En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution de l'air : l'Ineris et le LNE veulent certifier les appareils de mesure « grand public »

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

L'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) et le Laboratoire national de métrologie et d'essais (LNE) s'associent pour créer une certification des capteurs « grand public » pour la mesure de la qualité de l'air. Les deux institutions ont créé l'association Certification instrumentation pour l'environnement (CIE) afin de pallier l'absence de norme applicable aux appareils de mesure de la pollution atmosphérique disponibles dans le commerce, ont-elles annoncé le 10 septembre.

Assurer la fiabilité des mesures NO2 et PM2,5

Aujourd'hui, une « multitude de capteurs se sont largement développés et se proposent de [mesurer en temps réel et à des échelles toujours plus fines le niveau de pollution de l'air] », rappellent l'Ineris et le LNE. Pourtant, « à l'heure actuelle, aucun cadre normatif national ou européen ne permet de comparer les performances de ces différents appareils, [contrairement] aux appareils de mesures de référence répondant aux objectifs de performances exigés par la Directive de 2008 concernant la qualité de l'air ambiant et un air pur pour l'Europe ». La certification proposée par les deux établissements publics a vocation à combler ce vide.

La future certification volontaire (l'« Air Quality Sensors ») validera le niveau de performance métrologique des capteurs sur la base d'essais en laboratoire et en conditions réelles qui seront réalisés par des organismes indépendants. Un audit de fabrication des systèmes est ajouté à cette évaluation pour garantir la qualité de fabrication des équipements.

La certification se basera sur les travaux de normalisation du groupe de travail ad hoc au sein du Comité européen de normalisation sur la qualité de l'air. Elle portera sur les particules fines PM2,5 et le dioxyde d'azote (NO2). D'autres polluants, et notamment l'ozone et les PM10, pourront être pris en compte dans un second temps.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager