En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chaleur renouvelable : l'Ademe Île-de-France lance de nouveaux appels à projets

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Chaleur renouvelable : l'Ademe Île-de-France lance de nouveaux appels à projets

L'Ademe Île-de-France lance, en partenariat avec la Région et la Banque des territoires, une nouvelle session d'appels à projets de production de chaleur renouvelable, ainsi que deux appels à manifestation d'intérêt sur les Contrats d'objectifs patrimoniaux et territoriaux sur la chaleur renouvelable et de récupération. Ce dispositif vise à soutenir des grappes de petits projets sur un même territoire.

L'appel à projets cible les opérations de récupération de chaleur, la géothermie profonde et de surface, les chaufferies biomasse, les réseaux de chaleur et de froid alimentés par des énergies renouvelables ou de récupération et les boucles d'eau tempérée. Il vise les bâtiments publics, l'habitat collectif, le tertiaire, l'industrie et l'agriculture. Une phase de pré-candidature est ouverte jusqu'au 26 juin. La candidature complète doit être déposée avant le 5 novembre 2020.

« En 2019, l'opération d'aide au "Fond chaleurs", d'un montant de 31 millions d'euros, a permis le développement de 19 projets d'investissement sur toutes les opérations de la chaleur énergie permettant une production annuelle de 325,5 GWh d'énergie renouvelable », indique l'Ademe.

Soutenir des grappes de petits projets

Par ailleurs, deux appels à manifestation d'intérêt sont lancés sur les Contrats d'objectifs patrimoniaux (COP) et territoriaux (COT) concernant les énergies renouvelables thermiques et de récupération. « À ce jour, le déploiement des EN&R en Île-de-France s'est principalement porté sur Paris et la petite couronne. Zones à forte densité de population et aux besoins de consommation élevés, elles ont permis à des installations d'envergure de voir le jour. Mais si l'on veut accélérer la transition énergétique, il faut pouvoir couvrir l'ensemble du territoire et déployer des projets dans des zones où les besoins sont moins denses », explique l'Ademe. Le dispositif doit permettre aux acteurs locaux de rassembler les petits projets « en grappe » afin de répondre collectivement aux seuils fixés par l'Ademe pour accéder aux aides. « Ce dispositif permettra par exemple aux communautés de communes de financer des projets d'ENR&R sur leur territoire, ou à des petites communes de mettre en place des installations d'ENR&R sur leur patrimoine : écoles, gymnases, piscines… » Les candidatures doivent être déposées avant le 17 juillet.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager