Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chaleur renouvelable : le retard s'installe durablement

La France entend couvrir 38 % de la consommation de chaleur avec des énergies renouvelables en 2030, mais peine à enclencher la dynamique pour y parvenir. En 2019, les renouvelables couvraient près de 20 % de la consommation thermique.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Chaleur renouvelable : le retard s'installe durablement

Selon la loi relative à la transition énergétique (LTECV), 38 % de la chaleur consommée en France devra être d'origine renouvelable à l'horizon 2030. Fin 2019, cette part s'élevait à 20,8 %, selon le Panorama de la chaleur renouvelable et de récupération, publié le 22 octobre par l'Ademe, le Cibe, la Fedene, le SER et Uniclima. Au total, 140 979 gigawattheures de chaleur renouvelable ont été produits en 2019. « Ces chiffres illustrent le retard pris dans le secteur de la chaleur renouvelable et la nécessité de mettre en œuvre, pour toutes les filières de production, les moyens nécessaires à leur développement. Sans accélération, nous ne pourrons respecter ni les objectifs de la LTECV et de la PPE [programmation pluriannuelle de l'énergie], ni les engagements de notre pays au niveau européen et international en matière d'énergies renouvelables et de lutte contre le changement climatique », analysent les auteurs du panorama.

   
Toutes les filières affichent du retard par rapport aux objectifs
 
   

Depuis des années, les acteurs de la filière alertent sur le retard pris, sans qu'une réelle dynamique s'installe. Les niveaux de prix du gaz ainsi que le gel de la taxe carbone compromettent la compétitivité des filières renouvelables.

Bois énergie : chaufferies de grosses puissances et appareils domestiques

Le bois énergie est de loin la première filière de production de chaleur renouvelable. Quelque 7 000 installations collectives de plus de 50 kW permettent de couvrir 3,4 % de la consommation finale de chaleur. Parmi elles, quelques dizaines de grosses chaufferies (de puissance supérieure ou égale à 10 MW) représentent 51 % de la puissance totale installée. Un quart environ font de la cogénération (chaleur et électricité).

À ce parc déployé par les collectivités, les industriels et le tertiaire, s'ajoutent près de 7 millions d'appareils de chauffage au bois. Ce parc domestique a permis de couvrir 10,3 % de la consommation finale de chaleur en 2019. « Le remplacement continu des appareils anciens par des appareils performants permet une meilleure production thermique. (...) Bien que la part des foyers ouverts s'élève encore à 11 %, elle se réduit chaque année. En effet, en sept ans, cette part a diminué d'environ 34 %. Les foyers ouverts sont remplacés par de véritables appareils de chauffage au bois, pour la plupart labellisés Flamme Verte », détaille le panorama. La bûche demeure le combustible le plus utilisé, représentant 86 % de cette production thermique, contre 14 % pour les granulés. Ce marché est néanmoins en croissance.

 

Pompes à chaleur : la géothermie à la traîne

Malgré un nombre quasiment similaire d'appareils (7,7 millions fin 2019), la production renouvelable des pompes à chaleur (PAC) aérothermiques ne couvre que 4,5 % de la consommation finale de chaleur. Ce chiffre est néanmoins en nette progression (3,8 % en 2018), près de 900 000 appareils supplémentaires ont été installés en un an. Ce qui place la France comme marché numéro un en Europe.

Le parc de la géothermie de surface croît également, mais dans une bien moindre mesure. Plus de 164 000 pompes à chaleur géothermiques étaient installées fin 2019, soit 3 000 de plus qu'en 2018. La grande majorité des installations (95 %) sont individuelles. La géothermie de surface a couvert 0,7 % de la consommation finale de chaleur en 2019. « Malgré ses nombreux atouts et les progrès réalisés par la filière, le nombre de nouvelles installations annuelles de PAC géothermiques est en forte baisse dans le secteur individuel, passant de 19 000 en 2007 à 2 582 en 2019. (...) À l'inverse, le marché se développe de manière plus encourageante dans les secteurs du logement collectif et tertiaire », note le panorama.

Enfin, 80 installations de géothermie profonde sont en fonctionnement, dont 52 en Île-de-France. Il s'agit essentiellement d'installations pour le chauffage urbain (90 %). Elles couvrent 0,3 % de la consommation finale de chaleur.

Solaire thermique : le ralentissement se poursuit

Le parc solaire thermique augmente, mais à un rythme insuffisant. « En 2019, 95 000 m² de capteurs solaires thermiques ont été installés en France métropolitaine et 44 000 m² dans les DROM [départements et régions d'outre-mer], amenant ainsi la surface totale installée à 3 343 000 m² en France métropolitaine et DROM, dont 50 070 m² de surface installée étaient destinés à l'usage industrie », indique le panorama. Résultat : il a permis de couvrir 0,2 % de la consommation finale de chaleur en France métropolitaine. « La filière de la chaleur solaire est en fort ralentissement depuis plusieurs années. Le marché est passé de près de 300 000 m² installés en 2012 à seulement 189 000 m² en 2019. Cette chute concerne autant le secteur individuel que les secteurs collectif et tertiaire », souligne le document.

Gaz renouvelables et valorisation énergétique des déchets

Enfin, le panorama dénombre 958 installations valorisant des gaz renouvelables en France, représentant 0,6 % de la consommation finale de chaleur. La majorité sont des installations de production d'électricité produisant également de la chaleur par cogénération à partir de biogaz (méthanisation, Step et ISDND), 123 sont des unités d'injection de biométhane dans les réseaux de gaz et 163 sont des installations valorisant du biogaz en chaleur seule.

Enfin, 90 installations valorisent énergétiquement les déchets, dont 80 sont raccordées à un réseau de chaleur. Cette production couvre 1,8 % de la consommation finale de chaleur. « Il reste un potentiel de création, d'extension ou de verdissement des réseaux de chaleur et de froid à proximité d'une quarantaine de sites non-raccordés et de certains sites déjà raccordés », note le panorama.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager