du nombre théorique d'opérateurs est élaborée en tenant compte d'un nombre d'actions techniques maximum que peut effectuer un agent de tri, à savoir 40 actions techniques par heure et par membre supérieur. En fonction de la position, sur le tapis, de l'objet à trier et de la position de l'exutoire dans lequel l'agent doit déposer l'objet, le nombre d'actions techniques pour un objet à extraire peut être compris entre 2, dans le cas optimum, et 8, dans le cas le plus contraignant. La recherche de la largeur optimale du tapis de tri ainsi que la position optimale des exutoires est indispensable pour minimiser le nombre d'action technique pour extraire un objet.

Cette norme va ainsi permettre de professionnaliser le métier d'agent de tri et d'améliorer les conditions de travail en centre de tri. Elle s'inscrit dans le respect du principe de "Qualité Sécurité Environnement" appliqué à la filière globale de la collecte sélective et pour lequel Eco-Emballages s'est engagé pleinement.

Elle est essentielle pour le développement du tri et du recyclage en France, sa pérennité et son efficacité. C'est pourquoi Eco-Emballages a tenu à ce que les candidats à l'appel à candidature pour l'extension des consignes de tri plastiques, inscrivent cette norme au cœur des projets présentés pour la construction et ou la modernisation des unités de tri.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager