En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le CGEDD publie un rapport sur le protocole technique d'intervention sur les spécimens de loups

Biodiversité  |    |  Graziella DodeActu-Environnement.com

Le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) a publié, le 10 mai, un rapport relatif au plan d'action national sur le loup 2008-2012. Ce rapport, rendu en décembre 2012, ne porte que sur une partie du plan d'action national, précise le conseil général, à savoir le "protocole technique d'intervention sur les spécimens de loups". Celui-ci "vise à encadrer les dérogations de destruction de spécimens de loups, espèce strictement protégée notamment au titre de la directive habitats faune flore (DHFF)", rappelle le conseil général.

Au travers de ce rapport, les auteurs de la mission rappellent le statut de l'espèce du loup et dressent un bilan du plan national loup des années 2008 à 2012. Ils répertorient également le point de vue des acteurs rencontrés dans les Alpes et les Vosges.

Par ailleurs, ils émettent des propositions pour le prochain plan loup, notamment concernant l'application de la DHFF. La mission conseille ainsi "d'engager sans plus tarder avec les autres pays membres une discussion avec la Commission européenne". Elle propose également trois orientations à combiner selon les territoires : un zonage excluant le loup de certains territoires, le classement de l'espèce à l'annexe V de la DHFF, et la définition de "situations différenciées" permettant d'adapter au cas par cas sa gestion.

Le projet de plan national pour le loup avait été présenté en février 2013 et il est actuellement soumis à la consultation du public. Le doublement du nombre d'animaux pouvant être abattus a été envisagé en mars, lors d'une réunion du groupe national loup (GNL). Ce dernier est chargé d'élaborer le nouveau plan d'action pour la période 2013-2017.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les éleveurs doivent modifier leur méthodes. Laisser les moutons dans de vastes espaces sans surveillance est forcément risqué. Faut pas venir pleurnicher ensuite quand les moutons disparaissent !
En tout cas ce n'est pas en abattant des loups que l'on arrangera le problème. (De plus ce n'est pas toujours lui le responsable, le plus grand nombre de moutons tués est le fait de chiens divagants et ce bien avant que le loup fasse son retour en France).

Gromit | 16 mai 2013 à 01h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La "CGEDD" publie un rapport concernant l'application de la "DHFF" ...... quand les "gens dits importants" cesseront d'utiliser des acronymes, sigles, &c... ...... peut-être qu'on sera mieux informé.

Dany-à-Nice

Dany-à-Nice | 30 octobre 2013 à 08h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…